Maroc : le «  mercato hivernal des partis politiques  » est lancé

7 janvier 2021 - 16h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Alors que les échéances électorales s’approchent à grands pas, c’est la veillée d’armes au sein des partis politiques. Le marché de la transhumance politique sera très animé. Le RNI d’Aziz Akhannouch semble mieux aguerri pour tirer grand profit de ce «  mercato hivernal des partis politiques  ».

L’avènement des scrutins législatif, régional et communal fait accélérer les repositionnements au sein des formations politiques. Communément qualifié de «  mercato hivernal des partis politiques  », le phénomène devrait connaître une plus grande ferveur dans les prochains mois, signale Al Ahdath Al Maghribia.

Selon le quotidien, le parti du Rassemblement national des indépendants (RNI) du ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch est mieux paré pour s’offrir les meilleurs éléments de ce mercato. En effet, depuis quelque temps cette formation s’impose comme étant le point de chute privilégié des politiciens influents, au nombre desquels on peut citer le parlementaire du Mouvement populaire (MP), Haj Simo. S’appuyant sur ses sources, le même média annonce l’arrivée sous peu du président du Conseil communal de Ksar el Kébir, au sein du parti de la Colombe.

De l’autre côté, le Parti Authenticité et modernité (PAM) dirigé par Abdellatif Ouahbi, est annoncé comme la formation politique qui sortira de ce mercato hivernal, plus mal en point que jamais. Dans la région du Souss notamment, on annonce le départ de plusieurs de ses cadres. Ces derniers entendent descendre du Tracteur pour s’offrir la Colombe qui, semble-t-il, leur assurera la victoire lors des prochaines échéances électorales. C’est ainsi que Karim Achengli, président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Agadir, a claqué la porte du PAM pour animer le jeu électoral dans les rangs du RNI. À sa suite, plusieurs présidents de Conseils communaux de la région du Souss sont annoncés sur la ligne de départ, appuie la même source.

Comme le PAM, l’Istiqlal également verra partir certains de ses membres importants qui s’apprêtent à rejoindre le RNI. Le vent de la transhumance n’épargnera guère, le Parti du Progrès et du socialisme (PPS) dont plusieurs cadres locaux ont choisi de rejoindre l’Union socialiste des forces populaires (USFP).

La vague de départs qui s’observe n’épargnera pas non plus, le Parti de la Justice et du développement (PJD) du Chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani qui devra s’apprêter à enregistrer dans ses rangs, des défections significatives.

Sujets associés : Elections - Istiqlal - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Aziz Akhannouch - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Saâdeddine El Othmani

Aller plus loin

Législatives de 2021 au Maroc : l’Istiqlal tient au droit de vote et à la représentativité des MRE

« La participation des MRE aux élections législatives de 2021 », était au cœur d’une conférence initiée par la Coordination du Parti de l’Istiqlal en Europe, vendredi 25...

Maroc : les élections de 2021 vont-elles être reportées ?

Face à la situation épidémiologique peu rassurante du royaume, le Maroc pourrait reporter les élections de 2021. Les responsables des partis politiques adoptent différents...

Ces articles devraient vous intéresser :

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Maroc : une commission mise en place pour la gestion de l’approvisionnement en eau potable

La question liée à la gestion de l’approvisionnement en eau potable a fait l’objet d’une réunion présidée par le Chef du Gouvernement, Aziz Akhannouch.

Maroc : la réforme du Code de la famille fait toujours jaser

La réforme du Code de la famille a du mal à passer au Maroc. Face aux conservateurs et chefs religieux, le gouvernement n’arrive pas encore à trouver la bonne formule pour mettre fin aux discriminations envers les femmes en matière de succession, à la...

Royal Air Maroc : 200 avions prévus d’ici 2037

Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch et le Président-directeur général de la Royal Air Maroc (RAM), Hamid Addou, ont procédé mardi à Rabat, à la signature du contrat-programme 2023-2037. Objectif, améliorer l’attractivité de la destination Maroc et...

Maroc : remaniement ou pas remaniement ?

L’éventualité d’un remaniement ministériel agite l’opinion publique marocaine. Aziz Akhannouch prépare-t-il un réajustement de son équipe ?

#AkhannouchGetOut : le hashtag devenu viral sur les réseaux sociaux

Au Maroc, la colère monte contre le chef de gouvernement Aziz Akhannouch à cause de la hausse des prix des produits de grande consommation, notamment le carburant. Bon nombre d’internautes marocains continuent de réclamer son départ.