Recherche

2M qualifie les raids alliés sur le Yémen d’agression

© Copyright : DR

21 mai 2015 - 14h35 - Maroc

Une journaliste marocaine a qualifié d’"agression" les raids menés par la coalition arabe conduite par l’Arabie Saoudite dont fait partie le Maroc contre le Yémen, lors du journal arabe de la mi-journée de mercredi sur la chaîne publique 2M.

La parole a été donnée pendant le reportage dédié à la crise au Yémen aux rebelles houthis, dans lequel ils ont dénoncé ce qu’ils appellent "les agressions" menées contre leur pays et une partie était dédiée à ce que la journaliste appelle le "dénommé" sommet arabe intitulé "Sauver le Yémen" tenue à Riyad avec des représentants de différents courants yéménites, mais en l’absence des houthis.

La journaliste disait littéralement que " les agressions visant le Yémen se poursuivent", en référence aux raids appelés "tempête de la fermeté" menés par la coalition arabe contre les rebelles houthis au Yémen. Le reportage en lui-même est clairement pro-rebelles.

Ce changement de ton de la part du Maroc a été considéré par plusieurs observateurs arabes comme un revirement de la position du Maroc envers l’Arabie Saoudite concernant la crise au Yémen, surtout après la publication par un chroniqueur arabe d’une information selon laquelle le Maroc serait en colère contre l’Arabie Saoudite en raison de la lenteur qu’avait enregistrée l’opération de récupération de la dépouille de Yassine Bahti, pilote marocain du F16 disparu au Yémen.

2M s’excuse

Dans l’édition du soir de mercredi sur 2M, la journaliste s’est excusée en affirmant que le terme "agression" a été utilisé par erreur dans le journal de la mi-journée.

"L’erreur aurait pu être à l’origine d’une crise diplomatique entre le Maroc et l’Arabie Saoudite. Mais il n’en sera rien, en raison des profondes relations historiques, diplomatiques et les intérêts communs des deux pays", explique un ancien diplomate marocain en poste dans le Golfe à Bladi.net.

Mais qui est responsable de ce "présumé lapsus", 2M, chaîne publique censée refléter les positions officielles du pays et défendre ses intérêts, ou une simple journaliste qui aurait utilisé un mot hors de son contexte, sans que son texte ne soit contrôlé avant sa diffusion.

Lapsus ou copier-coller ?

Certains vont jusqu’à prétendre que ce serait une tierce partie qui serait à l’origine de cette erreur pour porter atteinte à l’image du royaume. Mais d’autres sont plus cléments envers la chaîne en faisant porter le chapeau à la journaliste qui aurait fait du copier-coller de l’information sans même se rendre compte de la gravité du terme utilisé.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact