Les commandes sur des sites internet chinois atomisent le textile marocain

27 avril 2022 - 13h40 - Economie - Ecrit par : A.T

Le prêt-à-porter marocain serait en danger. Le marché national serait illégalement concurrencé par un site de vente chinois en ligne, profitant d’une faille juridique et mettant en péril la concurrence. Inquiets, les professionnels alertent les autorités.

Ce site chinois applique des prix bas en raison de l’exonération des taxes douanières, mettent en péril la concurrence, affirment les professionnels, dénonçant une activité de contrebande déguisée, rapporte Assabah.

Cette infiltration virtuelle du marché du prêt-à-porter menace le sous-secteur souligne la même source, expliquant que les achats inférieurs à 1 200 dirhams sont normalement exonérés de taxes douanières. Pendant ce temps, les produits marocains sont soumis à une longue liste de taxes. Ces dernières représentent pas moins de 68 % de la composition du prix de vente.

A lire : Contrebande : nouvelle grosse saisie de vêtements de prêt-à-porter à Tanger

Une situation qui pousse certains réseaux à exploiter ce vide juridique et à importer des quantités importantes, notamment en faisant appel à d’autres personnes pour faire des commandes en deçà du seuil légal. Conséquence, en un mois, cette plateforme a enregistré 80 000 transactions commerciales sur le sol marocain. Des chiffres qui la hissent comme le premier vendeur et distributeur d’habillement et de prêt-à-porter au Maroc, s’alarme le journal.

Face à cette situation, les professionnels se disent incapables de concurrencer les produits proposés par la plateforme chinoise. Ils redoutent la faillite de plusieurs entreprises du secteur, notamment les petites et moyennes d’entre elles dans un secteur fort de ses 1 628 entreprises avec 1 890 000 emplois.

Sujets associés : Textile - Chine - Contrebande

Aller plus loin

La sous-traitance, piège pour le secteur textile marocain

Le secteur de l’habillement et du textile qui sort à peine de la crise sanitaire du Covid-19 fait face à une dure réalité en ce début d’année dans les régions de Fès et du nord....

Prêt-à-porter, y a-t-il une griffe marocaine ?

Grandes écoles, mannequins, stylistes, créateurs, industriels, artistes, artisans, sont tous rassemblés autour d’un métier où le souci esthétique est de mise. Mais le profit est...

Les exportations turques vers le Maroc explosent au grand dam des unités industrielles marocaines

Malgré le maintien du droit de douane, les exportations turques vers le Maroc de produits finis de textiles et habillement continuent de croître.

Contrebande : nouvelle grosse saisie de vêtements de prêt-à-porter à Tanger

Les douaniers de Tanger ont procédé à une importante saisie de vêtements de prêt-à-porter de contrebande, samedi dernier dans la ville de détroit.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

L’automobile, pilier des exportations marocaines

Le secteur automobile continue de booster les exportations marocaines, avec des ventes atteignant déjà 57 milliards de dirhams lors des cinq premiers mois de cette année.

Le Maroc face au casse-tête des vendeurs ambulants

Malgré les actions mises en œuvre par les autorités marocaines, le phénomène de marchands ambulants, communément appelés "ferrachas", résiste au temps.