Les Subsahariens entre les risques de l’immigration clandestine et l’enfer des jobs informels

15 juillet 2019 - 16h40 - Ecrit par : A.S

Les Subsahariens semblent vivre un dilemme de taille au Maroc : tenter le passage en terres espagnoles, avec le risque de se faire refouler par les autorités marocaines, ou intégrer la société, en acceptant des jobs informels sous-payés et souvent dévalorisants.

Les Subsahariens, en quête d’opportunités pour franchir les frontières maroco-espagnoles, aussi bien au niveau des enclaves espagnoles, Sebta et Mélilla, que du Port de Tanger-Med, vivent sous la menace d’être transférés dans le Sud par les autorités marocaines. Essayant de se dérober au regard de la police, les migrants subsahariens n’ont d’autre choix que de se cacher dans les forêts avoisinantes.

Ce jeu du chat et de la souris ne dure pas longtemps, puisque le Maroc a déployé des efforts considérables pour l’éradication des camps des immigrés subsahariens, et a interdit la vente des bateaux pneumatiques. Selon Reuters, cette campagne a permis d’intercepter 30.000 tentatives d’immigration clandestine et de démanteler plus de 60 réseaux.

Selon l’Organisation internationale pour l’Immigration (OII), le nombre d’immigrés ayant réussi à rejoindre la rive espagnole a baissé de plus de la moitié, passant de 26.890 immigrés clandestins, en 2018, à 12.053, en 2019. En outre, une muraille, haute de 3 mètres, est en cours de finalisation, le long de la frontière avec Sebta.

Certains immigrés subsahariens, par ailleurs, choisissent de rester au Maroc, bénéficiant de la campagne de régularisation, lancée en 2013, par le pays. Plus de 50.000 immigrés ont obtenu leur permis de résidence.

Par ailleurs, Reuters rapporte l’histoire d’une immigrée camerounaise de 35 ans, Sonya, ayant abandonné l’idée de partir en Europe, et qui a choisi de s’installer au Maroc. Celle-ci a entrepris une formation avec une ONG marocaine afin d’augmenter ses chances de décrocher un emploi et d’inscrire sa fille dans une école marocaine. Mais, le cas de Sonya ne peut être généralisé, étant donné les restrictions du marché du travail au Maroc et le taux de chômage élevé.

La majorité des immigrés subsahariens travaillent dans le secteur informel, sous des conditions souvent difficiles, sinon draconiennes, et avec des salaires dérisoires. Leurs employeurs profitent de leur situation précaire, en leur imposant un rythme de travail effréné et un système de rémunération qui ne respecte aucune norme.

Tags : Immigration clandestine - Ceuta (Sebta) - Melilla

Aller plus loin

Vague d’arrestations de migrants à Laâyoune

Depuis quelques semaines, les migrants subsahariens au Maroc sont arrêtés en pleine nuit ou au petit matin par la police. Une situation qui inquiète non seulement ces migrants,...

Près de 400 immigrés clandestins sauvés au large des côtes libyennes

Près de 400 immigrés clandestins ont été sauvés au large des côtes ouest de la Libye lors de cinq opérations menées par la marine libyenne.

Nous vous recommandons

Maroc-Algérie : les dégâts collatéraux de la rupture des relations (vidéo)

La rupture définitive des relations diplomatiques entre l’Algérie et le Maroc ne sera pas sans conséquence sur une partie de l’Afrique. Moussaab Hammoudi, chercheur en sciences politiques à l’EHESS, estime que la Libye et le Sahel vont en...

L’Algérie réduit de 25 % la quantité de gaz fournie à l’Espagne

L’Algérie a réduit la quantité de gaz naturel qu’elle fournit à l’Espagne via le gazoduc Medgaz d’environ 25 % par rapport aux niveaux enregistrés à la mi-mars, selon les données de surveillance quotidiennes relevées par Enagás, la société d’énergie...

Maroc : voici le calendrier des examens scolaires de fin d’année

Le calendrier des examens continus et finaux vient d’être dévoilé par le ministère de l’Éducation nationale. En voici le détail :

Maroc : alerte sur une pénurie de cartes bancaires

Des millions de cartes bancaires pourraient manquer dès le second semestre 2021 à cause de difficultés d’approvisionnement en semi-conducteurs. À l’instar d’autres pays, l’inquiétude est grandissante au Maroc face à une pénurie. Le royaume renouvelle environs...

Hôtellerie : une pluie de récompenses pour Marrakech

La cité ocre est une fois de plus placée sous les projecteurs. Plusieurs hôtels marrakchis ont été récompensés grâce à leur excellence dans le domaine du tourisme et du bien-être, après un vote des professionnels du secteur. Les détails ...

Suède : des incidents après des corans brûlés

Plusieurs policiers ont été blessés en Suède dans des heurts avec des manifestants qui protestaient jeudi, après que des sympathisants d’extrême droite ont annoncé leur intention de brûler le Coran dans la ville de...

Le dirham en hausse face à l’euro

Le dirham s’est apprécié de 0,82 % face à l’euro et s’est déprécié de 1,36 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 11 au 17 novembre, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Besançon : menacé d’expulsion, un Marocain retrouve enfin le sourire

Ahmed, un Marocain menacé d’expulsion et Florence, une Française avec qui il s’est marié en janvier 2020 ont enfin retrouvé le sourire après une grève de la faim entamée le 20 septembre pour obtenir un rendez-vous avec la Préfecture du...

La mauvaise aventure d’un pilote français au Maroc

Alors qu’il est arrivé au Maroc pour participer au Maroc Historic Rally qui devait se tenir du 7 au 12 décembre 2021, un pilote français a failli rester coincé au royaume avec son épouse et ses deux mécaniciens après l’annulation de la compétition et la...

Les Marocains, bientôt privés d’IPTV ?

Les Marocains, friands d’IPTV, pourraient ne pas suivre les matchs de football, notamment les rencontres de Ligue des Champions à cause d’une ordonnance du tribunal judiciaire de Paris.