Les Marocaines pourront transmettre la nationalité à leurs époux étrangers

29 octobre 2013 - 22h27 - Maroc - Ecrit par : J.L

Les Marocaines mariées à des étrangers pourront bientôt transmettre la nationalité marocaine à leurs conjoints, a révélé ce mardi Mustapha Ramid, ministre de la Justice devant le Parlement.

"L’article 10 du code de la nationalité accorde aux épouses étrangères des Marocains le droit d’obtenir la nationalité marocaine. Par contre les Marocaines mariées à des étrangers ne jouissent pas du même droit".
C’est ainsi, qu’on se retrouve avec une Marocaine, des enfants marocains et un père étranger, ce qui pose un problème de résidence et d’entrée de l’époux au Maroc", explique Mustapha Ramid.

Le ministre de la Justice affirme que son département est prêt à présenter un projet de loi octroyant à la femme marocaine le droit de transmettre la nationalité de son pays d’origine à son époux, au même titre que les hommes.

"Les membres d’une même famille ne peuvent en aucun cas être soumis à des régimes juridiques différents", précise Ramid, espérant que ce projet sera approuvé par le gouvernement, pour qu’il puisse être appliqué dans les plus brefs délais.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Code de la nationalité - Double nationalité - Mustapha Ramid - Ministère de la Justice et des Libertés

Ces articles devraient vous intéresser :

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Maroc : le registre national des mariés bientôt disponible

Dans quelques jours, le ministère de la Justice marocain va procéder au lancement du registre national des mariés dans le but de mettre fin aux infractions constatées dans le domaine.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.