Moulay Hicham : « le rapprochement Maroc-Israël ne peut pas reposer sur un marchandage »

2 février 2021 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le prince Moulay Hicham martèle que la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël ne peut pas reposer sur un marchandage pour la reconnaissance américaine de la souveraineté du royaume sur le Sahara occidental.

« Cette reconnaissance mutuelle a soulevé d’intenses critiques dans des milieux divers, qui reprochent au Maroc d’avoir exploité la situation de deux peuples sans État : le Maroc braderait les Palestiniens en échange de la consolidation de sa position au Sahara occidental, dont le statut n’a pas encore été déterminé par le droit international. Ce récit géopolitique ne rend néanmoins pas compte de la perspective marocaine. Le Maroc ne considère pas que la question du Sahara occidental et celle de la Palestine puissent faire l’objet d’un marchandage réciproque », déclare-t-il dans une tribune publiée par L’Obs.

Selon le prince Moulay Hicham, les deux situations sont de tristes héritages du colonialisme occidental, mais chacune a sa spécificité et pose des défis propres. « La tâche essentielle pour le Maroc est de résoudre chaque conflit de la manière la plus juste », pense-t-il, faisant remarquer que le contexte du Sahara occidental n’est pas équivalent à la tragédie palestinienne.

« Les Palestiniens ne sont pas citoyens d’Israël, alors que les Sahraouis sont citoyens marocains, même si certains refusent ce statut. L’annexion de la Palestine par Israël rend impossible toute citoyenneté future. Elle l’a privée de l’autonomie et de sa capacité à s’autoadministrer, en violation des accords d’Oslo qui se fondaient sur la mise en place d’une confiance réciproque dans la perspective de la création d’un État palestinien », explique-t-il.

Le cousin du roi Mohammed VI rappelle par ailleurs que l’ouverture du Maroc au principe d’une normalisation avec Israël vient de loin, d’un point de vue historique. Selon ses explications, il y a, depuis l’aube de la monarchie alaouite, une longue et riche tradition d’engagement de la dynastie envers le judaïsme et la judéité. Mieux, la Constitution marocaine reconnaît l’héritage du judaïsme comme partie intégrante de l’identité nationale. Ce qui amène le prince Hicham à affirmer que les événements actuels inscrivent le roi Mohammed VI dans la ligne de son grand-père et de son père. Il note que le souverain a fait un pas de plus au processus de rapprochement.

« Il serait important que sur des questions aussi essentielles le peuple marocain puisse s’exprimer et que la liberté d’opinion soit pleinement reconnue », soutient le prince Hicham. « Le Maroc considère qu’une authentique réconciliation avec Israël ne peut pas reposer sur un marchandage. Cela doit relever d’un processus qui respecte aussi les droits du peuple palestinien. Cette constante traverse toute notre histoire », conclut-il.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Mohammed VI - Moulay Hicham - Sahara Marocain - Sahara Occidental - Normalisation Maroc Israël

Aller plus loin

Le Maroc et Israël renforcent leur coopération

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a échangé au téléphone ce mardi 2 février avec son homologue israélien Gabi Ashkenazi sur le renforcement de la coopération...

Que pense Moulay Hicham de la reconnaissance américaine du Sahara marocain ?

Le prince Moulay Hicham affirme que la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est un "pas courageux".

Le mea-culpa de Moulay Hicham envers le roi Mohammed VI (photo)

Dans une publication pleine de nostalgie et de remords, le prince Moulay Hicham s’en veut de ne pas avoir apprécié à sa juste valeur son cousin, le roi Mohammed VI.

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Des joueurs marocains « pris en otage » en Algérie

Alors qu’ils sont arrivés en Algérie dans le cadre du match aller des demi-finales de la Coupe de la Confédération de la CAF, les joueurs et le staff de la Renaissance sportive de Berkane ont été « pris en otage » en raison du maillot contenant une...

Emmanuel Macron écrit au roi Mohammed VI

À l’occasion de la Fête de la Jeunesse, le Roi Mohammed VI a reçu les chaleureuses félicitations d’Emmanuel Macron.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Pour le roi Mohammed VI, la clé du développement en Afrique passe par la mer

Le roi Mohammed VI a annoncé lundi, dans son discours de la Marche verte, son intention de « construire une flotte marchande nationale forte et compétitive », afin d’améliorer le commerce sur la côte atlantique.

Le Maroc lance un ambitieux programme de reconstruction

Suite au dévastateur séisme qui a secoué six provinces du sud du Maroc, il y a deux semaine, faisant près de 3 000 morts et plus de 5 500 blessés, le Cabinet Royal a annoncé, mercredi, un budget provisoire de 120 milliards de dirhams (environ 11...

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

Le roi Mohammed VI ne fera plus de discours du 20 août

Le roi Mohammed VI ne prononcera plus le discours de la célébration de la Révolution du Roi et du Peuple le 20 août. Celui-ci, selon le Cabinet royal est trop proche du discours du Trône et celui de la rentrée parlementaire.