Le maire de Marrakech et son adjoint dans de sales draps

14 mars 2020 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Poursuivis pour dilapidation de deniers publics, le maire de Marrakech et son adjoint ont été entendus par le juge d’instruction près de la cour d’appel de la ville ocre. Les deux accusés auraient passé des marchés de gré à gré, lors de la COP 22.

Mercredi, Younès Benslimane, premier adjoint au maire de Marrakech, député sous la bannière du PJD, et président de l’arrondissement de Marrakech-ville, a été entendu par le juge d’instruction, Youssef Zitouni, chargé des crimes financiers près de la cour d’appel. Le maire, Mohamed Larbi Belcaid, issu du même parti, avait été traduit devant le même juge pour une enquête préliminaire pour les mêmes chefs d’inculpation. Les deux hommes, ainsi que d’autres responsables du conseil communal et des entrepreneurs, avaient été interrogés par la BNPJ, avant d’être déférés devant le procureur du roi de Marrakech pour les mêmes motifs.

Au total, 50 marchés, dont le montant est estimé à 300 millions de dirhams, ont été passés de gré à gré. Selon le360, "ces marchés ont été divisés en lots et accordés à des sous-traitants. Du coup, plus de cinq entreprises bénéficiaires ont été chargées de réaliser les travaux d’un seul marché, violant ainsi le code des marchés publics".

Le juge d’instruction a décidé de fixer au 15 avril prochain, la date de l’instruction approfondie. Par la même occasion, le juge entendra le secrétaire régional de l’Association marocaine de défense des droits de l’homme à Marrakech, en tant que plaignant. Abdelilah Tatouche a beaucoup de choses à dire sur la façon dont le maire et son adjoint ont géré les marchés en les octroyant à une société qui n’a même pas participé à l’appel d’offres.

Plus grave encore, "cette entreprise avait présenté l’offre la moins avantageuse, avec un coût de 4 130 000 de dirhams au lieu de 3 570 000, prix retenu lors de l’appel d’offres". Selon le plaignant, le maire adjoint a récidivé le 25 août 2016 en annulant un autre marché relatif à l’éclairage public pour privilégier la même entreprise, avec en toile de fond, la surévaluation du marché qui est passé de 1 430 000 à 5 000 000 de dirhams. Et comme il n’y a jamais deux sans trois, le même responsable a encore signé un marché négocié d’un montant de 39 millions de dirhams relatif à l’alimentation en énergie des bus électriques à batterie.

Autant d’incohérences et de légèretés dans la gestion de ces marchés, qui justifient la poursuite en justice du maire et de son adjoint.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Corruption - Larbi Belcaid

Aller plus loin

Hassan Derham devant la justice

17 personnes dont l’ancien président du conseil municipal de Laâyoune-El Marsa, Hassan Derham, comparaîtront jeudi prochain devant le juge d’instruction en charge des délits...

Maroc : comparution des présidents de communes devant la justice

Ils sont trois présidents de communes à comparaître devant la Chambre criminelle chargée des crimes financiers près la Cour d’appel de Rabat pour leur implication dans...

Ça se complique pour le maire de Marrakech

Les choses se compliquent pour le maire de Marrakech, Larbi Belcaid et son adjoint Younes Benslimane, tous deux poursuivis pour dilapidation de deniers publics et signature de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.