Sebta et Melilla : l’interdiction de la contrebande fait grincer des dents

1er juin 2022 - 07h40 - Espagne - Ecrit par : G.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les nouvelles directives mises en place suite à l’ouverture des postes frontaliers des deux enclaves espagnoles, Sebta et Melilla, ne sont pas du goût des commerçants, surtout ceux spécialisés dans la contrebande.

La presse espagnole parle déjà de « malaise pour le commerce local » de la ville de Melilla. Le fait que Madrid et Rabat aient décidé de suspendre le commerce clandestin, sonne comme une trahison puisque ces commerçants espéraient la réouverture des frontières pour se refaire une santé financière. De plus, la décision porte un coup dur à l’économie des deux enclaves qui en ont fait le cœur de leur économie, en important massivement d’Espagne. 70 % des importations sont réservées au commerce avec le Maroc.

À lire :Sebta et Melilla : le Maroc accusé de bloquer le trafic de marchandises

Le commerce de contrebande faisait gagner aux deux villes entre 600 et 800 millions d’euros par an pour Sebta et environ 500 millions à Melilla, alors qu’officiellement elles n’exportent au Maroc que moins d’un million d’euros par an. Un véritable manque à gagner pour la douane marocaine.

À lire :Sebta : sans trafic de marchandises, l’économie toujours au point mort

Selon la presse espagnole, malgré l’interdiction, les contrebandiers des deux villes espagnoles espéraient tromper la vigilance des douaniers en faisant passer les marchandises à travers les passagers transfrontaliers ou le régime des voyageurs, qui iraient avec les produits dans leurs coffres comme s’il s’agissait de simples achats personnels. Mais les autorités marocaines veillent au grain et ont été très claires sur la question depuis la réouverture des frontières le 17 mai.

À lire :Pas un seul travailleur frontalier à la frontière de Sebta ce mardi

C’est d’ailleurs pour contrecarrer le plan des contrebandiers que les autorités marocaines ont inauguré en février 2022 une zone d’activités économiques (ZAE) à Fnideq dont la mise en œuvre a nécessité un investissement de 200 millions de dirhams. Ce projet devrait permettre de créer plus de 1 000 emplois directs et mettre un terme à la contrebande. Du moins, c’est ce qu’espère le Maroc.

Sujets associés : Ceuta (Sebta) - Melilla - Contrebande

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Sebta et Melilla : la diminution de la contrebande permet une hausse des recettes douanières

La fermeture des frontières à Sebta et Melilla a entraîné une hausse significative des recettes douanières marocaines, favorisée par la fin du phénomène de la...

Pas un seul travailleur frontalier à la frontière de Sebta ce mardi

La phase 2 de la réouverture de la frontière avec le Maroc devait démarrer ce mardi avec le passage des travailleurs frontaliers bloqués à Sebta depuis mars 2020. Mais étrangement,...

La douane marocaine interdit toute contrebande avec Sebta et Melilla

En annonçant la réouverture des postes frontaliers de Sebta et Melilla, les autorités marocaines avaient déclaré qu’elles n’admettront en aucun cas la contrebande. Aujourd’hui, c’est...

Contrebande à Sebta et Melilla : le Maroc perdait 1 milliard d’euros par an

Le gouvernement marocain a fait part dimanche de l’ouverture des points de passage de Sebta et Melilla à compter de demain, mardi, mais sous mais sous certaines conditions,...

Nous vous recommandons

Ceuta (Sebta)

Le président de Ceuta salue la reprise des relations avec le Maroc

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a salué la « nouvelle étape » dans la relation entre l’Espagne et le Maroc, consacrée par la visite de Pedro Sanchez à Rabat jeudi. Selon lui, cette nouvelle coopération place la ville autonome dans une...

Retour des mineurs : le Maroc n’a pas fourni les renseignements demandés par l’Espagne

L’Espagne attend toujours les informations demandées au Maroc sur les 700 mineurs non accompagnés encore à Ceuta, pour lancer la procédure de leur rapatriement.

Vive polémique autour d’un mariage homosexuel maroco-espagnol

Le mariage d’un Marocain originaire de la ville de Martil, dans le nord du pays, et un Espagnol résidant à Ceuta, fait polémique sur les réseaux sociaux.

A Sebta, l’activité économique est en berne

L’économie est en berne à Sebta. Les principales activités sont asphyxiées au profit de la lutte contre la migration clandestine. L’arrêt de la contrebande, du tourisme, de l’alimentation, ont plongé les habitants de l’enclave dans le...

L’Espagne juge « inacceptable » l’attitude du Maroc

La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, juge « inacceptable » l’attitude du Maroc qui a laissé des milliers de mineurs traverser illégalement les frontières espagnoles.

Melilla

Assaut sur Melilla, un mort et plusieurs blessés

Quelque 300 migrants subsahariens ont tenté de forcer la haute barrière entourant l’enclave espagnole de Melilla, dans la nuit du mercredi à jeudi. Seuls une cinquantaine d’entre eux sont parvenus à rejoindre l’autre côté de la...

Marocanité du Sahara : pourquoi l’Espagne se montre-t-elle toujours réticente ?

L’Espagne n’est pas près de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara. Elle redoute que le royaume revendique Ceuta et Melilla.

La fermeture des frontières de Sebta et Melilla prolongée

Les enclaves Sebta et Melilla resteront fermées jusqu’au 31 mai. Ainsi en a décidé le gouvernement espagnol au regard du contexte diplomatique tendu qui prévaut avec le Maroc mais aussi à la situation...

Le corps sans vie d’un Marocain retrouvé dans les eaux de Melilla

Les agents de la section maritime de la Garde civile ont repêché mercredi le corps sans vie d’un homme d’apparence maghrébine d’environ 35 ans dans les eaux de Melilla.

Maroc / Opération « Marhaba 2020 » : l’incertitude demeure

L’opération annuelle «  Marhaba  » qu’organise le Maroc, prévue pour démarrer en juin, est reportée compte tenue du contexte pandémique actuel. Alors que des pays européens ont déjà annoncé la date d’ouverture de leurs frontières, le Maroc tarde à prendre une...

Contrebande

L’e-commerce, la solution pour lutter contre l’informel au Maroc

Le commerce électronique, très peu développé au Maroc, ne représente que 2 % dans le retail global. Faute de disponibilité de tous les articles en ligne, les Marocains préfèrent effectuer l’essentiel de leurs achats sur des sites étrangers et dans...

La situation des femmes-mulets décortiquée

Dans un rapport publié lundi 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, l’Association andalouse des droits de l’homme (APDHA) demande que les droits des milliers de femmes-mulets soient respectés en cette période de crise sanitaire qui a...

Sebta et Melilla se meurent sans les Marocains

La réouverture des frontières ne profite toujours pas aux commerçants de Sebta et Melilla qui dénoncent la décision du Maroc d’interdire le passage des articles achetés dans les deux villes autonomes, déplorant une situation pire que celle d’avant le retour...

Carburant clandestin : les propriétaires des stations-service dénoncent une concurrence déloyale

Face à la hausse des prix des produits pétroliers clandestins sur le marché marocain, les propriétaires des stations-service ne cessent de dénoncer une concurrence déloyale, tout en appelant les autorités compétentes à prendre leurs...

Baisse du taux de pénétration des cigarettes de contrebande au Maroc en 2020

Le taux de pénétration de cigarettes de contrebande sur le sol marocain en 2020 est de 1,37%. Ce taux est largement en dessous de ceux enregistrés en 2018 et en 2019.