Textile et automobile : le Maroc, l’usine à bas prix de l’Europe

3 juin 2024 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

En raison de sa stabilité politique, sa main d’œuvre bon marché et des incitations fiscales, le Maroc attire davantage les investisseurs européens et notamment espagnols dans les domaines de l’automobile et du textile, des secteurs en plein essor dans le royaume.

Plusieurs entreprises européennes comme Inditex, Renault, Stellantis ou Aciturri, ont choisi de s’implanter au Maroc pour accroitre leur production et conquérir de nouveaux marchés en Afrique. « De plus en plus d’entreprises espagnoles expriment leur intérêt pour investir ou ouvrir des filiales dans ce pays du Maghreb », confirme à EFE une source espagnole proche du monde des affaires au Maroc. « 4 % des entreprises européennes considèrent le Maroc comme un lieu d’approvisionnement alternatif », souligne pour sa part la compagnie maritime danoise Maersk, dans un récent article publié sur sa page.

Certes, cette tendance n’est pas nouvelle, mais elle s’est renforcée ces dernières années, et particulièrement dans l’industrie textile. L’entreprise espagnole Inditex a confié que la majorité de ses usines sont situées en Espagne et dans des pays voisins comme le Maroc, le Portugal ou la Turquie. « La proximité est l’un des critères clés de notre chaîne d’approvisionnement, qui permet de répondre rapidement au marché », ont affirmé des sources d’Inditex, précisant que l’installation de ses usines au Maroc a généré 94 563 emplois indirects.

À lire : L’Espagne et la France se disputent le marché marocain

Dans le secteur automobile, le constructeur Renault a jeté son dévolu sur le Maroc depuis une dizaine d’années, alors que le groupe Stellantis a jeté son dévolu sur Kénitra. Aujourd’hui, de nombreux autres constructeurs automobiles européens se sont implantés dans le royaume. Le secteur aéronautique n’est pas épargné par cette tendance. Fin 2023, le groupe espagnol Aciturri a créé une usine à Casablanca dans un parc industriel axé sur la production aéronautique où sont implantées des entreprises comme Safran Nacelles, Bombardier, Hexcel ou Thales.

Le Maroc présente « plusieurs caractéristiques qui pourraient en faire une destination attractive de proximité », indique un rapport de la Banque mondiale sur l’économie marocaine, publié en 2023. Le royaume va continuer d’attirer des investissements directs étrangers grâce notamment à ses infrastructures modernes, dont le port Tanger Med.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Aéronautique - Automobile - Textile - Renault

Aller plus loin

Stellantis mise sur le Maroc face à la concurrence chinoise

Carlos Tavares, PDG de Stellantis, a déclaré que le manque d’aide « intérieure » en Espagne et la rude concurrence de la Chine obligent à investir hors de l’Europe et notamment...

L’Espagne et la France se disputent le marché marocain

Dans la perspective de l’organisation du Mondial 2030, des investisseurs espagnols et français se livrent une rude concurrence. Mais des géants marocains ne sont pas du reste.

Le Maroc, parmi les pays les plus attractifs pour les investisseurs étrangers

Le Maroc s’affirme parmi les destinations les plus prisées des investisseurs, selon le rapport Foreign Direct Investment Confidence Index 2023 (FDICI) publié par le cabinet de...

Stellantis : L’usine de Kénitra passe à 450 000 véhicules par an

Le constructeur automobile Stellantis investit 300 millions d’euros dans l’extension de sa première usine marocaine inaugurée à Kénitra en 2019. Cet agrandissement permettra de...

Ces articles devraient vous intéresser :

La Ferrari 250 GT Coupé du roi Mohammed V est à vendre

Dans quelques semaines, une Ferrari 250 GT Coupé Spéciale de 1956, ancienne possession du Roi Mohammed V, trouvera un nouveau propriétaire lors d’une vente aux enchères organisée par RM Sotheby’s.

Ventes de voitures au Maroc : Les marques de luxe cartonnent, les autres s’effondrent

Malgré une conjoncture morose et une baisse globale des ventes de voitures au Maroc en février, les marques de luxe semblent tirer leur épingle du jeu.

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Du changement pour les voitures des MRE à leur arrivée à la douane

Les Marocains résidant à l’étranger devront se soumettre à un nouveau document émis par l’administration des douanes et qui concerne la circulation des véhicules immatriculés à l’étranger.

Neo Motors dévoilée : à quel prix sera-t-elle vendue ?

Après plusieurs mois de suspens et de promesses de lancement, la nouvelle voiture « 100 % marocaine » a finalement a été dévoilée devant le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat. Destinée d’abord aux Marocains avant d’envisager son exportation, «...

Nouveau carton de ventes pour la Citroën « My Ami Buggy »

Le succès ne se dément pas pour la petite voiture Citroën « Ami ». Fabriquée au Maroc, la voiture électrique sans permis a été encore une fois un succès dans de nombreux pays européens.

Maroc : les exportations automobiles dépassent les 100 MMDH à fin novembre

Les exportations marocaines dans le secteur automobile ont généré au terme des onze premiers mois de l’année un chiffre d’affaires de 100,37 milliards de dirhams, en augmentation de 35% par rapport à la même période de 2021.

Le gouvernement marocain s’attaque à l’usage privé des véhicules de l’État

La ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah, a annoncé l’intention du gouvernement de prendre des mesures contre l’utilisation anarchique des véhicules de l’État.

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Au Maroc, les voitures de luxe ne connaissent pas la crise

Les ventes de voitures neuves de luxe au Maroc ont enregistré une hausse de 15 % l’année dernière, malgré l’impact du marché par une baisse de la demande due à l’inflation, à l’augmentation des coûts de financement et à la hausse des prix de...