Les Marocains désapprouvent les mécanismes d’aide du FMI

27 mars 2021 - 15h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Les recommandations du FMI pour la relance de la croissance au Maroc en cette période de crise sanitaire sont vivement critiquées par plusieurs hauts fonctionnaires. Au nombre de ces personnalités, le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi et Abdellatif Jouahri, le gouverneur de la Banque centrale marocaine.

Pour relancer la croissance économique au Maroc, le Fonds monétaire international (FMI) a émis plusieurs recommandations et appelé récemment à la réduction d’emplois, des privatisations immédiates au préjudice des investissements et de la consommation publique et privée, provoquant ainsi des contestations dans le rang des hauts fonctionnaires du Maroc. Mais, ses instructions ne sont plus appropriées, notamment en raison des impacts de la crise sanitaire, a indiqué le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi, ajoutant que les pertes et l’inflation peuvent connaître une hausse avec une décision souveraine et que le prêt peut être attribué aux investissements dans les secteurs productifs.

Pour un expert en finances publiques, le Fonds monétaire international invite à la réduction des dépenses publiques pour une baisse du déficit budgétaire, au contrôle de la masse salariale et à la réduction du nombre d’emplois ou carrément à la privatisation. Le gouverneur de la Banque centrale marocaine, Abdellatif Jouahri, estime qu’une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL) du FMI, serait demandée, seulement si le Maroc n’entreprend pas les réformes qu’il faut. Mais, il serait impossible de demander au Fonds monétaire international l’obtention d’une LPL, « une sorte d’assurance au cas où les conditions macro-économiques se dégraderaient », suite à la mise en place de plusieurs réformes pour lesquelles il entend s’engager, tout en fixant des priorités à ce sujet.

Toutefois, le royaume doit éviter le piège de l’emprunt démesuré et œuvrer pour la réforme fiscale, estiment certains analystes. Par ailleurs, le gouverneur de la Banque centrale a précisé que le plus important, ce sont les réformes structurelles qui seront prises. Il a exposé, mardi dernier, les grands chantiers à démarrer. Il s’agit entre autres des fonds de pension, la souplesse du marché du travail, la question des ressources humaines, la réforme des institutions publiques et des entreprises et l’aide directe aux ménages vulnérables.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : FMI - Prêt - Crise économique

Aller plus loin

Le FMI est pessimiste pour la croissance marocaine

Alors que toutes les projections de croissance de l’économie marocaine pour l’année 2020 s’accordent sur des perspectives assez optimistes, le Fonds monétaire international...

Le FMI s’inquiète de la détérioration budgétaire du Maroc

La crise sanitaire due au coronavirus et l’arrêt des activités touristiques ont entraîné une forte détérioration de la situation budgétaire du Maroc, a indiqué un communiqué du...

Le Maroc veut attirer une allocation de 1,2 milliard de dollars du FMI

Le Maroc peut prétendre à 1,2 milliard de dollars, soit plus de 10 MMDH dans une opération du Fonds Monétaire International (FMI). L’institution annonce l’émission de 650...

La réforme fiscale au menu d’un conseil du gouvernement exceptionnel

Un conseil de gouvernement exceptionnel va se réunir ce dimanche sous la présidence de Saâdeddine El Othmani. Deux projets de loi-cadre -l’un relatif à la réforme fiscale et...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Succès d’une nouvelle émission obligataire lancée par le Maroc

Le Maroc clôture avec succès un emprunt obligataire sur les marchés financiers internationaux d’un montant global de 2,5 milliards de dollars. L’opération fait suite à un Roadshow auprès de la communauté des investisseurs internationaux.

Le FMI va accorder un important prêt au Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) s’apprête à débloquer, à partir du nouveau fonds fiduciaire pour la résilience et la durabilité, un énorme prêt au Maroc, afin de renforcer la résistance du pays aux catastrophes liées au climat.

Risques Pays : le Maroc décroche la meilleure note « B3 » en Afrique

Avec un « B3 », le Maroc décroche la meilleure note parmi les grandes puissances économiques en Afrique en termes de risque pays, devant le Nigeria (D3), l’Afrique du Sud (C3), l’Égypte (D4) et l’Algérie (C3). C’est ce que révèle la nouvelle carte...

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Flexibilité du dirham : le Maroc franchit une nouvelle étape

Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des finances, salue la réforme en cours du régime de change marocain, affirmant qu’une étape importante est en train d’être franchie pour améliorer la flexibilité du dirham.

Banques marocaines : Fitch Rating avertit

Les banques marocaines font face à une situation de dégradation de la qualité de leurs prêts, en dépit d’une plus grande sélectivité dans leur octroi, avertit l’agence de notation américaine Fitch Ratings.