Affaire Pegasus : Chakib Benmoussa dénonce une campagne de déstabilisation du Maroc

1er août 2021 - 09h00 - France - Ecrit par : A.T

L’ambassadeur du Maroc en France, Chakib Benmoussa, a pris la défense du royaume, pointé du doigt comme l’instigateur d’une surveillance généralisée de ses adversaires et partenaires. Le diplomate nie en bloc et dénonce une campagne de déstabilisation.

Loin d’être l’instigateur dans l’affaire d’espionnage avec le logiciel « Pegasus », le Maroc serait en réalité « la victime » de l’affaire, à en croire Chakib Benmoussa dans un entretien accordé à l’hebdomadaire Le Point, ajoutant qu’il est temps de rechercher celui qui est derrière ce logiciel.

« Le Maroc a rejeté de manière catégorique et ferme les allégations, fausses et dénuées de tout fondement, et qui ne sont étayées par aucune preuve. Il s’agit d’une campagne massive, dont le timing et l’ampleur ne peuvent qu’interpeller. Il faut s’interroger sur son origine, et les motivations de certains milieux qui cherchent à s’attaquer au Maroc », a-t-il indiqué.

La stratégie de l’ambassadeur face à cette accusation est celle de la négation. Dans le JDD, Chakib Benmoussa affirme que « le Maroc n’a pas espionné le président Emmanuel Macron », il nie même l’acquisition de ce logiciel par le royaume.

D’ailleurs, « le Maroc est en capacité aujourd’hui d’avoir un projet collectif ambitieux et réaliste pour les 15 prochaines années, dont l’objectif fondamental est le bien-être et l’autonomie des Marocains. La pandémie a mis en évidence certains défis en relation avec la dépendance de l’extérieur dans des domaines stratégiques, le rôle de l’État et des territoires dans la protection des citoyens ou la place du numérique pour améliorer certains services ou renforcer l’inclusion sociale » relève le diplomate qui s’est longuement attardé sur le nouveau virage marocain qui aurait dérangé certaines forces régionales.

A lire : Affaire Pegasus : quid des relations entre la France et le Maroc ?

« Le nouveau modèle de développement a identifié cinq paris qui pourraient constituer un levier d’approfondissement des liens de partenariat et de codéveloppement avec l’Afrique à l’échelle bilatérale, régionale et continentale : le numérique ; l’enseignement supérieur et la recherche ; l’énergie compétitive bas carbone ; le Pôle financier régional de référence et le Made in Maroc » a-t-il mentionné.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Chakib Benmoussa - Enquête - Espionnage - Emmanuel Macron

Aller plus loin

Pegasus : un ancien patron du renseignement français prend la défense du Maroc

Bernard Squarcini, ancien directeur du renseignement intérieur français affirme que « le Maroc n’a aucun intérêt à faire espionner Emmanuel Macron » à l’aide du logiciel...

Pegasus : un ancien diplomate français, conseiller de NSO émet des doutes sur le Maroc

Gérard Araud, retraité, ancien ambassadeur de France à Washington, par ailleurs ancien conseiller extérieur de la société israélienne NSO, le fabricant de Pegasus, a émis des...

Pegasus : le Maroc sollicite un spécialiste reconnu de l’analyse numérique

Accusé d’espionner des personnalités étrangères, le Maroc multiplie les actions pour démonter ces accusations qualifiées de « complot contre la stabilité du royaume ». Après les...

Pegasus : le Maroc attaque en justice Le Monde, Radio France, Mediapart

Offensive judiciaire du Maroc suite aux accusations portées à son encontre pour espionnage via le logiciel Pegasus. Les autorités marocaines ont porté plainte en France contre...

Ces articles devraient vous intéresser :

Visite de Macron au Maroc : Rabat contredit Paris

La visite du président français Emmanuel Macron au Maroc, évoquée par la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, dans une interview, « n’est pas à l’ordre du jour et n’est pas programmée », a affirmé une source gouvernementale marocaine à...

Emmanuel Macron prépare une visite officielle au Maroc

La relation entre la France et le Maroc, après une période de tensions, semble se diriger vers un apaisement et cela pourrait même aboutir à la visite au royaume du président Emmanuel Macron très prochainement.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Emmanuel Macron écrit au roi Mohammed VI

À l’occasion de la Fête de la Jeunesse, le Roi Mohammed VI a reçu les chaleureuses félicitations d’Emmanuel Macron.

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maroc : l’enseignement de l’anglais au collège généralisé

L’enseignement de l’anglais sera généralisé dans les collèges au Maroc dès la rentrée scolaire 2023-2024, a annoncé dans une note Chakib Benmoussa, le ministre de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports.