Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

15 mai 2023 - 07h50 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités marocaines ont mis en place des institutions et des réformes.

Jusqu’à la seconde guerre du Golfe en 1990, le salafisme marocain était pacifique. La branche violente a vu le jour avec la diffusion des messages de l’ancien chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden et l’arrivée d’internet au Maroc, et s’est renforcée à la fin des années 1990, notamment à Casablanca, Fès, Tanger et Salé où des meurtres ont été commis par l’extrémiste Youssouf Fikri contre plusieurs personnes, dont un policier.

Mais ce sont les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis et l’invasion de l’Afghanistan, fief d’Al-Qaïda, qui ont donné l’impulsion définitive au salafisme au Maroc. Depuis lors, le groupe islamiste a commencé à être plus visible dans les rues et les mosquées du royaume pour endoctriner et recruter le plus de monde. Cette progression du mouvement a conduit aux attentats perpétrés par douze kamikazes le 16 mai 2003 à Casablanca, causant 45 morts dont des terroristes. Ce fut la pire attaque terroriste de l’histoire du Maroc.

À lire : Lutte contre le terrorisme : le Maroc mieux classé que les USA, la France et l’Italie

Après ces attentats, qui n’ont été revendiqués par aucun groupe djihadiste mais attribués à Al-Qaïda, l’État marocain a arrêté environ 3 000 salafistes et mis en place une politique de lutte antiterroriste plus dure. Il a également engagé des réformes visant à contrôler davantage les mosquées et le discours religieux. Malgré ces efforts, le royaume a encore subi un attentat à Casablanca en 2007, faisant un mort (un policier). En 2011, le printemps arabe éclate en Syrie, entraînant le départ de 2 000 Marocains vers ces zones de combat.

La même année, un djihadiste a tué 17 personnes, des touristes pour la plupart, dans un café de Marrakech. Depuis sa création en 2014, l’État islamique (EI) a mené deux attentats au Maroc dont le plus meurtrier en 2018 où deux touristes scandinaves ont été tuées dans les montagnes de l’Atlas. En mars, un agent de la circulation à Casablanca a été enlevé et tué par des terroristes de l’État islamique. Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), créé en 2015, a déjà démantelé quelque 90 cellules terroristes.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ)

Aller plus loin

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations...

Arrestation en Espagne d’un MRE (belge) lié à l’attentat à Bruxelles

La police ont arrêté dans la région de Malaga une personne pour son lien avec l’attentat djihadiste perpétré en Belgique le 16 octobre dernier, au cours duquel un individu de...

Le Maroc, un acteur majeur dans la lutte contre le terrorisme et son financement

Les actions menées par le Maroc avec ses partenaires font du royaume un acteur majeur dans la lutte contre le terrorisme. De plus, la lutte contre le financement du terrorisme...

Le Maroc bien classé dans l’Indice du terrorisme 2022

Le Maroc est classé cette année à la 76e place sur 93 dans l’indice mondial du terrorisme publié il y a quelques jours.

Ces articles devraient vous intéresser :

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.