La sous-traitance, piège pour le secteur textile marocain

30 janvier 2023 - 18h20 - Economie - Ecrit par : S.A

Le secteur de l’habillement et du textile qui sort à peine de la crise sanitaire du Covid-19 fait face à une dure réalité en ce début d’année dans les régions de Fès et du nord. Il s’agit de la baisse des commandes occasionnant par conséquent une baisse de la production dans les unités.

« Il faut reconnaître que le secteur se remet certes de la crise sanitaire et aussi de l’impact de la guerre en Ukraine, mais les commandes surtout étrangères ne sont pas à leur niveau habituel de cette période de l’année », avance Mohamed Dairi, président de l’Amith Fès auprès de La Vie éco. Yassine Aarrou, président d’Amith de Tanger abonde dans le même sens : « les carnets sont 30 à 40 % pleins alors qu’habituellement en début d’année, nous étions à un taux de 70 % ». La baisse des commandes s’explique également par la réduction par les ménages des dépenses liées à l’habillement (inférieures à 200 euros).

À lire : Tanger attire les investisseurs étrangers du secteur textile

Le « malheur » des unités de Fès et du Nord, c’est de s’être spécialisé dans la sous-traitance. La zone du Nord compte près de 300 unités, dont 95 % s’investissent dans la sous-traitance pour des donneurs d’ordre et 80 % parmi ces entreprises travaillent pour un seul client, le Groupe espagnol Inditex. « Lorsque Inditex se porte bien, les usines de Tanger tournent et elles font même parfois appel à des unités dans la région de Fès. Mais, dans le cas contraire, c’est la crise », explique Mohamed Dairi.

À lire : Les commandes sur des sites internet chinois atomisent le textile marocain

Face à cette dure réalité, il s’avère nécessaire de diversifier les donneurs d’ordre et d’opter pour une réorientation vers le produit fini. La seconde option n’est pas pour autant la meilleure. « Nous avons des obstacles importants : tout d’abord la taille des 200 entreprises de la région. Elles sont petites et emploient en moyenne 60 personnes. Ensuite, l’approvisionnement en matières premières pose aussi problème », confie le président de l’Amith Fès, suggérant d’investir d’abord dans le développement de la filière en amont. « Un approvisionnement local en intrants ouvrira très certainement d’importantes opportunités au secteur », est-il persuadé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Textile - Fès - Tanger - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Les commandes sur des sites internet chinois atomisent le textile marocain

Le prêt-à-porter marocain serait en danger. Le marché national serait illégalement concurrencé par un site de vente chinois en ligne, profitant d’une faille juridique et mettant...

Textile : les Marocains boudent les marques locales

La plupart des Marocains préfèrent porter des habits de marque étrangère, délaissant ainsi les produits nationaux. C’est ce que révèle une étude élaborée par le cabinet de...

Textile : le Maroc à la recherche d’investissements pour booster le secteur

Le Maroc s’est imposé ces dernières années comme l’un des principaux pôles d’approvisionnement du secteur du textile et de l’habillement en Europe, en Amérique et en Afrique,...

Textile : les professionnels misent sur le « Made in Morocco »

Les professionnels du textile veulent promouvoir la consommation locale, à travers l’habillement des Marocains par des marques nationales. Une nouvelle stratégie marketing a été...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Le Maroc met fin au PCR et pass vaccinal pour les voyageurs

Bonne nouvelle pour les touristes et les MRE souhaitant se rendre au Maroc. Les autorités sanitaires viennent de mettre fin à la présentation du PCR ou du pass vaccinal à l’entrée du territoire.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.