Maroc : un pro Polisario condamné à 2 ans de prison

25 décembre 2021 - 13h40 - Espagne - Ecrit par : Bladi.net

Expulsé d’Espagne en novembre dernier, Fayçal al-Bahloul, plus connu sous le nom de « Boukhnouna », vient d’être condamné par le tribunal correctionnel d’Ain Sbaâ à une peine de deux ans de prison et une amende de 1000 dirhams.

Il est reproché à celui qui était visé par deux mandats d’arrêt émis par le Maroc d’ « incitation d’atteindre à la sécurité intérieure de l’État, incitation directe et publique à commettre des crimes contre des personnes dépositaires de l’autorité publique, menaces de mort et d’enlèvement, incitation contre l’intégrité territoriale du Royaume, incitation à troubler l’ordre public, insulte et diffamation dirigées contre des institutions constitutionnelles, des corps organisés et des agents publics dans le cadre de l’accomplissement de leurs fonctions, publication et diffusion de fausses nouvelles et faits, incitation à la discrimination et à la haine. »

A lire : Le pro-Polisario Fayçal El Belloul face à la police judiciaire

L’homme avait été arrêté en mars dernier dans une opération menée au Pays basque. Lors de son arrestation, plusieurs téléphones et ordinateurs ont été saisis, puis remis aux autorités judiciaires en tant que preuves. La justice espagnole l’avait, quant à elle, accusé de « porter atteinte aux intérêts espagnols ».

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Polisario - Procès

Aller plus loin

Le pro-Polisario Fayçal El Belloul face à la police judiciaire

Le pro-Polisario Fayçal El Belloul, extradé d’Espagne a été remis, mardi aux autorités marocaines. Celui qui se qualifie d’ennemi du Maroc est interrogé à la Brigade nationale...

Ces articles devraient vous intéresser :

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Maroc : utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie

Le premier président de la Cour de cassation et président délégué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Mohamed Abdennabaoui, a mis en garde les présidents des tribunaux contre l’utilisation frauduleuse de l’autorisation de polygamie.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.