France : un parti musulman dans la course à la présidentielle

20 novembre 2021 - 12h00 - France - Ecrit par : G.A

À quelques mois de l’élection présidentielle en France, le fondateur de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) annonce sa candidature. Nagib Azergui justifie cette décision par le « déferlement de haine incessant envers une partie des citoyens Français de confession musulmane ».

« La campagne électorale d’Éric Zemmour menée sous le signe de la division et de la haine participe d’autant plus à ce climat délétère pour le vivre ensemble de notre pays », indique l’UDMF, pour qui la « seule solution » passe par la candidature de Nagib Azergui.

À lire : France : Eric Zemmour échange avec Emmanuel Macron sur l’immigration

Cette candidature est une façon pour le parti de « porter haut la voix des opprimés, des Français Musulmans et de tous les citoyens déçus par ce système politique corrompu » dans un contexte où « nous vivons dans une République malade qui sombre inexorablement dans un délabrement généralisé ». Nagib Azergui cite en exemple l’explosion de la pauvreté ou encore « les libertés fondamentales des citoyens français mises à mal » à travers des dissolutions en série.

À lire : Les propos d’Eric Zemmour sur l’islam font réagir le CFCM

Pour tenter de séduire, Nagib Azergui a publié une vidéo dans laquelle il déclare être la solution pour mettre fin à toutes les oppressions subies par les musulmans. « À l’heure où des pyromanes couvent le feu d’une nouvelle guerre de religion désignant un ennemi intérieur sous les traits du musulman, je suis là pour mettre fin à l’islamo-diversion pour s’attaquer aux réelles problématiques de l’ensemble du peuple de France ».

À lire : Pays-Bas : un Marocain à la tête du district de police du Flevoland

Près de dix ans après sa création, l’UDMF se fixe aussi comme objectif de « présenter 100 candidats aux prochaines élections législatives », annonçant d’ores et déjà avoir investi « plus d’une soixantaine de candidats ».

Pour Nagib Azergui, le chemin pour la course à la présidentielle paraît encore long, puisqu’il lui faudra recueillir au moins 500 parrainages d’élus répartis sur 30 départements pour se présenter.

Sujets associés : France - Elections

Aller plus loin

France : Eric Zemmour échange avec Emmanuel Macron sur l’immigration

Dans son livre à paraître ce mois de septembre, Eric Zemmour a révélé un échange téléphonique avec Emmanuel Macron, survenu en mai 2020. Entre autres sujets évoqués :...

Un MRE de France risque l’expulsion pour radicalisation

Le tribunal correctionnel de Montauban a ordonné le placement en détention du Marocain, Mohamed A., en attendant son expulsion au Maroc. Il avait été condamné en juillet pour...

Imane Saoud : un « pont » entre la France et le Maroc

Le Conseiller municipal Oussama Tikradi (Colmar) a organisé une petite cérémonie en l’honneur de la joueuse marocaine Imane Saoud. C’est une façon pour la municipalité de saluer...

La France bloque la délivrance du titre de séjour à un Marocain

Houssam Boukhari, 29 ans, étudiant marocain résidant à Pont-à-Mousson, attend depuis deux mois le renouvellement de son titre de séjour « salarié ».

Ces articles devraient vous intéresser :

Le ministère de l’Intérieur recadre le PJD

Le ministère de l’Intérieur a réagi aux rumeurs concernant les élections partielles organisées le 21 juillet dernier, dénonçant « les allégations malveillantes et inacceptables » selon lesquelles le vote aurait été orienté par certains agents d’autorité.

Élections partielles : le RNI arrive largement en tête, le PJD essuie un nouvel échec

Comme aux élections du 8 septembre dernier, le Rassemblement national des indépendants (RNI), parti au pouvoir est largement en tête des élections partielles qui se sont déroulées jeudi dernier. Quant au Parti de la justice et du développement (PJD),...

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.