Sahara : le Maroc donne son feu vert pour la nomination d’un envoyé spécial

6 avril 2021 - 16h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

En prélude à la prochaine réunion du Conseil de sécurité prévue le 21 avril, le Maroc a, à travers son ministre des Affaires étrangères et de la coopération africaine, donné carte blanche pour la nomination d’un envoyé spécial des Nations Unies pour le Sahara. Nasser Bourita dénonce les agissements de l’Algérie et de son protégé, le Polisario.

Le Maroc a donné son accord à la nomination d’un nouvel envoyé spécial, a déclaré Nasser Bourita, lors d’une conférence de presse animée lundi, en marge de l’inauguration du consulat du Sénégal à Dakhla, soulignant que l’Algérie et le Polisario œuvrent pour son blocage. « Il faut se demander qui ne cesse d’entraver la désignation d’une personnalité, en refusant plusieurs candidats », questionne le chef de la diplomatie marocaine. Selon lui, « les vraies parties du conflit (du Sahara) sont le Maroc et l’Algérie », vu le degré d’engagement d’Alger.

Ces déclarations du ministre marocain interviennent à quelques jours de la prochaine réunion du Conseil de sécurité prévue le 21 avril. La question du Sahara est d’ailleurs inscrite à l’agenda de cette réunion. Le Maroc réaffirme son plan d’autonomie pour le Sahara soutenu par l’ONU et bon nombre de pays comme règlement de ce conflit qui perdure. « Le Maroc appelle à impliquer l’Algérie dans toute solution future, vu qu’elle est partie prenante dans le conflit », a indiqué Bourita. Aussi, a-t-il dit que le voisin de l’Est encourage la violation du cessez-le-feu par les miliciens du Polisario.

S’agissant des appels algériens à étendre le rôle de la MINURSO à l’observation du respect des droits de l’Homme, Nasser Bourita estime que « l’Algérie est le dernier pays à pouvoir parler de droits de l’Homme. Il a tenu à préciser que le rôle essentiel de la MINURSO est de faire respecter le cessez-le-feu. Une tâche difficile pour la mission onusienne à cause des provocations multiples des éléments du Polisario, lesquelles avaient amené les Forces armées royales (FAR) à mener une opération militaire pour libérer la zone tampon d’El Guerguerat bloquée depuis des semaines par les miliciens du mouvement indépendantiste. De son côté, le royaume affiche sa volonté à respecter l’accord de cessez-le-feu, signé en 1991.

Sujets associés : Algérie - ONU - Polisario - Sahara Marocain - Nasser Bourita

Aller plus loin

« Washington a beaucoup à perdre d’une résurgence du conflit au Sahara »

Emanuele Ottolenghi, politologue et chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties à Washington affirme que les États-Unis ont beaucoup à perdre d’une...

Le Polisario réagit à la nomination de Staffan de Mistura

Le délégué du Front Polisario en Espagne, Abdulah Arabi, a affirmé que la nomination imminente de Staffan de Mistura comme envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental...

Le leader du Polisario, Brahim Ghali, hospitalisé d’urgence en Espagne

Le président de la «  République arabe sahraouie démocratique (RASD)  », Brahim Ghali, est hospitalisé en Espagne. Rassuré par certaines garanties obtenues par les autorités...

Difficile pour l’ONU de nommer son envoyé spécial pour le Sahara

Alors que le poste est vacant depuis près de deux ans suite à la démission de l’Allemand Horst Köhler, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a du mal à nommer...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau modèle dédié aux MRE bientôt une réalité

Le processus pour la réalisation d’un nouveau modèle dédié aux Marocains de l’étranger se poursuit. Mardi, les différents comités thématiques ont déposé leurs premières propositions lors d’une rencontre tenue à Rabat et présidée par le ministre des...

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Marathon des sables : le Marocain Rachid El Morabity vise un 10ᵉ titre

Le Marocain Rachid El Morabity, 9 fois vainqueur du Marathon des sables, l’un des plus difficiles au monde, vise une dixième victoire de cette course qui démarre ce dimanche.

Élections en Espagne : la droite remettra-t-elle en cause la marocanité du Sahara ?

Au lendemain de la débâcle électorale de son parti, Pedro Sanchez, le président du gouvernement espagnol, vient d’annoncer la tenue d’élections anticipées pour le 23 juillet. Ces élections pourraient voir l’arrivée du Parti populaire (PP) et la remise...

Le Maroc et le Cambodge veulent organiser un forum d’affaires

En marge de la visite de Prak Sokhonn, vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale du royaume du Cambodge au Maroc, il a été décidé de l’organisation d’un forum d’affaires.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Le voyage de Nasser Bourita en Israël confirmé

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita effectuerait en septembre une visite officielle en Israël, indiquent plusieurs sources israéliennes. Une information non encore confirmée officiellement du côté marocain.

Rachid M’Barki sanctionné à cause du Sahara : Lahcen Haddad crie à l’indignation

La mise en retrait par BFMTV de son journaliste franco-marocain, Rachid M’Barki, à qui la chaîne française reproche d’avoir prononcé à l’antenne l’expression « Sahara marocain » a suscité une réaction de la part du parlementaire et ancien ministre...