Les Marocains respectent-ils l’état d’urgence ? (Enquête)

26 août 2021 - 14h40 - Ecrit par : A.P

Les Marocains respectent-ils ou violent-ils les règles liées à l’état d’urgence sanitaire  ? Une enquête s’est penchée sur la question et les résultats sont surprenant.

Dans ce contexte de crise sanitaire marqué par des mesures restrictives tantôt assouplies, tantôt renforcées ou réajustées, L’Economiste-Sunergia a mené une enquête sur la violation des règles liées à l’état d’urgence par les Marocains. Les résultats sont assez édifiants. 93 % des personnes interrogées affirment qu’elles n’ont jamais été arrêtées par les forces de l’ordre pour cette infraction. Mais, ce score suffit-il pour conclure que tout le monde respecte les consignes sanitaires ? À l’évidence, non.

La réalité est que beaucoup de contrevenants ont sans doute échappé à la vigilance des autorités. L’enquête souligne que 2 % des interrogés ont été interpellés et conduits au poste de police ou de gendarmerie pour non-port de masque de protection, violation de couvre-feu nocturne, ou déplacement entre villes sans autorisation. 5 % de l’échantillon ont payé une amende.

À lire : Maroc : des centaines de personnes verbalisées pour violation de l’état d’urgence

Toutefois, 8 % des hommes ont été amenés à payer une amende contre 2 % pour les femmes. Les jeunes de 18-24 ans ayant violé au moins une fois les règles liées à l’état d’urgence ne représentent que 3 % des enquêtés et ceux âgés entre 25 et 34 ans arrêtés, ne font que 2 % de l’échantillon. Les jeunes de 35-44 ans sont les plus indisciplinés selon l’enquête. 5 % d’entre eux ont déjà été arrêtés par la police ou la gendarmerie et 6 % ont payé une amende sur place ou dans un délai de 24 heures. En milieu rural, 2 % des personnes résidant à la campagne ont déjà été interpellées par la gendarmerie ou la police contre 3 % en milieu urbain et 4 % ont payé l’amende en milieu rural contre 5 % en milieu urbain.

La sanction prévue par le décret-loi 2.20.292 pour ces infractions est le paiement d’une amende de 300 à 1 300 DH et une peine de prison d’un à trois mois en fonction de la gravité de l’infraction.

Tags : Enquête - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Le Maroc prolonge l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 28 février 2022

Réuni ce jeudi 27 janvier à Rabat, le gouvernement a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national jusqu’au 28 février, après examen d’un projet...

Le Maroc va-t-il prolonger l’état d’urgence sanitaire ?

La prorogation de la durée d’effet de l’état d’urgence sanitaire fera l’objet de discussions au prochain conseil de gouvernement prévu jeudi 24 février...

Des enfants de personnalités arrêtés à Tétouan pour violation de l’état d’urgence

À Tétouan, les hauts responsables de la région attachent du prix à l’application de la loi sur les violations de l’état d’urgence sanitaire. Plusieurs fils de personnalités subissent...

Rabat : des interpellations pour violation de l’état d’urgence sanitaire

Les éléments de la préfecture de police de Rabat ont procédé, mercredi matin, à l’arrestation de quatorze personnes résidant au quartier Takaddoum à Rabat. Il leur est reproché la...

Nous vous recommandons

La gazoduc Maroc-Nigéria plus que jamais d’actualité

Alors que l’Europe est embourbée dans une crise géostratégique liée à l’exportation du gaz avec les États-Unis et la Russie et que l’Algérie a coupé ses livraisons, le Maroc pourrait profiter de son projet de gazoduc avec le Nigeria pour réduire son déficit...

L’Arabie saoudite réitère son offre de médiation dans la crise Maroc-Algérie

En prélude au sommet arabe, l’Arabie saoudite a renouvelé son offre de médiation dans la crise entre le Maroc et l’Algérie. Elle estime qu’une éventuelle réconciliation entre les deux pays contribuerait à la réussite de la rencontre...

De nouveaux vols pour Air Arabia Maroc

La compagnie aérienne Air Arabia Maroc a procédé, lundi, à l’inauguration de nouveaux vols à partir de Casablanca et de Tanger, vers Séville.

Arrivée annoncée des touristes israéliens au Maroc

Le lancement des vols directs entre Israël et le Maroc dès dimanche 25 juillet se précise. Les professionnels du secteur s’attendent à accueillir 50 000 touristes israéliens dans le royaume.

Divorce de la princesse Lalla Soukaina

La Princesse Lalla Soukaina et Mehdi Regragui auraient divorcé récemment, selon certaines sources médiatiques. Ils s’étaient mariés en 2014.

Halilhodzic ne veut plus de Ziyech dans l’équipe

La tension entre Vahid Halilhodzic et Hakim Ziyech est toujours aussi vive malgré les tentatives opérées pour aplanir les divergences entre les deux hommes. Le sélectionneur est catégorique et ne veut plus de Ziyech en sélection nationale, tandis que le...

Maroc : crash d’un avion de la Gendarmerie royale

Un avion de la gendarmerie royale s’est écrasé vendredi 31 décembre 2021 au large de Dakhla. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer.

L’absence de MRE fait chuter le chiffre d’affaires des « chouwafates »

Depuis deux ans, la crise sanitaire liée au coronavirus produit un impact négatif sur l’activité des chiromanciennes, aussi appelées « chouwafates ». Leur moral a commencé à décliner.

MRE : voici les modalités de remboursement de l’indemnité de transport maritime

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) qui rentrent au Maroc par voie maritime dans le cadre de l’Opération Marhaba sont désormais fixés sur les conditions et modalités de versement des montants correspondant au remboursement partiel des billets des...

Les États-Unis pressent le Maroc à se joindre aux sanctions contre la Russie

Les États-Unis exhortent le Maroc — qui a jusque-là adopté une position neutre sur la guerre en Ukraine-, Israël et l’Algérie à sanctionner, à leur tour, la Russie. Le sujet est au menu des discussions que Antony Blinken, secrétaire d’État américain aura avec...