Mort de la petite Naïma : les habitants de Zagora dénoncent

29 septembre 2020 - 13h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le corps de Naïma, une fillette de 5 ans, disparue le 17 août dernier, a été retrouvé par un berger samedi dernier, dans la région du Draa-Tafilalet, près de Jebel Kissane à Zagora. Les acteurs de la société civile dénoncent la discrimination dans le traitement de l’information.

Les acteurs de la société ont comparé le traitement de l’affaire du petit Adnane disparu, violé, tué puis enterré près du domicile de ses parents à Tanger et celui de l’affaire de la petite Naïma. Il y voit une discrimination. "Les plateformes médiatiques ont dédaigné se déplacer vers eux dans ce coin reculé du royaume et mener leur enquête (lieu du crime, le pourquoi, quand, bref, les ab initio de l’investigation et de l’info)", a déploré le comédien Mohamed Bassou, natif de Zagora. Selon lui, le problème n’est pas seulement le viol. "Le problème est mental, géographique et de couleur … et nous continuerons à le dire jusqu’à ce que nous mourions. (…) Le centralisme est le tueur du pays", a-t-il ajouté.

Abdessamad Ait Benali, un militant des droits de l’Homme de la région de Zagora renchérit : "Il existe plusieurs différences dans le traitement entre les crimes d’Adnane et de Naïma, non seulement par les médias, mais aussi par les juristes, les responsables et même la population en général". Selon lui, la manière dont les deux crimes ont été traités confirme que le Maroc navigue dans des directions opposées. "Les crimes du Nord et du Sud sont très similaires, même si le premier a connu son dénouement, et que le second est toujours en cours d’investigations", a déclaré M. Benali à Hespress.

"L’AMDH dénonce cette discrimination et les relations sèches et molles qui proviennent de certains médias, en particulier les officiels. Cela nous donne l’impression que nous sommes dans un système auquel personne ne prête attention et nous y souffrons en silence", a déclaré pour sa part Ibrahim Rizkou, responsable de la branche de l’Association marocaine des droits de l’Homme à Zagora. Aussi, a-t-il dénoncé l’inaction des autorités : "La responsabilité dans cette affaire incombe aux autorités d’autant plus qu’elles ont reçu un avis de disparition, et n’ont pas utilisé les moyens nécessaires pour repérer la victime à temps et éviter le pire".

Le père de la petite fille est celui qui a pu identifier le corps de Naïma Rouhi. Samedi, le procureur général du roi près la cour d’Appel de Ouarzazate a annoncé la découverte des restes d’ossements humains de petite taille et quelques vêtements dans l’une des montagnes de Tafergalt, près d’Agdz. Une enquête judiciaire a été ouverte, laquelle a été confiée au Centre judiciaire de la gendarmerie royale de Zagora. Le souhait du père de la défunte, c’est que les enquêteurs réussissent à déterminer si sa fille avait été assassinée ou si elle était décédée de "causes naturelles". Il assure n’avoir aucun problème avec quiconque dans la région.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Zagora - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Décès - Disparition

Aller plus loin

Application de la peine de mort dans l’affaire Adnane : Mostapha Ramid appelle au respect de la vie humaine

Depuis quelques jours, les Marocains sont divisés sur la question de l’application de la peine de mort. Le ministre d’État chargé des droits de l’Homme, Mustapha Ramid s’est...

Adnane, disparu à Tanger, retrouvé mort et enterré près du domicile familial (vidéo)

Disparu dans des circonstances mystérieuses, Adnane, 11 ans, a été retrouvé, 48 heures plus tard, mort et enterré non loin du domicile de ses parents à Tanger. L’enfant a été...

Le meurtre d’Adnane Bouchouf remet sur le tapis la question de la peine capitale

Après l’indignation et le choc, le viol suivi du meurtre du jeune Adnane Bouchouf a fait ressortir du tiroir, le vieux débat sur l’application de la peine capitale. Dans...

Assassinat d’Adnane à Tanger : les condoléances du patron de la DGSN

Le chef du gouvernement Saad Dine El Othmani et le Directeur général de la sûreté nationale Abdellatif Hammouchi ont présenté leurs condoléances aux parents de Adnane, l’enfant...

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de l’acteur et réalisateur marocain Mohamed Atifi

Le monde du cinéma marocain est en deuil. L’acteur et réalisateur Mohamed Atifi est décédé jeudi soir des suites d’une longue maladie.

Amine Adli perd sa maman, la FRMF présente ses condoléances

Amine Adli est frappé par un énorme malheur. L’attaquant des Lions de l’Atlas et du Bayer Leverkusen vient de perdre sa maman.

Décès de Hamidou Laanigri, un pilier de l’armée marocaine

Hamidou Laanigri, général de corps de division, est décédé ce dimanche 10 septembre à Rabat, à l’âge de 84 ans.

Brahim Salaki : le monde de la télévision marocaine en deuil

Le journalisme marocain est en deuil avec la perte de Brahim Salaki, figure emblématique de la télévision nationale. Âgé de 64 ans, il a perdu sa longue bataille contre la maladie et s’est éteint ce dimanche 23 avril 2023.

Le deuil persistant de Booder pour son ami Wahid Bouzidi

Près de trois mois après le décès de son ami, l’humoriste franco-marocain Booder rend un nouvel hommage au Franco-algérien Wahid Bouzidi qui lui « manque énormément ».

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Flou autour des circonstances du décès de Cheikha Tsunami

La chanteuse Cheikha Tsunami, grande icône du Chaâbi, s’est éteinte mardi 17 octobre à l’Hôpital militaire de Rabat, à l’âge de 45 ans. Les circonstances de son décès restent floues.

Décès de l’ancienne ministre Soumia Benkhaldoun

L’ex-ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Soumia Benkhaldoun, est décédée des suites d’un cancer. Elle était âgée de 60 ans,

Maroc : l’épineux problème des cimetières

Face à une crise grandissante liée à l’espace des cimetières au Maroc, Ahmed Toufiq, le ministre des Habous et des Affaires islamiques, a abordé, ce lundi, la problématique devant la Chambre des représentants.

Explosions à Smara : le Polisario impliqué ?

Quatre explosions ont retenti dans la nuit de samedi à dimanche dans la ville de Es-Semara, au Sahara. Le bilan fait état d’un mort et de trois blessés. Le Polisario s’est félicité de ses attaques.