Maroc : l’économie risque une asphyxie en cas de reconfinement

29 juillet 2020 - 21h00 - Economie - Ecrit par : A.P

Avec la recrudescence de nouveaux cas de contamination au Covid-19, l’éventualité d’un nouveau confinement n’est plus à écarter. La décision, si elle se confirmait, porterait un coup dur aux entreprises déjà affaiblies par les effets pervers de la première phase de la pandémie, laquelle a fait perdre environ un milliard de dirhams par jour à l’économie nationale.

L’économie marocaine pourrait-elle encore tenir face à un nouveau confinement ? Le Fonds spécial covid-19 pourra-t-il être approvisionné en conséquence pour assister à nouveau les familles réduites au minimum, et subissant les effets de la crise sanitaire ? Ces questions taraudent les esprits de nombreux citoyens, surtout en cette période marquée par la célébration de l’Aid al-Adha, la saison estivale et les préparatifs de la prochaine rentrée scolaire.

Pour le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun, avec une économie en baisse de 8 % d’ici à la fin de l’année, il n’est pas conseillé de s’engager dans un nouveau confinement.

Mais au regard de la situation épidémiologique qui devient préoccupante, le ministre de la Santé, lors d’une conférence de presse tenue lundi, craint que le confinement ne finisse par s’imposer. "En l’espace d’une semaine, le bilan des cas contamination a dépassé celui enregistré en quatre mois au Maroc", a-t-il déclaré.

Selon l’économiste Najib Akesbi, la situation épidémiologique "ambiguë" du Maroc est imputable au gouvernement marocain dont la gestion de la crise sanitaire, faite "d’improvisation, de confusion, et parfois de contradiction entre membres du gouvernement", laisse à désirer.

À en croire l’universitaire, le gouvernement, en réduisant les investissements et les postes budgétaires d’emplois, ne ferait qu’"aggraver la récession économique” et développer “une politique d’austérité” et non de relance économique.

Au sujet de la décision d’interdiction de déplacements de et vers plusieurs villes, dont Casablanca et Marrakech, en vigueur depuis dimanche à minuit, Akesbi estime qu’il s’agit ni plus ni moins d’un “re-confinement”, à seulement quelques jours de la célébration de l’Aïd Al Adha.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Crise économique - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Résurgence du coronavirus : deux options s’offrent au Maroc

Face à la résurgence du Covid-19 au Maroc, Azeddine Ibrahimi, directeur du laboratoire de biotechnologie de la faculté de médecine et de pharmacie de Rabat indique la conduite à...

Maroc : la situation épidémiologique devient préoccupante

Avec le non-respect des gestes barrières par les Marocains, le risque d’une deuxième vague de la crise sanitaire du Covid-19 au Maroc est grand, sinon inévitable.

Coronavirus : de grosses pertes pour l’économie marocaine

Le coronavirus a produit un impact négatif sur l’économie marocaine avec comme conséquence une perte d’environ 70 milliards de dirhams. C’est du moins ce qu’a affirmé Abdellatif...

Le gouvernement marocain divisé sur le reconfinement total

Alors que le Maroc fait face à une résurgence des cas de contamination au Covid-19, les membres du gouvernement peinent à s’accorder sur l’instauration d’un reconfinement total.

Ces articles devraient vous intéresser :

Nouvel appel au roi Mohammed VI

L’ancien joueur du Raja, Yassine Salhi s’est adressé au roi Mohammed VI dans un post sur Instagram, lui demandant d’intervenir, face à la flambée des prix.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.