Pegasus : le Maroc attaque en justice Le Monde, Radio France, Mediapart

28 juillet 2021 - 23h00 - France - Ecrit par : G.A

Offensive judiciaire du Maroc suite aux accusations portées à son encontre pour espionnage via le logiciel Pegasus. Les autorités marocaines ont porté plainte en France contre les médias ayant révélé ou dénoncé l’affaire.

Après avoir lancé le 22 juillet, une première procédure en diffamation contre Amnesty International et Forbidden Stories, les deux organisations ayant obtenu la liste des numéros de téléphones ciblés par les clients de Pegasus, le Maroc s’attaque aux médias français.

Mercredi, l’avocat du Maroc, Me Olivier Baratelli, a annoncé à l’AFP avoir fait remettre « quatre nouvelles citations directes en diffamation ». Le quotidien français Le Monde, membre du consortium de 17 médias internationaux ayant révélé le scandale, et son directeur Jérôme Fenoglio sont visés par deux plaintes. La troisième plainte est destinée au site d’information et d’investigation Mediapart et son patron Edwy Plenel, et la dernière concerne Radio France, également membre du consortium, a précisé l’avocat.

À lire : Pegasus : le Maroc porte plainte à Paris

Une première audience procédurale est prévue le 15 octobre devant la chambre spécialisée en droit de la presse, mais elle pourrait ne pas donner de résultats concluants parce qu’en 2019, le Maroc a essuyé plusieurs rejets suite à de nombreuses plaintes. La Cour de Cassation a jugé qu’un État ne pouvait pas engager de poursuites en diffamation publique, faute d’être un particulier au sens de la loi sur la liberté de la presse. Me Baratelli entend travailler contre cette jurisprudence défavorable. « L’État marocain est parfaitement recevable puisqu’il agit aussi pour le compte de ses administrations et de ses services ».

À lire : Pegasus : « les attaques contre le Maroc visent sa stabilité » selon El Othmani

De son côté, le ministre marocain de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a déposé également mercredi à Paris une plainte pour « dénonciation calomnieuse » à l’encontre de Mediapart et de son directeur de publication Edwy Plenel, a annoncé dans un communiqué l’avocat du ministre, Me Rodolphe Bosselut. Sa plainte en « dénonciation calomnieuse » est une réponse aux plaintes contre X déposées le 19 juillet par Mediapart, dont deux journalistes auraient été espionnés via le logiciel Pegasus.

À lire : Pegasus : vers une brouille diplomatique Maroc-France ?

Cette plainte du ministre ne sera examinée qu’au terme de l’enquête ouverte le 20 juillet par le parquet de Paris afin de faire la lumière sur ce scandale d’espionnage et d’écoute téléphonique qui met à mal les relations entre le Maroc et la France.

Sujets associés : France - Abdelouafi Laftit - Espionnage - Ministère de l’Intérieur (Maroc) - Plainte

Aller plus loin

Pegasus : le Maroc joue la carte de la fermeté

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a réagi à la prétendue infiltration des téléphones de...

Israël affirme que le Maroc n’a jamais espionné Emmanuel Macron

« NSO n’a pas pisté le téléphone du président Macron ». Ces propos émanent du ministre israélien de la Défense Benny Gantz, qui a assuré son homologue française Florence Parly,...

Pegasus : «  Amnesty et Forbidden stories ont dix jours pour fournir les preuves contre le Maroc  »

Accusé d’avoir mis sur écoute des personnalités et des journalistes étrangers, le Maroc engage l’avocat Olivier Baratelli, mandaté pour déposer une plainte contre Amnesty...

Pegasus : Mohamed Fizazi dénonce un acharnement contre le Maroc

L’affaire Pegasus dans laquelle certaines organisations ont porté de graves accusations d’espionnage contre le Maroc continue de faire polémique. Mohamed Fizazi, l’un des chefs...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Urbanisme au Maroc : vers le renforcement des opérations d’inspection

Les ministères de l’Intérieur et de l’habitat veulent renforcer les opérations d’inspection menées dans le domaine d’urbanisme. De nouveaux contrôleurs seront nommés.

Maroc : ménage au ministère de l’Intérieur ?

Un nouveau redéploiement s’annonce imminent au ministère de l’Intérieur avec, à la clé, la mise à la retraite de bon nombre de walis et gouverneurs et des nominations.

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Maroc : la fermeture des hammams fait des malheureux

La Fédération nationale des associations des propriétaires et exploitants des bains traditionnels au Maroc a adressé un courrier au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, l’invitant à reconsidérer la décision de fermeture des hammams trois jours...

Maroc : l’informel secoue les restaurants

Au Maroc, les restaurateurs ambulants disputent les parts de marché avec les restaurateurs formellement établis. Pour mettre fin à cette concurrence déloyale, les professionnels appellent à une réglementation claire pour soutenir le secteur de la...

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

Maroc : plaidoyer pour en finir avec les chiens errants

La prolifération des chiens errants dans les villes marocaines soulève de plus en plus l’inquiétude des populations, qui réclament des mesures urgentes et efficaces. Des appels se multiplient pour résoudre définitivement cet épineux problème.