Pegasus : un ancien patron du renseignement français prend la défense du Maroc

29 juillet 2021 - 07h00 - France - Ecrit par : S.A

Bernard Squarcini, ancien directeur du renseignement intérieur français affirme que « le Maroc n’a aucun intérêt à faire espionner Emmanuel Macron » à l’aide du logiciel israélien Pegagus. Il compte sur l’enquête judiciaire technique et internationale qui sera menée pour élucider cette affaire.

« Le Maroc n’a aucun intérêt à faire espionner Emmanuel Macron », a déclaré Bernard Squarcini, ancien directeur du renseignement intérieur français dans une interview accordée au journal Le Point qui le présente d’ailleurs comme proche des services secrets marocains. Selon lui, le royaume dispose d’un appareil sécuritaire efficace et adapté aux différentes menaces. « Au sein du ministère de l’Intérieur, la priorité est mise sur la lutte antiterroriste à caractère islamiste, avec l’appui de deux grands services : la DGED et la DGST, fait-il savoir.
L’enquête devra déterminer si un de ces services a acquis le logiciel, et si oui, lequel. Qui était le destinataire final ? On en est encore aujourd’hui à de simples hypothèses et suppositions ».

À lire : Pegasus : le Maroc attaque en justice Le Monde, Radio France, Mediapart

D’après l’enquête de Forbidden Stories et de ses partenaires, le Maroc aurait ciblé les numéros de téléphones de 10 000 personnes (chefs de gouvernement, personnalités politiques, journalistes, militants, avocats) notamment le président français. « On ne dispose aujourd’hui que d’une enquête d’investigation journalistique sur l’entreprise NSO. L’enquête judiciaire, technique et internationale n’a pas encore commencé. […] On évoque des soupçons, une orientation, mais il n’y a pas, à ce stade, de preuve réelle et le raccourci est rapide, trop simple », a commenté Bernard Squarcini, appelant à la plus grande prudence avant de porter un quelconque jugement. « Ce listing confus de numéros, sorte d’inventaire à la Prévert, nous incite à faire preuve de la plus grande prudence en attendant les résultats des investigations judiciaires,  » a-t-ajouté.

À lire : Pegasus : vers une brouille diplomatique Maroc-France ?

« Le logiciel israélien est vendu par le ministère de la Défense israélien à un ou des États amis, explique l’ancien patron de la DRCI. Mais est-il toujours entre les mains d’un service régalien ou est-il repassé, tel un mistigri, entre les mains d’une boîte privée ? Le véritable problème dans cette affaire, c’est l’absence de suivi après-vente et de contrôle déontologique ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Israël - Enquête - Espionnage - Emmanuel Macron

Aller plus loin

Affaire Pegasus : Chakib Benmoussa dénonce une campagne de déstabilisation du Maroc

L’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, a pris la défense du royaume, pointé du doigt comme l’instigateur d’une surveillance généralisée de ses adversaires et...

Pegasus : un ancien diplomate français, conseiller de NSO émet des doutes sur le Maroc

Gérard Araud, retraité, ancien ambassadeur de France à Washington, par ailleurs ancien conseiller extérieur de la société israélienne NSO, le fabricant de Pegasus, a émis des...

Israël affirme que le Maroc n’a jamais espionné Emmanuel Macron

« NSO n’a pas pisté le téléphone du président Macron ». Ces propos émanent du ministre israélien de la Défense Benny Gantz, qui a assuré son homologue française Florence Parly,...

Pegasus : le Maroc attaque en justice Le Monde, Radio France, Mediapart

Offensive judiciaire du Maroc suite aux accusations portées à son encontre pour espionnage via le logiciel Pegasus. Les autorités marocaines ont porté plainte en France contre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Emmanuel Macron écrit au roi Mohammed VI

À l’occasion de la Fête de la Jeunesse, le Roi Mohammed VI a reçu les chaleureuses félicitations d’Emmanuel Macron.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Visite de Macron au Maroc : Rabat contredit Paris

La visite du président français Emmanuel Macron au Maroc, évoquée par la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, dans une interview, « n’est pas à l’ordre du jour et n’est pas programmée », a affirmé une source gouvernementale marocaine à...

Emmanuel Macron prépare une visite officielle au Maroc

La relation entre la France et le Maroc, après une période de tensions, semble se diriger vers un apaisement et cela pourrait même aboutir à la visite au royaume du président Emmanuel Macron très prochainement.