Tanger : L’Espagne recrute des serveurs de café

15 octobre 2005 - 11h21 - Ecrit par : A.S

La demande espagnole en emplois est en progression. Après les femmes de ménage en 2004, c’est le tour aux métiers de la restauration. Ainsi, 19 jeunes ont été dernièrement sélectionnés pour travailler dans trois chaînes de restauration rapide à Séville. Les jeunes sont originaires de différentes régions du Maroc, essentiellement de Tanger et Tétouan.

L’opération était pilotée, côté marocain, par la délégation de l’Anapec à Tanger et une délégation d’employeurs espagnols.
Les entretiens de sélection ont été effectués durant la deuxième semaine de septembre dans les locaux de l’Anapec à Tanger. “Les employeurs espagnols ont été tellement satisfaits du profil qu’ils ont demandé de prévoir une deuxième liste de 16 candidats en réserve”, note Latifa Rebbaj, directrice de l’Anapec Tanger.
Pour le mois de mars 2006, il est prévu de lancer une deuxième vague de candidatures pour pourvoir une cinquantaine de postes. “La demande est venue de la part des employeurs qui ont formulé un besoin dans ce sens”, explique encore Rebbaj.
La demande espagnole est centrée essentiellement sur des postes de serveur, mais aussi de cuisinier. Selon un responsable espagnol, il est difficile de trouver du personnel qualifié avec une bonne formation pour ces emplois en Espagne, le niveau des salaires handicapant largement les nouvelles structures. Ces jeunes se joignent au groupe des 150 femmes de ménage envoyées en Espagne en 2004. L’opération avait été conclue pour le compte de l’Etat espagnol qui cherchait des aides ménagères pour personnes assistées.
L’opération rentrait dans le cadre de l’accord signé entre le Maroc et l’Espagne en 2001 portant sur l’emploi de main-d’œuvre marocaine en Espagne. Les tests de sélection ont eu lieu à Tanger et Fès, dans les locaux de l’Anapec.
Une équipe spéciale du ministère de l’Emploi, qui a fait le déplacement d’Espagne, avait effectué la sélection, épaulée par des responsables de l’ambassade espagnole à Rabat et des cadres de l’Anapec. “Le profil recherché, selon l’ambassade, est celui de femmes ayant une expérience dans le domaine du service à domicile et qui parlent espagnol”.
Pour couvrir les cinquante places requises, plus de 120 candidates ont été sélectionnées. Elles seront totalement prises en charge par l’Etat espagnol pendant trois mois. Et seront installées dans une résidence à Madrid, mais en fonction des besoins, elles pourront exercer dans n’importe quelle ville espagnole.
Après la première année, elles auront la possibilité de travailler dans d’autres secteurs. Les salaires ne dépasseront pas les 400 euros par mois, soit l’équivalent du Smig en Espagne, mais elles seront nourries et logées et auront droit à une couverture sociale, selon la loi espagnole.
La restauration est un métier en pleine expansion en Espagne et les besoins sont importants en emplois qualifiés. Des enseignes de restauration rapide telles que Pans & Company, l’équivalent espagnol de Subway, ont une politique stricte de réduction des coûts en ayant recours à des jeunes en quête d’un premier emploi.

L’Economiste

Tags : Espagne - Coopération - Tanger

Nous vous recommandons

Scandale Bab Darna : enfin le procès

Le procès des huit accusés dans l’affaire immobilière Bab Darna va s’ouvrir le 9 novembre prochain.

MRE : Algésiras espère une reprise imminente des liaisons maritimes avec le Maroc

Le président de l’Autorité portuaire de la baie d’Algésiras, Gerardo Landaluce, espère que le rapprochement entre l’Espagne et le Maroc facilitera la reprise du trafic maritime de passagers avec Tanger Med, suspendu depuis deux...

Un outlet près de Tétouan pour attaquer frontalement Sebta

Tanger Med Zones, filiale aménageur-développeur du groupe Tanger Med, a annoncé ce lundi, le lancement d’un projet d’outlet dans la nouvelle zone commerciale située entre Tétouan et M’diq, au niveau de Cabo Negro. Une manière d’attaquer frontalement la...

Le CFCM annonce la date du début de ramadan en France

En se basant sur les données scientifiques, le bureau du Conseil français du culte musulman (CFCM) a annoncé, mardi 15 mars, la date de début du mois de ramadan.

Retour des MRE : le calme avant la tempête

L’Opération Marhaba 2022 a démarré le 15 juin. Pour cette première édition post-Covid, les voyageurs sont contraints à acheter leurs billets en ligne avant d’arriver aux ports d’Algésiras et de Tarifa, lesquels concentrent 70 % des mouvements de passagers...

Zapatero invite Sanchez à rétablir les relations avec le Maroc

L’ancien Chef du gouvernement espagnol, Jose Luis Rodriguez Zapatero, a demandé au gouvernement de Pedro Sanchez de « tout mettre en œuvre pour rétablir de bonnes relations avec le Maroc le plus rapidement possible...

L’armée algérienne, principale artisane de la rupture des relations avec le Maroc ?

La décision de l’Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc n’émanerait pas directement du président Abdelmadjid Tebboune, mais aurait été plutôt suscitée par le Haut commandement militaire de l’Armée nationale et populaire...

Sahara : les États-Unis ont-il fait pression sur l’Espagne ?

La récente visite en Espagne de la sous-secrétaire d’État américaine, Wendy Sherman, aurait été déterminante dans la décision du pays de soutenir le plan d’autonomie du Sahara proposé par le Maroc.

La Marocaine Laila Rouass et Ronnie O’Sullivan se donnent une nouvelle chance

Séparés en février dernier, le mannequin et actrice britannique d’origine marocaine Laila Rouass, 50 ans et le sextuple champion du monde de snooker, Ronnie O’Sullivan, 46 ans, se remettent ensemble.

Les MRE du Canada manifestent à Rabat (vidéo)

Près de 12 000 Canadiens et MRE du Canada sont bloqués au Maroc, suite à une décision du gouvernement canadien de suspendre tous les vols directs en provenance du Maroc, du 29 août au 29 septembre 2021, en raison de la circulation au Maroc de faux tests...