Les Marocains désapprouvent les mécanismes d’aide du FMI

27 mars 2021 - 15h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les recommandations du FMI pour la relance de la croissance au Maroc en cette période de crise sanitaire sont vivement critiquées par plusieurs hauts fonctionnaires. Au nombre de ces personnalités, le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi et Abdellatif Jouahri, le gouverneur de la Banque centrale marocaine.

Pour relancer la croissance économique au Maroc, le Fonds monétaire international (FMI) a émis plusieurs recommandations et appelé récemment à la réduction d’emplois, des privatisations immédiates au préjudice des investissements et de la consommation publique et privée, provoquant ainsi des contestations dans le rang des hauts fonctionnaires du Maroc. Mais, ses instructions ne sont plus appropriées, notamment en raison des impacts de la crise sanitaire, a indiqué le Haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi, ajoutant que les pertes et l’inflation peuvent connaître une hausse avec une décision souveraine et que le prêt peut être attribué aux investissements dans les secteurs productifs.

Pour un expert en finances publiques, le Fonds monétaire international invite à la réduction des dépenses publiques pour une baisse du déficit budgétaire, au contrôle de la masse salariale et à la réduction du nombre d’emplois ou carrément à la privatisation. Le gouverneur de la Banque centrale marocaine, Abdellatif Jouahri, estime qu’une nouvelle ligne de précaution et de liquidité (LPL) du FMI, serait demandée, seulement si le Maroc n’entreprend pas les réformes qu’il faut. Mais, il serait impossible de demander au Fonds monétaire international l’obtention d’une LPL, « une sorte d’assurance au cas où les conditions macro-économiques se dégraderaient », suite à la mise en place de plusieurs réformes pour lesquelles il entend s’engager, tout en fixant des priorités à ce sujet.

Toutefois, le royaume doit éviter le piège de l’emprunt démesuré et œuvrer pour la réforme fiscale, estiment certains analystes. Par ailleurs, le gouverneur de la Banque centrale a précisé que le plus important, ce sont les réformes structurelles qui seront prises. Il a exposé, mardi dernier, les grands chantiers à démarrer. Il s’agit entre autres des fonds de pension, la souplesse du marché du travail, la question des ressources humaines, la réforme des institutions publiques et des entreprises et l’aide directe aux ménages vulnérables.

Sujets associés : FMI - Prêt - Crise économique

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

La réforme fiscale au menu d’un conseil du gouvernement exceptionnel

Un conseil de gouvernement exceptionnel va se réunir ce dimanche sous la présidence de Saâdeddine El Othmani. Deux projets de loi-cadre -l’un relatif à la réforme fiscale et...

Le FMI est pessimiste pour la croissance marocaine

Alors que toutes les projections de croissance de l’économie marocaine pour l’année 2020 s’accordent sur des perspectives assez optimistes, le Fonds monétaire international (FMI)...

Le Maroc veut attirer une allocation de 1,2 milliard de dollars du FMI

Le Maroc peut prétendre à 1,2 milliard de dollars, soit plus de 10 MMDH dans une opération du Fonds Monétaire International (FMI). L’institution annonce l’émission de 650...

Les recommandations du FMI pour le Maroc

La situation incertaine que traverse l’économie marocaine à pousser le Fonds monétaire international (FMI) à conseiller la réduction du ratio dette publique/Produit intérieur brut...

Nous vous recommandons

FMI

Investissements directs des étrangers : le Maroc, 3ᵉ meilleure destination mondiale

Le Maroc fait partie des pays qui reçoivent le plus d’investissements directs étrangers (IDE) dans le monde, se positionnant à la troisième place d’un classement dominé par le Qatar et l’Inde, selon le...

Vaccination anti-Covid-19 : le Maroc félicité par le FMI

Le Chef de mission du Fonds monétaire international (FMI), chargé du Maroc, Roberto Cardarelli a relevé lundi, que le Maroc est un exemple au niveau mondial en matière de vaccination et fait face à une perspective économique prometteuse. Il a fait cette...

