Le jour où l’on a voulu assassiner Hassan II dans sa chambre à coucher

5 août 2019 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : K.B

Depuis le début des années 1960, le Maroc a été le théâtre de plusieurs procès politiques, suite aux éternelles prises de position entre le régime en place et l’opposition. La période a connu une hausse aussi bien des tentatives d’assassinat à l’encontre du Roi Hassan II, que des condamnations à la peine capitale des activistes civils et militaires.

Les procès les plus célèbres, ayant marqué les années 1960 et 1970, condamnaient la liberté d’expression et ciblaient l’opposition que le régime monarchique considérait comme une menace, en particulier, les deux partis phares de l’opposition, l’actuelle Union socialiste des Forces populaires (USFP) et l’Union nationale des Étudiants marocains (UNEM).

Le 16 juillet 1963, le pays a connu le procès politique le plus célèbre de son histoire. 5.000 militants de l’USFP ont été poursuivis sous les chefs d’inculpation de complot contre le régime et de tentative d’homicide du Roi, dans sa chambre à coucher, au Palais royal.

Des interpellations ont eu lieu au siège du parti et, cet incident a provoqué beaucoup de tergiversations au sein du parti et dans l’opinion publique. Certains pensaient à un plan comploté par les opposants du parti avec, à leur tête, le Général Oufkir, alors que d’autres soupçonnaient le parti d’avoir réellement prémédité la tentative d’assassinat d’Hassan II.

La peine capitale a été ainsi prononcée à l’encontre de 3 inculpés, Omar Benjelloun, Fkih El Basri et Moumen Diouri, pour préparation d’un complot contre le régime et atteinte à la sécurité intérieure du pays, pendant la réunion du 16 juillet 1963. Les trois accusés ont, néanmoins, été graciés une année plus tard.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Hassan II - Liberté d’expression - Peine de mort - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP) - Palais royal Maroc

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Les députés marocains s’intéressent aux autoroutes

Une mission d’information dédiée aux autoroutes devrait être bientôt créée. Les groupes de la majorité et l’Union socialiste des forces populaires (USFP) n’attendent que le feu vert du bureau de la Chambre des représentants.

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Un ancien employé du roi Hassan II propose des spécialités marocaines à Thomery

Un ancien employé du roi Hassan II a ouvert un nouveau food truck sur la place de l’Église de Thomery (Seine-et-Marne), où il ne propose pas de burgers mais des spécialités marocaines.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.