Meknès, cœur des paradoxes marocains

7 septembre 2007 - 12h49 - Maroc - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Il n’a rien de l’islamiste portant barbe, claquettes et gandoura. Avec sa chemisette beige et son pantalon de bonne coupe, Aboubakr Belkora fait mentir tous les clichés. Sa femme, élégante, moderne et gaie, est non voilée. L’aîné de leurs fils a étudié à Lyon, le second aux Etats-Unis, le troisième à l’université américaine d’Ifrane. Quant au dernier, il vient d’intégrer le lycée français de Meknès. Et pourtant, tous les yeux sont braqués sur Aboubakr Belkora depuis quatre ans. Sans bienveillance, selon lui.

"Au Maroc, on ne veut pas que je réussisse. Mon étiquette de maire PJD [Parti de la justice et du développement] me vaut tous les ennuis. J’en ai plus que marre !", dit-il, l’air démoralisé. Depuis qu’il est à la tête du conseil municipal de Meknès, 500 000 habitants, première agglomération marocaine d’importance conquise par les islamistes modérés du PJD, la vie de ce propriétaire terrien d’une cinquantaine d’années a changé du tout au tout.

Il travaille "comme un fou", n’a "plus de vie privée", néglige l’entreprise familiale, et tout cela "pour rien". Il a l’impression d’avoir "raté à Meknès", tant les chausse-trapes ont été nombreuses.

"Une municipalité, c’est un petit gouvernement. Si j’avais réussi, cela voulait dire que le PJD pouvait viser encore plus haut", lâche-t-il en allusion aux élections législatives du 7 septembre au Maroc, dont le PJD devrait sortir vainqueur. "Je n’arrête pas de dire à mes amis du parti : Surtout, restez dans l’opposition ! Ne jouez pas les cascadeurs comme moi ! ", poursuit-il dans son bureau de l’hôtel de ville.

A plusieurs reprises, Aboubakr Belkora a présenté sa démission au président de son parti, Saad Othmani. A chaque fois, elle a été refusée. "On me dit que ce n’est pas le bon moment, que je vais perturber l’avancée démocratique actuelle… Vivement que je retourne à mes terres. Je suis un simple paysan, pas un politicien", soupire-t-il.

Conflit ouvert

Depuis deux ans, le maire de Meknès est en conflit ouvert avec le wali (préfet) de la région. Et pas n’importe quel wali ! Il s’agit d’Hassan Aourid, ex-porte-parole du Palais royal et ami d’enfance de Mohammed VI.

L’homme est réputé brillant, cultivé, efficace. L’a-t-on nommé à Meknès pour faire sortir la ville de l’oubli où elle était tombée sous Hassan II – après que l’ex-roi eut reçu des tomates lors d’un déplacement, dit-on – ou pour surveiller de près le premier maire islamiste d’une grande ville ? Les avis sont partagés.

Les habitants de Meknès, en tout cas, ne retiennent qu’une chose : leur ville, cité impériale, berceau de la dynastie des Alaouites, a gagné en dynamisme ces dernières années. Un salon international de l’agriculture y a été créé. Un festival de musique aussi. Des entreprises agroalimentaires s’installent dans la région. Le secteur de la construction est en plein essor. Bref, la situation est infiniment meilleure qu’avant.

A qui le mérite ? C’est là que le bât blesse… Autant les Meknessis chantent les louanges du wali, autant ils oublient de citer le maire. "Normal : on a rejeté tous mes projets et demandes de subventions pour Meknès. Les autres villes, qui ne sont pas PJD, y ont eu droit", rumine M.Belkora.

A l’en croire, le wali "décide de tout" et ne le laisse pas manœuvrer. On le prive, en particulier, de son meilleur atout : "Des actions de proximité auprès de la population." Et puis, il est sans cesse la cible d’attaques haineuses et basses d’une partie de la presse locale.

Aboubakr Belkora est cependant réputé pour sa probité. On salue son ouverture d’esprit. Personne ne se plaint que les libertés aient reculé depuis son arrivée à l’hôtel de ville.

Meknès est une ville paradoxale. Non seulement les femmes s’y promènent librement le soir, mais elles s’attablent sans complexe aux terrasses des cafés. Foulards islamiques, djebbas (sorte de bure), jeans et dos nus : tout se côtoie. En ces soirs d’été, la place El-Hedim est noire de monde. Les femmes y sont plus nombreuses que les hommes.

