Sahara : changement de position de l’Espagne, et après ?

21 mars 2022 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le changement de position de l’Espagne sur le Sahara sonne certes la fin de la crise avec le Maroc, mais pas du conflit au Sahara, encore moins de la crise entre l’Algérie et le Maroc.

La question du Sahara a toujours préoccupé tous les gouvernements espagnols, de même qu’elle est restée une priorité pour le Maroc. Le discours formel de neutralité tenu par l’Espagne pendant 47 ans, n’a pas avantagé le Front Polisario, pas plus qu’elle n’a permis une relation fluide avec le Maroc qui a proposé depuis 2007 un plan d’autonomie du Sahara, auquel ont progressivement adhéré à partir de décembre 2020, plusieurs pays dont les États-Unis, l’Allemagne et la France.

À lire : L’Espagne change sa position sur le Sahara

L’Espagne n’a donc fait que suivre l’exemple de ces pays en reconnaissant que ce plan d’autonomie est la solution « la plus sérieuse, crédible et réaliste » au conflit, analyse Real Instituto Elcano. Mais une telle décision, du point de vue de la géostratégie, semble plus profiter à l’Espagne qu’elle ne la dessert. Dans un premier temps, le président Pedro Sanchez cherche à tourner à son avantage la crise énergétique engendrée par l’invasion russe en Ukraine. Il veut faire de l’Espagne un centre névralgique de l’approvisionnement en gaz du reste de l’Europe, en s’appuyant sur sa forte capacité de regazéification et de stockage.

À lire : Le Maroc « renonce » à Ceuta et Melilla pour le Sahara

Dans un second temps, cette décision permet à l’Espagne d’obtenir du Maroc la garantie d’une étroite collaboration dans la lutte contre le trafic de drogue et le terrorisme djihadiste, le contrôle des flux migratoires et la renonciation de ses revendications sur Ceuta, Melilla et les îles Canaries. Pendant ce temps, l’Algérie considère ce changement « brusque » de la position de l’Espagne comme une « nouvelle trahison des Sahraouis » tandis que le Polisario est convaincu qu’il ne change pas le statut juridique du Sahara qui reste un territoire « non autonome » au regard du droit international.

À lire : Sahara : l’Algérie cherche comment « punir » l’Espagne

Mais au-delà de ces considérations, la décision de l’Espagne soulève de nombreuses questions d’intérêt. De quelles garanties dispose l’Espagne pour s’assurer que le Maroc respecte ses engagements ? Les États-Unis vont-ils jouer le rôle de garant en dernier ressort ? Les Sahraouis, en conflit contre le Maroc au Sahara, vont-ils définitivement renoncer à leur rêve politique ? La crise entre Alger et Rabat va-t-elle s’arrêter là ? Autant de questions qui restent pour l’heure sans réponse.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Autonomie Sahara

Aller plus loin

Pedro Sanchez attend beaucoup de son voyage au Maroc

Le ministre de la Présidence, des Relations avec les Cortes et de la Mémoire démocratique, Félix Bolaños, a assuré que la visite officielle qu’effectuera le président Pedro...

José Manuel Albares attendu au Maroc dans quelques jours

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, effectuera une visite au Maroc le 1er avril prochain. Un pas de plus dans le renforcement des relations entre...

Le Maroc « renonce » à Ceuta et Melilla pour le Sahara

L’Espagne a annoncé vendredi son soutien au plan d’autonomie du Sahara proposé par le Maroc. En retour, le royaume s’est engagé à respecter « l’intégrité territoriale » de...

Émirats arabes unis : rencontre entre Abdelouafi Laftit et Fernando Grande Marlasca

En marge de la réunion ministérielle de l’Alliance internationale de sécurité qui se tient aux Émirats arabes unis, le ministre marocain de l’Intérieur Abdelouafi Laftit a...

Ces articles devraient vous intéresser :