Maroc : un président de commune arrêté pour conduite en état d’ivresse

9 janvier 2024 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Les éléments de la police judiciaire de Ben Debbab-Ain Kadous, ont arrêté dimanche le président de la commune d’Ain Bou Ali, alors qu’il roulait en état d’ébriété sur la route entre Fès et Meknès.

Le membre du Parti authenticité et modernité (PAM) est poursuivi en état de liberté provisoire par le parquet du tribunal de première instance de Fès pour conduite en état d’ivresse manifeste et conduite sous influence, après avoir payé une caution de 10 000 dirhams. L’ami qui l’accompagnait a été libéré contre une caution de 4 000 dirhams, de même qu’une jeune femme qui était avec eux.

À lire : Khénifra : un élu PJDiste arrêté en état d’ivresse

Lors de leur arrestation, la femme a accusé le président de commune et son ami de l’avoir maltraitée sur le chemin du retour à Fès en provenance de Meknès. Les trois mis en cause ont été placés en garde à vue sur ordre du parquet compétent, avant d’être présentés au procureur du roi lundi, lequel a décidé de les poursuivre en état de liberté provisoire et fixé le prochain passage devant la justice.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Meknès - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Arrestation

Aller plus loin

Un ancien parlementaire marocain arrêté en état d’ébriété à Melilla

La police a arrêté aujourd’hui un ancien parlementaire du Parti de l’Istiqlal, soupçonné d’avoir utilisé son passeport de service en tant que parlementaire alors qu’il avait...

Taoufik Basri condamné pour conduite en état d’ivresse

Taoufik Basri, fils du défunt ministre de l’Intérieur de feu Hassan II, Driss Basri, a été condamné en décembre dernier à payer une amende de 2200 dirhams, pour conduite en état...

Khénifra : un élu PJDiste arrêté en état d’ivresse

Alors qu’il conduisait en état d’ivresse, un conseiller municipal du Parti de la justice et du développement (PJD) a été arrêté par les éléments de la police relevant du...

Conduisant en état d’ivresse, un inspecteur de police prend la fuite après un accident

Un inspecteur de police en état d’ébriété avancé a été suspendu provisoirement de ses fonctions après un accident de la route et un délit de fuite.

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.