Pegasus : le Maroc porte plainte à Paris

23 juillet 2021 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc a décidé de porter plainte pour diffamation à Paris contre Amnesty International et Forbidden Stories à l’origine des accusations d’espionnage contre le royaume.

Dans un communiqué, Olivier Baratelli, avocat du Maroc a annoncé que le royaume, accusé d’avoir eu recours au logiciel d’espionnage Pegasus, a décidé d’attaquer en diffamation Amnesty et Forbidden Stories devant le tribunal correctionnel de Paris, suite aux accusations d’espionnage. Dans ce sens, il a été mandaté par le Maroc et son ambassadeur en France, Chakib Benmoussa, pour délivrer deux citations directes en diffamation » contre Amnesty international et Forbidden Stories à l’origine des révélations sur les clients de ce logiciel conçu par la société israélienne NSO pour lutter contre le crime et le terrorisme.

À lire : Pegasus : ouverture d’une enquête au Maroc suite aux accusations d’espionnage

« L’État marocain entend immédiatement saisir la justice française, car il souhaite que toute la lumière soit faite sur les allégations mensongères de ces deux organisations qui avancent des éléments sans la moindre preuve concrète et démontrée », poursuit Olivier Baratelli. Selon l’avocat, « l’État marocain considère faire face à une nouvelle affaire de liste et que le passé a largement démontré qu’il était aisé de tirer des conclusions mensongères de telles pratiques ». Il déplore un « procès d’intention médiatique, infondé et visiblement créé de toutes pièces pour déstabiliser la relation diplomatique profonde entre le Maroc et la France ». Les services de renseignement marocains sont accusés d’avoir piraté notamment les numéros de 1000 Français dont celui de leur président Emmanuel Macron.

À lire : Affaire Pegasus : le Maroc rejette les accusations d’espionnage de journalistes

Des accusations que les autorités marocaines ont rejetées. Le Maroc « entend ne pas laisser impunis les multiples mensonges et les fake news propagés ces derniers jours ». Mercredi, la présidence du ministère public a donné des instructions écrites au procureur général du roi près la Cour d’appel de Rabat pour l’ouverture d’une enquête judiciaire sur ces fausses allégations et accusations et l’identification des parties à l’origine de leur publication.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Paris - Droits et Justice - Amnesty international (AI) - Espionnage - Plainte

Aller plus loin

Le Maroc porte plainte contre un journal allemand

L’ambassadeur du Maroc à Berlin, Zohour Alaoui, a déposé au nom du Royaume, une demande d’injonction à l’encontre de la société d’édition de journaux « Süddeutsche Zeitung GmbH...

Pegasus : nouvelle plainte du Maroc à Paris

Le Maroc a décidé de porter plainte pour diffamation à Paris contre le journal français « L’humanité », l’un des 17 partenaires du consortium formé par Forbidden Stories, qui...

Pegasus : vers une brouille diplomatique Maroc-France ?

Le Maroc est accusé d’avoir ciblé les numéros de journalistes, de militants et de personnalités françaises, notamment le président Emmanuel Macron à l’aide du logiciel israélien...

Affaire Pegasus : quid des relations entre la France et le Maroc ?

Le Maroc vit des moments tendus avec l’Europe. Depuis la semaine dernière, il est accusé d’avoir espionné à l’aide du logiciel israélien Pegasus les téléphones du président...

Ces articles devraient vous intéresser :

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.