Le Maroc compte « 85.000 » esclaves

5 mars 2019 - 10h50 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

L’esclavage moderne a touché quelque 85.000 personnes au Maroc l’année dernière, selon un rapport détaillé qui vient d’être publié par l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

Dans le rapport « The Global Slavery Index » cité par le site Hespress, l’OIT évalue le nombre de personnes touchées par l’esclavage moderne à un peu plus de 40 millions dans le monde, dont 71% de femmes. Cet esclavage est très étroitement lié à deux facteurs, à savoir « des régimes hautement répressifs, dans lesquels les gens sont mis au travail pour soutenir le gouvernement, et les situations de conflit qui en résultent conduisent à un effondrement de l’état de droit, des structures sociales et des systèmes de justice et de protection ».

Toutefois, certains pays, dont le Maroc, ont adapté leur législation pour mieux lutter contre la traite d’êtres humains et les chiffres sont parlants puisqu’en 2016, le nombre de cas signalés était évalué à 219.700 victimes et « seulement » 85.000 en 2018. Malgré ces avancées notables, la corruption continue d’empêcher toute action efficace contre l’esclavage moderne, s’alarment les auteurs.

Au niveau africain, l’OIT évalue le nombre de personnes touchées par l’esclavage moderne à quelque 9,2 millions de personnes, soit l’un des taux les plus élevés au monde, avec 4,8 victimes pour 1.000 personnes. Dans ces chiffres, il faut également inclure les 400.000 personnes victimes d’exploitation sexuelle forcée, dont des enfants.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Esclavage moderne

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.