Le Maroc au Festival International du Film Indépendant de Bruxelles

30 octobre 2007 - 23h48 - Ecrit par : L.A

Le cinéma marocain connaîtra une présence marquante lors de la 34ème édition du Festival International du Film Indépendant qui aura lieu du 6 au 11 novembre à Bruxelles.

Deux séances spéciales seront consacrées au Maroc par la projection du film "wake-up morocco" de Narjiss Nejjar et d’une sélection de 4 productions remarquées lors du festival méditerranéen du court métrage de Tanger et qui seront programmés en compétition internationale. Il s’agit de "Mannequin" de Bousselham Daïf, "Et la vie continue" de Laïla Triqui, "Fin du moi" de Mohamed Mouftakir et "Goutte à Goutte" de Rachid Zaki.

Cette séance spéciale se veut une contribution de la part des organisateurs pour la promotion de la candidature de la ville du détroit à abriter l’exposition universelle Tanger 2012.

Créé en 1974, le festival international du film indépendant de Bruxelles est une rencontre du 7ème art tourné essentiellement vers la création indépendante. Plus de 30 pays y sont représentés et une centaine de films et de vidéos montrés chaque année, parmi lesquels beaucoup de premières européennes ou même mondiales et de nombreux programmes spéciaux.

Tags : Cinéma - Bruxelles - Festival

Nous vous recommandons

Lancement de la version actualisée de la plateforme « MAGHRIBCOM »

Une nouvelle version de la plateforme virtuelle « MAGHRIBCOM » a été mise en place par le ministère délégué chargé des Marocains du monde. Elle a été actualisée afin de permettre une promotion effective des MRE et surtout l’amélioration de tous les services et...

Voici le classement du passeport marocain

Le passeport marocain occupe la 2ᵉ place en Afrique du Nord et le 82ᵉ rang au niveau mondial, selon le dernier classement de Henley & Partners.

Les MRE se trouvant au Maroc craignent la fermeture des frontières

Avec la multiplication des cas de contamination, le Maroc pourrait à nouveau se barricader à travers le reconfinement et la fermeture des frontières. Malgré la campagne de vaccination, le pays a connu une flambée des cas positifs et cela se justifierait,...

Transition énergétique : ENGIE multiplie ses offres aux industriels marocains

Le groupe énergétique ENGIE crée Engie Sun Morocco, une filiale dédiée à produire de l’énergie solaire à destination des industriels marocains.

Maroc : ces villes où le variant Omicron flambe déjà

Les villes de Rabat et Casablanca sont fortement touchées par le variant Omicron. La grande majorité des tests effectués dans ces villes sont positifs au nouveau variant. Les autorités craignent une rechute épidémiologique, appelant à renforcer les mesures...

Badou Zaki très proche de la JS Kabylie

Le technicien marocain Badou Zaki serait pressenti pour prendre les rênes de la Jeunesse Sportive Kabylie (JSK). Après avoir entraîné Chabab Belouizdad avec lequel il a remporté la Coupe d’Algérie en 2017, il pourrait succéder à Henri Stambouli limogé...

Fusillade à Marbella, un Marocain des Pays-Bas grièvement blessé (vidéo)

Un Marocain a ouvert le feu dans une boîte de nuit à Marbella (Malaga), après avoir été grièvement blessé à l’arme blanche lors d’une bagarre. Il a été transféré à l’hôpital, puis placé en garde à vue. L’arme n’a pas été...

Pegasus : un ancien patron du renseignement français prend la défense du Maroc

Bernard Squarcini, ancien directeur du renseignement intérieur français affirme que « le Maroc n’a aucun intérêt à faire espionner Emmanuel Macron » à l’aide du logiciel israélien Pegagus. Il compte sur l’enquête judiciaire technique et internationale qui sera...

Le dirham se redresse face à l’euro et au dollar

Le dirham s’est apprécié de 0,61 % par rapport à l’euro et de 1,74 % vis-à-vis du dollar américain au cours du premier trimestre de 2021. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib...

L’absence de MRE fait chuter le chiffre d’affaires des « chouwafates »

Depuis deux ans, la crise sanitaire liée au coronavirus produit un impact négatif sur l’activité des chiromanciennes, aussi appelées « chouwafates ». Leur moral a commencé à décliner.