Espagne : comment la police a retrouvé le meurtrier d’un Marocain abattu à Torremolinos

10 janvier 2023 - 08h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

La police de Malaga enquête sur le meurtre d’Ahmed Azim, 35 ans, un vendeur ambulant marocain, tué le 19 avril 2021 dans la rue Buen Consejo à Torremolinos. Au départ, la police penchait pour un règlement de comptes entre narcotrafiquants. Mais il n’en est rien.

Comme dans toute enquête classique, les agents ont commencé par creuser dans la vie d’Ahmed à la recherche d’ennemis. Mais le Marocain, vendeur ambulant dans les marchés de Malaga et Cadix, n’avait pas de casier judiciaire pour trafic de drogue ou crime organisé. Depuis août 2020, il séjournait à l’auberge Las Flores située dans le centre de Torremolinos. Le propriétaire de l’établissement a déclaré à la police qu’il menait une vie simple et ordonnée et recevait très peu de visites. Avec ces éléments, les enquêteurs ont écarté l’hypothèse du règlement de comptes entre narcotrafiquants, rapporte Diario Vasco.

À lire : Îles Canaries : la police enquête sur la mort étrange d’un jeune marocain

Pour les agents, le crime semble être l’œuvre d’un tueur à gages professionnel. Ahmed a été froidement abattu vers 6 heures du matin du 19 avril 2021, alors qu’il s’apprêtait à démarrer son camion garé dans une rue. Un homme cagoulé caché entre deux voitures lui a tiré dessus à six reprises avec un pistolet. Le Marocain a été touché de deux balles à la fesse et d’une autre au cœur qui lui a été fatale. Le crime a eu lieu en pleine pandémie, où les mesures restrictives étaient en vigueur. Donc, pas de témoin. Le corps d’Ahmed n’a été retrouvé qu’à 9 heures du matin.

À lire : Enquête après la mort d’un Marocain à Marbella

Les enquêteurs ont visionné les images de toutes les caméras de sécurité qui se trouvaient dans le périmètre. Dans l’une d’elles, ils ont pu voir l’homme cagoulé qui portait un sac en bandoulière s’approcher du lieu du meurtre en marchant. Reste à découvrir son identité. A la recherche d’indices, les agents ont découvert qu’Ahmed n’avait pas obtenu l’autorisation pour être vendeur ambulant, et a dû s’associer avec des personnes qui étaient en règle. Selon l’un de ses partenaires, Ahmed était un vendeur « agressif » et parfois « un peu provocateur ». Ce témoin a confirmé aux agents que la victime avait des désaccords avec un autre vendeur surnommé « Le Portugais ».

À lire : Espagne : la police enquête sur le décès d’un Marocain

Les agents ont montré à ce témoin une vidéo de l’homme cagoulé, présumé auteur du meurtre. La taille, le teint et la façon de marcher de ce dernier, correspondent à ceux du fils du « Portugais », confirme-t-il. Comparant la posture du présumé meurtrier et du suspect, le fils du « Portugais » âgé de 29 ans, les spécialistes ont constaté une « concordance ». Après une enquête approfondie, il a été arrêté le 24 mai 2021. Le parquet a requis contre lui une peine de 26 ans et demi de prison pour les crimes de meurtre et de détention illégale d’une arme à feu, ainsi qu’une indemnité de 100 000 euros pour la famille d’Ahmed.

Sujets associés : Espagne - Marbella - Enquête - Homicide - Torremolinos - MRE

Aller plus loin

Un Marocain froidement abattu à Barcelone

Un Marocain au volant de sa voiture a été abattu dimanche par un automobiliste dans la municipalité de Badia del Valles (Barcelone). Le meurtrier présumé a pris la fuite.

Espagne : la justice enquête sur l’agression raciste d’un Marocain

Le tribunal d’instruction de Valence a ouvert une enquête sur l’agression raciste d’un jeune homme d’origine marocaine à l’entrée d’une boîte de nuit de la ville. Six personnes...

Espagne : la police enquête sur le décès d’un Marocain

La Garde civile poursuit son enquête afin de faire la lumière sur le décès survenu vendredi d’un jeune Marocain, accusé d’un délit de fuite dans la ville de Roldán (Murcie).

Enquête après la mort d’un Marocain à Marbella

La police nationale espagnole a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances du décès d’un Marocain survenu dimanche à Marbella (Malaga). Il serait tombé dans le vide...

Ces articles devraient vous intéresser :

Enseignement supérieur : le Maroc fait appel aux MRE

Le Maroc envisage de recourir à ses compétences à l’étranger pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur dans ses universités. Une réforme est en cours de préparation pour revoir le cadre légal régissant la profession.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Les transferts des MRE en légère hausse à fin mai

À fin mai dernier, les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ont transféré environ 38,31 milliards de dirhams (MMDH) contre 36,47 MMDH à la même période en 2021, selon l’Office des changes.

Les transferts des Marocains du monde encore en forte hausse

Les transferts des Marocains résidant à l’étranger se maintiennent à la hausse, selon les derniers chiffres dévoilés par l’Office des changes.

Transfert des MRE : le Maroc veut maintenir la dynamique

En vue de maintenir le flux des transferts de fonds de la diaspora, Bank Al-Maghrib (BAM), en collaboration avec les pouvoirs publics, a mené des actions pour diversifier les canaux de transmission et réduire les coûts de ces envois.

Retour définitif des MRE au Maroc : ce que dit la douane

Selon les dernières régulations édictées par la douane marocaine, les Marocains résidant à l’étranger qui prévoient de rentrer définitivement au Maroc doivent se conformer à certaines règles concernant l’importation de biens.

Marocains du monde : est-il interdit d’introduire des médicaments au Maroc ?

Les services de la Douane marocaine interdisent l’introduction au Maroc de médicaments, sauf pour les besoins personnels. A cet effet, certaines dispositions doivent scrupuleusement être respectées.

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.