"Je ne me suis pas inquiété quand Belkora est devenu maire. Je le connaissais depuis longtemps. Je le considère comme un ami." Celui qui parle est un personnage à Meknès, et même dans tout le Maroc. Brahim Zniber, 80 ans et belle allure, est le président des Celliers de Meknès. Cet homme parti de rien est aussi propriétaire du Château-Roslane, la première appellation d’origine contrôlée dans le royaume.

Car Meknès, ville islamiste, est la capitale du vin au Maroc. Brahim Zniber contrôle 85 % du marché dans le pays. Les 28 millions de bouteilles qu’il produit chaque année sont destinées, dans leur quasi-totalité, à la consommation intérieure. Selon la loi marocaine, il est pourtant interdit de vendre de l’alcool aux Marocains.

"Cela peut paraître étrange que je fabrique du vin dans un pays musulman, mais je me sens serein. Seul l’excès est mauvais", dit Brahim Zniber en souriant.

Des jeunes tiraillés

Ce langage, on l’entend souvent à Meknès. Le maire PJD fait preuve de la même tolérance. Ses administrés boivent de l’alcool ? Ce n’est pas son problème. "Il ne me revient pas de contrôler les gens !", dit-il simplement. Reste que l’attitude des Marocains à l’égard de l’alcool est plus qu’ambiguë.

Hypocrisie ? "Il s’agit plutôt d’un sens des convenances. Boire de l’alcool, c’est limite, au Maroc, sur le plan légal et religieux. On peut le faire, mais avec discrétion, pour ne pas gêner l’autre. C’est presque du savoir-vivre", réplique Zouhair Benomar, directeur technique des Celliers de Meknès.

Ici, comme partout au Maroc, on sent toutefois les jeunes douloureusement tiraillés. Non pas tant par la question de l’alcool que par celle des filles, du chômage, de l’Occident, de l’avenir. Othman Benhami, 27 ans, membre du groupe de rap à succès H-Kayne, reflète bien toutes ces contradictions.

Ce beau gosse au statut de star aime sa ville natale et ne rêve pas d’aller s’établir ailleurs. Mais tout le perturbe, ces dernières années, à commencer par cette "modernisation" qui menace de faire perdre au Maroc "son identité et ses valeurs".

Alors qu’il parle, une fille passe devant lui, en jean moulant et dos nu. "Elle se trimballe comme une pouffiasse, et après, elle s’étonne qu’on ne la respecte pas !", s’exclame-t-il en la désignant d’un geste irrité. Les filles, au Maroc, "ça part en vrille", répète-t-il à plusieurs reprises. Elles prennent, selon lui, la modernité "du mauvais côté".

Autrefois, Othman n’était pas gêné par tout cela. Il sortait, draguait, basculait même parfois dans l’excès. C’est fini. Aujourd’hui, il fait ses prières et respecte à la lettre les préceptes de l’islam. Ses copains rappeurs de H-Kayne aussi.

"On fait même de la surenchère. Chacun essaie de prouver à l’autre qu’il est meilleur musulman que lui !", raconte-t-il. Il s’arrête, réfléchit et ajoute : "Ce n’est pas un jeu entre nous. C’est une façon de montrer qu’on est fiers d’être musulmans. Et plus on nous catalogue comme extrémistes, plus on s’affirme comme ça. Les Américains et l’Occident nous rejettent, mais ils finiront par l’avoir dans la gueule !"

Le Monde - Florence Beaugé

Sujets associés : Meknès - H-Kayne - Elections 2007 - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Aboubakr Belkora - Rap - Nayda - Alcool

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Meknès

Maroc : après les averses orageuses, la canicule

Plusieurs provinces marocaines vont connaître une vague de chaleur de dimanche 5 septembre à mercredi 8 septembre, alerte la Direction générale de la météorologie (DMN).

Ce banquier n’aurait jamais dû faire confiance à une prostituée

Le tribunal de première instance de Meknès a condamné une prostituée à 3 mois de prison ferme assortis d’une amende de 500 dirhams, pour sextorsion, prostitution et enregistrement de vidéos d’un tiers sans son consentement. La victime a écopé de 2 mois de...

Ils payaient avec de faux billets à Meknès

Les éléments de la police de Meknès ont réussi à démanteler un réseau spécialisé dans la falsification de billets de banque. En tout, trois personnes arrêtées.

Peine capitale pour le meurtre de trois membres de sa famille

La chambre criminelle près la Cour d’appel de Meknès a condamné à la peine capitale un sexagénaire, repris de justice pour le meurtre de ses deux sœurs et de son neveu.

Macabre découverte à Meknès

La dépouille d’une quadragénaire, probablement violée et assassinée à l’aide d’une arme blanche, a été découverte, vendredi 27 novembre 2020 à Outat El Haj, dans la région de Meknès. Une enquête a été ouverte.

