Un parti politique espagnol s’en prend au Maroc

10 janvier 2020 - 14h20 - Espagne - Ecrit par : G.A

La branche locale du Parti Populaire(PP) de Melilla affûte ses armes pour contrer le nouveau gouvernement sur certaines questions dont celles relatives au Maroc. Le parti annonce déjà les couleurs en multipliant les sorties et les déclarations contre le royaume.

À Melilla, le PP a une idée claire des différentes revendications en suspens entre l’enclave et le royaume, qu’il compte présenter au nouveau cabinet espagnol de coalition. C’est l’ex-chef de l’enclave et chef de file du Parti, Juan Imbroda, qui mène la campagne. L’objectif est de déstabiliser le prochain gouvernement espagnol.

Et le Parti populaire de Melilla semble avoir trouvé le sujet favori pouvant l’aider à réussir sa mission : le Maroc. La formation politique est allée jusqu’à qualifier "d’affronts" certaines des décisions souveraines du royaume, comme par exemple, la fermeture de la douane commerciale au poste frontalier de Béni Ansar. Les membres du parti dénoncent la "passivité" de Pedro Sanchez devant la violation, par le Maroc, du traité de bon voisinage, rapporte les Ecos.

Ils s’en sont d’ailleurs ouvertement pris aux autorités marocaines, les accusant de prendre des décisions "unilatérales et contre-productives", sans tenir compte des intérêts de l’enclave. Le Parti populaire dit attendre sagement que le prochain cabinet soit formé pour poursuivre son lobbying sur des questions "vitales" pour Melilla.

Pour ce parti de l’opposition, il est de bon ton que les avantages des relations entre les deux pays ne profitent pas qu’au Maroc, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Melilla - Gouvernement marocain - Plainte

Ces articles devraient vous intéresser :

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Marocains, déclarez vos avoirs à l’étranger : les règles changent en 2024 !

Le gouvernement marocain a instauré dans le budget 2024 une contribution libératoire relative à la régularisation spontanée sur les avoirs et liquidités détenus à l’étranger de manière définitive. Que retenir ?

Les ministres marocains offrent un mois de salaire aux victimes du séisme

Les ministres marocains viennent de décider de faire don d’un mois de salaire suite au terrible séisme que le Maroc a connu dans la nuit de vendredi à samedi.

Cafés et restaurants au Maroc : un secteur en danger de mort ?

Face à la fermeture de nombreux cafés et restaurants, les professionnels du secteur tirent la sonnette d’alarme. Ils ont saisi Younes Sekkouri, Ministre de l’Inclusion économique, de la Petite Entreprise, de l’Emploi et des Compétences, et exigent une...

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Maroc : le gouvernement et les syndicats divisés sur la hausse des salaires

Fin de la lune de miel entre le gouvernement et les centrales syndicales. Si la première phase des négociations s’est déroulée dans une ambiance détendue, des discordes sont apparues au cours du deuxième round sur certaines questions essentielles comme...

Augmentations de salaires au Maroc : deux milliards de dirhams en jeu

​Les négociations entre le gouvernement et les syndicats sur les augmentations de salaires et la révision du régime de l’impôt sur le revenu (IR) trébuchent encore. Entre la demande des partenaires sociaux et l’offre de l’exécutif, il y a 2 milliards...

On reparle encore d’un impôt sur la fortune au Maroc

L’impôt sur la fortune pourrait être instauré dans le projet de loi de finances 2023 (PLF2023) actuellement en cours de finalisation par le gouvernement. Il devrait contribuer à renflouer les caisses de l’État en ces temps de crise.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le Maroc met de l’ordre dans les « Airbnb »

Après son adoption par le gouvernement marocain et sa publication au Journal Officiel, le décret définissant les procédures administratives relatives à l’ouverture des établissements touristiques et leur exploitation, est entré en vigueur.