Terrorisme au Sahel : la France ne peut compter que sur le Maroc

14 janvier 2020 - 22h30 - France - Ecrit par : G.A

Un chercheur-associé à l’institut Thomas More, estime que dans la lutte contre le terrorisme au Sahel, le Maroc reste un atout de taille pour la France. Jean-Sylvestre Mongrenier en a fait cas dans son analyse intitulée "Les enjeux géopolitiques du Sahel et de la lutte contre le fanatisme : une vision d’ensemble".

C’est en analysant les enjeux du sommet du G5, qui s’est ouvert ce lundi dans la ville de Pau, que le chercheur a souligné que "fort de sa légitimité religieuse, le Maroc conduit une politique intelligente dans la région et sur les confins de l’arc sahélo-saharien". Prévu pour se tenir le 16 décembre dernier, le sommet avait été reporté suite à l’attaque meurtrière de l’armée nigérienne dans le camp d’Inates, qui a fait 71 morts et une trentaine de disparus.

Selon le scientifique, Mohammed VI a la force et les moyens de "contrer le littéralisme belliqueux et fanatique de l’État islamique", puisqu’en tant que "Commandeur des Croyants, il promeut les dimensions artistique, philosophique et strictement spirituelle de l’Islam", rapporte la Map.

Dans son analyse, Jean-Sylvestre Mongrenier a montré qu’en s’évertuant à promouvoir une des confréries les plus importantes d’Afrique de l’Ouest, la Tijaniyya, dont le mausolée du fondateur est situé à Fès, "le Maroc travaille à s’imposer comme leader d’un courant religieux fondé sur la wasatiyya et susceptible de contrer les discours radicaux". Pour lui, il est important de soutenir une telle politique et de la laisser conduire par "les représentants d’un Islam à la fois enraciné et traditionnel, prioritairement soucieux du salut de leurs coreligionnaires".

D’ailleurs, c’est la multiplication des attaques djihadistes au Sahel qui est à la base de la rencontre initiée par Emmanuel Macron à Pau, et qui réunit cinq présidents de la région à savoir : Idriss Déby Itno du Tchad, Mahamadou Issoufou du Niger, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Ibrahim Boubacar Keita du Mali et Mohamed ould Cheikh El Ghazouani de Mauritanie.

Ce sommet accueillera aussi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki, le président du Conseil européen, Charles Michel, et le vice-président de la Commission européenne et haut représentant pour les affaires étrangères, Josep Borrel.

Selon l’Élysée, ce sommet de Pau devra "réévaluer le cadre et les objectifs de l’engagement français au Sahel. Il permettra également de poser les bases d’un soutien international accru aux pays du Sahel", précise la même source.

Sujets associés : France - Terrorisme - Etat islamique - Daech

Aller plus loin

Abou Walid Al-Sahraoui tué par l’armée française

L’État islamique au Grand Sahara (EIGS) a perdu son chef. Adnan Abou Walid Al-Sahraoui a été tué lors d’une frappe de la force Barkhane. Alors que l’EIGS parle d’une perte...

Le Maroc s’inquiète de la montée du terrorisme au Sahel

Le terrorisme gagne du terrain au Sahel. Une situation inquiétante selon le Directeur du Bureau Central d’investigations judiciaires (BCIJ) Habboub Cherkaoui.

Lutte contre le terrorisme : le Maroc souhaite une coopération avec l’Algérie

Le Maroc milite pour une coopération avec l’Algérie afin de venir à bout du danger terroriste qui guette les deux pays en particulier et tous les pays de la région du Sahel en...

Lutte contre le terrorisme : le Maroc abrite un bureau de l’ONU

Le Maroc et les Nations Unis ont procédé mardi à la signature via visioconférence d’un accord pour l’installation au royaume, du Bureau Programme pour la lutte contre le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le Maroc renforce le contrôle dans les aéroports

Le Maroc a décidé de renforcer son système de contrôle des passagers dans les aéroports. Cette procédure sera désormais complétée par l’analyse de données électroniques envoyées avant l’arrivée à destination des passagers.

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.