Maroc : des responsables poursuivis pour dilapidation de l’argent public

31 janvier 2020 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : I.L

La chambre criminelle près la cour d’appel de Marrakech chargée des crimes financiers est sur le point d’ouvrir le procès d’une dizaine de responsables de la province d’Essaouira accusés, entre autres, de malversations et dilapidation de deniers publics.

Le président du Conseil provincial appartenant au PAM (Parti authenticité et modernité), sa 7ᵉ vice-présidente au conseil chargée du dossier des propriétés, le 6ᵉ vice-président chargé de l’urbanisme ainsi que le président du service de l’urbanisme au sein de la préfecture et l’ancien directeur d’Al Omrane vont passer sous peu devant le juge, rapporte Al Akhbar.

Selon le même quotidien, le Procureur général près la Cour d’appel de Marrakech a décidé de confier les conclusions des enquêtes menées par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), en coordination avec ses services régionaux à la Wilaya de Marrakech, au juge d’instruction chargé des crimes financiers.

Dans ce cadre, le juge devrait commencer les recherches et entendre les responsables soupçonnés de malversations, de dilapidation de deniers publics, de fraude, de faux et usage de faux et de corruption ainsi que plusieurs autres dysfonctionnements liés à la gestion des affaires publiques de la province d’Essaouira.

Par ailleurs, un homme d’affaires connu par "les acteurs de la société civile d’Essaouira comme la plaque tournante de la prévarication" au sein de cette ville et dont le nom est revenu plusieurs fois dans toutes les enquêtes devrait également être auditionné par le juge d’instruction.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Corruption

Aller plus loin

Tremblement politique à Fès

Impliqués dans une affaire de fraude dans la passation de marchés publics, le maire de la ville de Fès, Abdeslam Bekkali, ainsi que onze personnes sont poursuivis, l’un en état...

Maroc : scandale financier à Sidi Allal Bahraoui

Le député Rahhou El Hilaa, du Parti Authenticité et modernité (PAM), ainsi que 24 autres accusés, sont poursuivis pour dilapidation de fonds de la commune de Sidi Allal...

Maroc : une centaine d’élus sanctionnés

Le Ministère de l’Intérieur mènerait actuellement une purge au sein des élus communaux. Une centaine de personnes sont concernées.

Affaire CDG : des responsables devant la justice

Poursuivies notamment pour malversations liées à un complexe touristique à Fnideq, 13 directeurs et ingénieurs de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) ont comparu lundi 7...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.