H-Kayne

Elections 2007

Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Maroc : le PJD craint « l’intrusion sioniste » dans le pays

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’a toujours pas digéré la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. La visite du ministre israélien de la Défense, Benny Gantz dans le royaume a suscité une réaction chez son...

Saâdeddine El Othmani démissionne du secrétariat du PJD

Le Chef du gouvernement, Saad-Eddine El Othmani a annoncé ce jeudi sa démission du poste de secrétaire du Parti Justice et Développement (PJD). Il a été suivi de tous les autres membres du secrétariat général. Une démission collective qui fait suite à l’échec...

Élections au Maroc : vers une alliance entre le PJD et le PAM ?

Dans la perspective des prochaines élections, le Parti de la justice et du développement (PJD)et le Parti authenticité et modernité (PAM) ont tenu, samedi 24 juillet au siège central du parti islamiste à Rabat, une réunion de concertation à laquelle ont...

Nadia Fettah critique les 10 ans de gestion du PJD

Lors de la présentation du projet de loi de finances (PLF) 2022 au Parlement lundi, Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances a critiqué la gestion des islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) restés à la tête du gouvernement...

El Othmani rend visite à Ramid à l’hôpital

Le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani, également secrétaire général du Parti justice et développement (PJD) s’est rendu à l’hôpital Mohammed VI de Bouskoura où il s’est enquis de l’état de santé de Mustapha Ramid, ministre d’État chargé des droits de...

Aboubakr Belkora

Rap

French Montana : « je serais devenu vendeur de maïs, si j’étais resté dans mon pays »

Le rappeur américain d’origine marocaine, French Montana, qui s’est récemment offert une villa à Los Angeles à 8 millions de dollars, revient sur son enfance difficile et les premières années marquées par la...

Morad : « ils ne veulent pas de moi comme Espagnol »

Premier invité de la nouvelle saison de Lo de Évole sur La Sexta, le rappeur espagnol d’origine marocaine, Morad, a affirmé que le Maroc est son pays, bien qu’il soit né en Espagne.

Lartiste exorcice son lynchage dans "Vaï et Reviens" (vidéo)

Le 14 mars 2018, le rappeur marocain Lartiste a été violemment agressé devant son immeuble, alors qu’il revenait d’une émission radio. Aujourd’hui, il aborde cet épisode de sa carrière professionnelle à travers une chanson tirée de son nouvel...

Le rappeur Don Bigg rejoint la liste des artistes contaminés par le Covid-19

En attendant l’arrivée du vaccin "salvateur", l’épidémie du Covid-19 continue de sévir durement au Maroc. Aujourd’hui, c’est le rappeur marocain, Don Bigg, qui rejoint la liste des artistes ayant contracté le...

Diam’s met en location sa villa à Marrakech

Après avoir quitté la scène il y a plus de dix ans, Diam’s s’est lancée dans la décoration d’intérieur. L’ancienne rappeuse propose un nouveau projet à Marrakech.

Nayda

Alcool

À Marrakech, on sert de l’alcool périmé dans certains restaurants

Les opérations de contrôle menées les 08 et 09 septembre dans les restaurants et dépôts ont permis de saisir d’importantes quantités de boissons alcoolisées de contrebande ou périmées, et d’autres ayant échappé aux contrôles de la douane. Il s’agit de mesures...

L’alcool sauve les finances de la ville de Tanger

La mairie de Tanger gérée par le Parti authenticité et modernité (PAM) compte renflouer ses caisses à travers les taxes sur l’alcool et les casinos.

Maroc : vers la dépénalisation de la vente et de la consommation d’alcool ?

Le ministre de la Justice marocain, Abdellatif Ouahbi, affiche sa volonté d’abroger la loi de 1967 interdisant à tout établissement de vendre ou d’offrir une boisson alcoolisée aux musulmans. Une loi contraignante dont l’inobservance expose les...

Maroc : vers la dépénalisation de la consommation d’alcool ?

On en sait un peu plus sur la réforme du Code de procédure pénale en attente d’être adopté au Maroc. Selon les explications fournies par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, cette réforme entend entre autres, introduire la dépénalisation de la...

Kénitra : arrestation de deux policiers pour corruption et extorsion

Un officier de paix et un inspecteur de police font depuis vendredi, l’objet d’une enquête ouverte par la Brigade nationale de la police judiciaire en vue de déterminer les actes criminels qui leur sont reprochés. Ces deux policiers en fonction à la...