Pegasus : un ancien diplomate français, conseiller de NSO émet des doutes sur le Maroc

1er août 2021 - 13h00 - France - Ecrit par : S.A

Gérard Araud, retraité, ancien ambassadeur de France à Washington, par ailleurs ancien conseiller extérieur de la société israélienne NSO, le fabricant de Pegasus, a émis des doutes sur le Maroc, un des pays accusés d’avoir ciblé 10 000 numéros de téléphones, notamment le président français Emmanuel Macron, à l’aide du logiciel espion.

« Je trouve curieux de s’en prendre à l’entreprise et non à ses clients, qui auraient, pour certains, dévoyé l’usage des logiciels achetés », a déclaré Gérard Araud dans une interview accordée à Paris Match. « NSO vend à des États ou à des agences gouvernementales, les négociations se déroulent à un niveau étatique. NSO examine scrupuleusement les besoins de ses potentiels clients : ces acheteurs font-ils face à une criminalité endémique ? Doivent-ils lutter contre des mouvements terroristes ? De son côté, le client prend des engagements formels », a-t-il expliqué.

À lire : Pegasus : un ancien patron du renseignement français prend la défense du Maroc

Celui qui a mis «  en place des processus de prise de décision, d’aider à établir des listes de pays selon leur fonctionnement démocratique, leurs positions géostratégiques […] et les conditions qu’il fallait imposer aux acheteurs » précisera que « ce sont les mêmes procédures que pour les ventes d’armes. D’ailleurs, NSO dépend en Israël de la commission sur les ventes d’armes, car le logiciel Pegasus peut être assimilé à une arme. »

À lire : Pegasus : «  Amnesty et Forbidden stories ont dix jours pour fournir les preuves contre le Maroc  »

Gérard Araud déclare être «  perplexe  » quant aux 50 000 numéros de téléphones de la liste de Forbidden Stories qui auraient été ciblés à l’aide du logiciel Pegasus pour le compte d’une dizaine d’États. Quid des accusations d’espionnage contre le Maroc ? « Il faut se méfier des apparences, on plonge ici dans le noir total, tout le monde peut mentir, personne ne pourra jamais débusquer la vérité », a répondu l’ancien conseiller de NSO.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Israël - Washington - Espionnage

Aller plus loin

Pegasus : le Maroc attaque en justice Le Monde, Radio France, Mediapart

Offensive judiciaire du Maroc suite aux accusations portées à son encontre pour espionnage via le logiciel Pegasus. Les autorités marocaines ont porté plainte en France contre...

Affaire Pegasus : quid des relations entre la France et le Maroc ?

Le Maroc vit des moments tendus avec l’Europe. Depuis la semaine dernière, il est accusé d’avoir espionné à l’aide du logiciel israélien Pegasus les téléphones du président...

Affaire Pegasus/Maroc : la CNDP entre en scène

La Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP) se saisit de l’affaire Pegasus. Le Maroc a été accusé d’avoir ciblé de 10 000...

Pegasus : un ancien patron du renseignement français prend la défense du Maroc

Bernard Squarcini, ancien directeur du renseignement intérieur français affirme que « le Maroc n’a aucun intérêt à faire espionner Emmanuel Macron » à l’aide du logiciel...

Ces articles devraient vous intéresser :