Pegasus : le Maroc joue la carte de la fermeté

23 juillet 2021 - 14h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a réagi à la prétendue infiltration des téléphones de plusieurs personnalités publiques nationales et étrangères à travers le logiciel israélien Pegasus. Il martèle que toute personne ou organisme portant des accusations contre le Maroc devra en produire la preuve, ou assumer sa dénonciation calomnieuse devant la justice.

« La justice est là précisément pour vérifier les accusations à l’aune des preuves matérielles et tangibles. Certaines personnes ont choisi cette voie. Elles y feront valoir les preuves qu’elles ont, ou n’ont pas. […] Le Maroc aussi a choisi de faire confiance à la justice, en interne et à l’international », a déclaré le chef de la diplomatie marocaine dans un entretien à Jeune Afrique. Pour Nasser Bourita, les révélations sur le logiciel Pegasus sont un « écran de fumée », et un « coup de bluff […] monté de toutes pièces et sans preuve aucune ».

Il appelle à « jeter la lumière sur les faits, loin de la polémique et de la calomnie ». « C’est ce que ne font ni Forbidden Stories ni Amnesty International, qui se basent uniquement sur de pures supputations », estime le chef de la diplomatie marocaine. Selon lui, certains titres syndiqués au sein de ce consortium international « servent des agendas bien connus pour leur hostilité primaire envers le Maroc et sont « ulcérés par ses succès sous le leadership du roi Mohammed VI  ».

À lire : Affaire Pegasus : le Maroc est « victime d’une campagne de déstabilisation »

Le ministre dénonce un « sabotage à grande échelle » qui n’a rien à voir avec le journalisme. « Certains dans ce cartel de supports médiatiques et d’ONG n’arrivent pas à se faire à la réalité du Maroc qui réussit, se renforce et consolide sa souveraineté à tous les niveaux », ajoute-t-il, faisant observer que le royaume d’aujourd’hui est un acteur régional « influent et incontournable », dont la voix est écoutée au sein des grandes institutions internationales et continentales telles que l’ONU et l’UA.

À lire : Pegasus : ouverture d’une enquête au Maroc suite aux accusations d’espionnage

« Le Maroc d’aujourd’hui est un ’pourvoyeur de paix et de sécurité’ dans son environnement régional et ’un partenaire sécuritaire fiable’ auprès de plusieurs pays dans la lutte internationale contre le terrorisme, qu’il a aidés à déjouer des attentats terroristes, notamment aux États-Unis, dans plusieurs pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique », ajoute le chef de la diplomatie marocaine. « Avec la satisfaction du devoir accompli et la reconnaissance des amis et partenaires, nous nous passons donc bien volontiers du satisfecit d’Amnesty International et de Forbidden Stories », a fait remarquer Nasser Bourita.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Israël - Nasser Bourita - Espionnage - Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération

Aller plus loin

Pegasus : « les attaques contre le Maroc visent sa stabilité » selon El Othmani

Le chef du gouvernement marocain s’est prononcé sur l’affaire Pegasus au cours d’une émission télévisée. El Othmani a dénoncé les organisations Forbidden Stories, Amnesty...

Affaire Pegasus : le Maroc rejette les accusations d’espionnage de journalistes

L’information selon laquelle un service de sécurité marocain aurait utilisé un logiciel-espion mis au point par une société israélienne pour viser une trentaine de journalistes...

Pegasus : vers une brouille diplomatique Maroc-France ?

Le Maroc est accusé d’avoir ciblé les numéros de journalistes, de militants et de personnalités françaises, notamment le président Emmanuel Macron à l’aide du logiciel israélien...

Espionnage via Pegasus : le Maroc affirme ne pas avoir obtenu des preuves

L’avocat mandaté par le Maroc dans l’affaire Pegasus a lancé il y a quelques jours une procédure qui donnait dix jours à Amnesty International et Forbidden Stories pour...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Antonio Guterres reçu par le roi Mohammed VI

Le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, a été reçu mercredi en audience par le roi Mohammed VI, annonce le cabinet royal dans un communiqué.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...