Une Marocaine lauréate du Prix "Who is who" à Athènes

4 octobre 2019 - 17h50 - Maroc - Ecrit par : K.B

Leila Ghandi vient de recevoir le Prix "Who is who", qui consacre les femmes pionnières à travers le monde, en reconnaissance de sa créativité et de ses nombreuses collaborations dans le domaine de l’information et des droits des femmes.

La lauréate marocaine a reçu le Prix des mains du Ministre grec des Affaires étrangères et du commerce maritime, John Palakyotakis, lors d’une cérémonie qui a vu le couronnement de 13 femmes pionnières dans des domaines divers.

Selon les organisateurs, Leila Ghandi, considérée comme une source d’inspiration pour toute une génération de femmes, est une personnalite éminente qui a marqué le monde des médias aussi bien aux niveaux marocain qu’international.

Dans son allocution, la lauréate s’est dit fière et heureuse d’avoir remporté ce Prix et d’avoir eu l’occasion, une nouvelle fois, de hisser le drapeau national. "J’ai eu l’honneur de recevoir plusieurs prix dans ma carrière. Mais, ma plus belle récompense représente les témoignages et les messages que je reçois chaque jour, et qui me remercient d’avoir apporté un plus à la vie des gens", a-t-elle déclaré.

Animatrice de télévision et productrice, Leila Ghandi est une conférencière internationale au sein des Nations-Unies et du Parlement européen, qui a consacré sa vie à la lutte pour les droits des femmes, pour l’environnement et pour les échanges interculturels.

Sujets associés : Athènes - Prix - Leila Ghandi - Femme marocaine

Ces articles devraient vous intéresser :

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Code de la famille : les féministes marocaines face à l’opposition de Benkirane

Le secrétaire général du Parti justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a vivement critiqué le mouvement féministe qui milite pour l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du Code de la famille, estimant que son combat vise à...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.