Recherche

Maroc : deux ans de prison ferme pour avoir appelé à manifester après la mort de Hayat

18 octobre 2018 - 20h30 - Société

Soufiane Al-Nguad et Hayat Belkacem

C’est une peine sévère que vient de prononcer le tribunal de première instance de Tétouan à l’encontre d’un jeune qui avait appelé à manifester sur son compte Facebook après la mort de Hayat Belkacem, tuée par des balles de la Marine royale sur un go-fast.

Agé de 27 ans, Soufiane Al-Nguad était poursuivi entre autres pour « outrage aux symboles de la nation », « appel à l’insurrection civile » ou encore « propagation de la haine », indique son avocat à telquel.ma. « Des publications sur Facebook, dans lesquelles mon client a exprimé sa colère suite à la mort de Hayat Belkacem », explique-t-il.

« Mon client n’a ni fait l’apologie de la haine, ni insulté aucun symbole de la nation. Il a uniquement dénoncé la mort tragique de Hayat. La peine de deux ans ferme est extrêmement dure et exagérée », ajoute l’avocat dont le client avait relayé sur Facebook un appel à une manifestation des ultras de Tétouan suite à la mort de la jeune femme.

Durant le match, le drapeau espagnol avait été brandi et l’hymne national marocain avait été hué en direct à la télévision et après la rencontre, des biens publics et privés avaient été saccagés.

Près d’une vingtaine d’autres jeunes sont actuellement poursuivis par la justice pour les mêmes faits.

Soufiane Al-Nguad avait été arrêté le 1er octobre dernier. Deux jours auparavant, il avait diffusé sur Facebook la convocation de la police.

Bladi.net

Bladi.net - 2018 - Archives - A Propos - Contact