Recherche

Espionnage via Pegasus : le Maroc affirme ne pas avoir obtenu des preuves

© Copyright : DR

5 août 2021 - 13h40 - Maroc - Par: G.A

L’avocat mandaté par le Maroc dans l’affaire Pegasus a lancé il y a quelques jours une procédure qui donnait dix jours à Amnesty International et Forbidden Stories pour transmettre les preuves de leurs accusations. Les dix jours se sont écoulés et les preuves attendues n’ont pu être transmises, selon Mᵉ Olivier Baratelli, avocat du Maroc.

Depuis l’éclatement de l’affaire d’espionnage via Pegasus, le Maroc a multiplié les attaques judiciaires en France contre les médias ayant révélé ou dénoncé l’affaire, notamment via des procédures en diffamation. Mᵉ Olivier Baratelli s’étonne que malgré les tapages faits par Amnesty International et Forbidden Stories, ces deux organisations n’aient pu apporter les preuves pour étayer leurs accusations.

À lire : Affaire Pegasus : le Maroc rejette les accusations d’espionnage de journalistes

« Dans l’actualité on a deux choses, le délai de dix jours par lequel Amnesty International et Forbidden Stories pouvaient prouver ce qu’ils affirmaient est expiré, ils n’ont rien sorti. La situation est ubuesque, cela démontre que cette affaire est une supercherie. La deuxième actualité est que le Maroc a saisi la justice française, mais aussi la justice allemande et la justice espagnole » a affirmé Me Baratelli.

À lire : Pegasus : le Maroc sollicite un spécialiste reconnu de l’analyse numérique

En plus d’avoir saisi la justice, le Maroc a également engagé pour prouver ne serait qu’au-delà du doute raisonnable que toute cette affaire n’est qu’un montage grotesque, un complot pour saper les relations entre le Maroc et son partenaire de tous les jours qu’est la France. « Je vais remettre au procureur de la République de Paris un rapport d’expertise informatique élaboré par un collège d’experts, dont deux experts de la cour d’appel qui vont exclure toute utilisation du Maroc de ce logiciel », souligne l’avocat.

À lire : Affaire Pegasus/Maroc : la CNDP entre en scène

Fin juillet, Me Baratelli a annoncé avoir fait remettre quatre nouvelles citations directes en diffamation. Deux d’entre elles visent le quotidien Le Monde, une troisième poursuit Mediapart et la dernière attaque Radio France. De son côté, le ministre marocain de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a déposé à Paris une plainte en dénonciation calomnieuse à l’encontre de Mediapart et de son directeur de publication Edwy Plenel, a annoncé dans un communiqué l’avocat du ministre, Me Rodolphe Bosselut. Le ministre dénonce une cabale médiatique et s’en remet à la justice.

Mots clés: Espionnage , Plainte , France , Amnesty international (AI) , Ministère de l’Intérieur Maroc , Abdelouafi Laftit

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - - A Propos - Contact