Le FMI revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour le Maroc

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu ses prévisions de croissance du Maroc pour cette année à 1,1 %, en forte baisse par rapport à l’estimation précédente de 3 %.

Le Maroc sera plus riche que l’Algérie en 2025

Avec un PIB s’élevant à 154 milliards de dollars, le Maroc dépassera l’Algérie en 2025 devenant plus riche que le voisin de l’Est. C’est ce que révèlent les prévisions et projections du Fonds monétaire international (FMI) sur la richesse mondiale mesurée par le...

Les recommandations du FMI pour le Maroc

La situation incertaine que traverse l’économie marocaine à pousser le Fonds monétaire international (FMI) à conseiller la réduction du ratio dette publique/Produit intérieur brut (PIB) à partir de 2022. L’annonce a été faite lundi soir, au cours d’une...

Prêt

L’idée d’un possible reconfinement angoisse les restaurateurs marocains

Les professionnels de la restauration, s’inquiètent d’un éventuel reconfinement, partiel ou total, à l’image des pays européens, comme la France, l’Espagne et la Belgique déjà reconfinés. Un reconfinement mettra une fois encore plus d’un et surtout,...

Agriculture : la BAD accorde un prêt de 1,2MMDH au Maroc

La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé la signature d’un nouvel accord de prêt pour le financement d’un programme agricole, portant sur un montant de 1,2 milliard de DH.

"L’épicier-banquier" à la rescousse des ménages marocains

L’épicier-banquier, c’est ainsi qu’on peut qualifier celui du quartier qui, via le système du crédit, va à la rescousse de ses clients, dont la situation financière continue de se dégrader, du fait du confinement. On le voit même prêter de l’argent...

Le Maroc rembourse par anticipation le FMI

Le 21 décembre, le Maroc a décidé de rembourser à l’avance, une partie du tirage réalisé sur la Ligne de précaution et de liquidité en avril dernier. Le ministère des Finances et Bank Al Maghrib ont donné plus de précision sur cette...

Voici les nouvelles conditions d’octroi de crédits aux particuliers en 2021

De nouvelles recommandations de Bank Al-Maghrib (BAM) sont attendues en début de l’année 2021. Elles concernent les conditions d’octroi de crédits par les banques et des sociétés de crédit à la consommation.

Crise économique

Maroc : le trafic aérien chute de plus de 70% au premier semestre 2021

Au titre du premier semestre 2021, les aéroports marocains ont enregistré un recul de 78,8 % du trafic commercial passager. Le nombre de passagers s’élève à 2 473 988 voyageurs à fin juin 2021 contre 11 669 548 durant de la même période de l’année...

Maroc : la croissance économique de 2021 serait compromise en cas de pénurie de vaccins

La croissance économique marocaine en 2021 est tributaire du bon déroulement de la campagne de vaccination de masse contre le Covid-19 qui devrait permettre d’atteindre l’immunité collective et la levée des mesures restrictives en vigueur. La reprise de...

Maroc : les crédits bancaires repartent à la hausse

Pour le compte des deux premiers mois de l’année 2021, l’encours des crédits bancaires octroyés au secteur de l’immobilier est en hausse. La Direction des études et des prévisions financières (DEPF) fait état d’une progression de 2,3 % pour un total de 284...

À cause du Covid-19 : le Maroc plombé par un risque-pays assez élevé

L’évaluation du risque-pays réalisée par l’assureur de crédit Coface dans 162 pays pour analyser le risque d’impayés d’entreprises, révèle que le Maroc est actuellement à un risque assez élevé. Cette étude intervient dans un contexte particulier lié au Covid-19,...

Carburant : les camionneurs marocains menacent d’une grève générale

Face à la hausse continue des prix du carburant à la pompe, les transporteurs marocains brandissent une nouvelle fois la menace d’une grève générale. Ils estiment que les aides directes accordées par le gouvernement sont insuffisantes, appelant à des...