Noor Midelt I : le grand retard d’un projet d’envergure

29 février 2024 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que le Maroc ambitionne de produire 52 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030 contre 37,6 % actuellement, principalement grâce à des investissements dans des centrales solaires et éoliennes, la construction de la centrale Noor Midelt I accuse d’énormes retards. 

La construction de la centrale Noor Midelt I, d’une puissance de 800 MW et d’une valeur de 2 milliards de dollars, qui devait entrer en service cette année, n’a même pas encore commencé après que le ministère de l’Énergie et l’opérateur de réseau ONEE ont rejeté la technologie CSP proposée, ont indiqué à Reuters trois sources proches du projet. En 2019, un consortium dirigé par EDF Renouvelables (France) avait remporté l’appel d’offre international, portant sur la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance du projet. L’une des exigences est de doter la centrale de la technologie photovoltaïque (PV), qui est moins chère, mais a peu de capacité à stocker l’énergie, mais aussi du CSP, qui est plus cher, mais continue d’alimenter le réseau pendant des heures après la tombée de la nuit.

À lire :Énergies renouvelables : une étude met en avant l’énorme potentiel du Maroc

Cependant, après l’attribution du contrat, l’ONEE et le ministère de l’Énergie ont déclaré qu’ils n’accepteraient d’acheter l’électricité que si MASEN (Agence marocaine pour l’énergie durable) abandonnait le CSP pour le photovoltaïque ou passait du stockage d’énergie thermique au sel aux batteries, ont indiqué les mêmes sources. MASEN et le réseau finiront pas signer un accord d’achat d’électricité. Actuellement, des discussions sont toujours en cours entre MASEN et le consortium de développement sur les spécifications technologiques. De son côté, le ministère de l’Énergie a déclaré qu’il « essaye d’être aussi agnostique que possible en matière de technologie » tant que les objectifs de coûts, de durabilité et de sécurité sont maintenus pour éviter des risques excessifs, sans toutefois aborder les problèmes à Noor Midelt.

À lire :Noor Midelt, hydrogène vert : les directives du roi Mohammed VI

La mise en œuvre du projet Noor Midelt I fait suite à la réalisation de la méga-centrale de Noor Ouarzazate (580 MW de puissance solaire installée, mixant solaire thermodynamique (CSP) et photovoltaïque) qui a rencontré des problèmes technologiques qui ont interrompu toute production d’une centrale de 150 MW pendant un an à partir de l’été 2021. Selon l’ONEE, ces problèmes ont poussé MASEN à changer la technologie à Noor Midelt. « Noor Ouarzazate a contribué à placer le Maroc sur la carte mondiale des projets d’énergies renouvelables à grande échelle. Mais à y regarder de plus près, en termes de coûts d’exploitation et de problèmes de maintenance, on constate que la centrale est plutôt un handicap », a déclaré une source proche de Noor Midelt I. Une autre estime : « Avec le recul, Ouarzazate a servi de terrain d’essai pour une technologie CSP immature ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Midelt - Energie - Energie solaire - Noor Midelt

Aller plus loin

Énergies renouvelables : le Maroc veut fournir l’Europe d’ici 2030

Le Maroc ambitionne d’atteindre l’autonomie énergétique avec la production des énergies renouvelables d’ici 2030 et de vendre l’énergie surproduite à l’Europe qui est à la...

Le Maroc compte dépasser 52% de la puissance électrique installée à partir de sources renouvelables

Réduire la consommation d’énergie de 20% d’ici l’horizon 2030, tel est l’objectif du plan marocain pour le développement des énergies renouvelables.

Noor Midelt, hydrogène vert : les directives du roi Mohammed VI

Le Roi Mohammed VI a présidé mardi au Cabinet Royal de Rabat une séance de travail sur l’état d’avancement du programme de développement des énergies renouvelables et les...

Panne de la centrale Noor 3 Ouarzazate : fiasco énergétique ?

En raison de pannes et dysfonctionnements, la société saoudienne « Acwa Power Company » a décidé d’interrompre l’exploitation de la centrale solaire « Noor 3 » à Ouarzazate. Une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Une importante découverte de gaz au Maroc

SDX Energy a annoncé la découverte d’un important gisement de gaz dans le bassin du Gharb, dont l’exploitation contribuera au développement économique de la région.

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Un milliardaire marocain a de grandes ambitions en Afrique

Le milliardaire américain d’origine marocaine Marc Lasry, président directeur général d’Avenue Capital Group, investit depuis une dizaine d’années dans le domaine du sport. Après avoir été copropriétaire de l’équipe de basketball des Milwaukee Bucks de...

Shell fournira du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) au Maroc via le Gazoduc Maghreb-Europe

Un contrat prévoyant l’approvisionnement de 0,5 milliard de mètres cubes de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) par an vient d’être signé entre Shell International Trading Middle East Limited FZE et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).

La construction du port Nador West Med avance à grands pas

Les travaux de construction du port Nador West Med avancent à grands pas. La digue principale de l’infrastructure a été installée vendredi, a annoncé le ministère de l’Équipement et de l’Eau.

Le Maroc, « future centrale » énergétique de l’Europe ?

À l’heure où la résilience face aux défis climatiques doit se renforcer, le Maroc nourrit des ambitions pour les énergies renouvelables, lesquelles font de lui un partenaire de choix de l’Europe. Il ambitionne notamment de produire 52 % de son énergie...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Énergie verte : partenariat entre le Maroc et l’UE

Le Maroc et l’Union européenne s’apprêtent à signer une alliance verte, qui permettra de renforcer les efforts du royaume dans la lutte contre le changement climatique.