Régression des droits de l’Homme au Maroc en 2003

9 décembre 2003 - 18h09 - Maroc - Ecrit par :

La situation des droits de l’homme a régressé en 2003 au Maroc où les procès contre les intégristes souçonnés de terrorisme ont été "inéquitables", a estimé mardi à Rabat l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).

"La situation des droits de l’homme a sensiblement regressé au Maroc en 2003 et l’approche adoptée par l’Etat pour combattre le terrorisme a entraîné de graves violations des droits humains", a souligné l’AMDH lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion de la journée internationale des droits de l’Homme qui sera célébrée le 10 décembre.

L’AMDH a critiqué "l’approche sécuritaire qui a été répressive et abusive et a conduit à des enlèvements, des tortures, des arrestations arbitraires de milliers de citoyens soupçonnés d’appartenir à des mouvements fondamentalistes", a estimé l’AMDH.

Les jugements rendus contre "un millier de personnes soupçonnées d’appartenir à la Salafia Jihadia ont été inéquitables", a-t-elle ajouté.

Une vaste campagne d’arrestations a été lancée dans le royaume immédiatement après les attentats terroristes du 16 mai à Casablanca - qui avaient fait 45 morts dont douze kamikazes. Elle a donné lieu à des dizaines de procès qui ont débouché sur de lourdes condamnations, y compris quatorze peines de mort.

L’AMDH a en outre réclamé l’abolition de la peine de mort et lancé à ce propos un appel aux "forces démocratiques" pour participer à une campagne nationale contre cette "peine inhumaine".

L’association a également préconisé l’abrogation de la loi antiterroriste - votée après les attentats de Casablanca du 16 mai dernier - et demandé que la "torture soit légalement interdite" et que "ceux qui la pratiquent soient poursuivis par la loi".

"L’instauration d’une Constitution démocratique et la consolidation des droits humains sont une nécessité pour la construction d’un Etat de droits", est le thème retenu par l’AMDH pour célébrer la journée mondiale des droits humains.

AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Liberté d’expression - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH) - Censure - Torture

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Maroc : le terrible bilan des suicides

Les cas de suicide augmentent au Maroc. Plus d’un millier de Marocains se sont donné la mort l’année dernière, selon l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH) qui alerte sur un phénomène inquiétant.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...