Structuration de l’islam de France : la volte-face d’Emmanuel Macron

10 février 2020 - 16h00 - Ecrit par : I.L

Le chef de l’État français, Emmanuel Macron, avait promis mettre sur pied le plan de lutte contre le communautarisme et la structuration de l’Islam de France. Mais plusieurs semaines après cette promesse, les concepts semblent changer.

Selon Le Monde, le plan de lutte contre le communautarisme devrait finalement comporter un volet sur la structuration de l’islam de France, même si au départ, le président de la République avait toujours refusé de mélanger les deux sujets. Le chef de l’État estime que cela pouvait provoquer des amalgames dangereux, précise le même média.

Pour ce plan, il est également prévu un renforcement des relations entre l’État et le Conseil français du culte musulman (CFCM), une instance créée en 2003 par Nicolas Sarkozy pour – déjà – régler les questions de pratique religieuse des musulmans en France. D’après la même source, il s’agit "d’une institutionnalisation du CFCM et de ses chapitres départementaux dans un plan de lutte conte l’islam politique".

Sur le sujet, le chef de l’État avait invité à ne pas faire d’amalgame. Pas question d’établir un parallèle entre le communautarisme, aujourd’hui en pleine expansion dans certains quartiers, et la pratique de leur religion par les musulmans, avait souhaité le chef de l’État. Le président de la République française avait tenu le même discours en octobre dernier, après l’attaque au couteau à la Préfecture. Dans son allocution, Emmanuel Macron avait précisé, dans un esprit d’apaisement, qu’il ne fallait "en aucun cas" y voir "un combat contre une religion mais bien contre son dévoiement et ce qui conduit au terrorisme".

Les proches du président attribuent le changement de discours au fait qu’il se serait laissé convaincre sur la non-dissociation des trois termes à savoir la radicalisation, le communautarisme et l’Islam. À en croire un proche du président français, Emmanuel Macron s’est rendu compte que les notions sont entremêlées. "Si on veut lutter contre l’islam politique, il faut s’agréger les musulmans, qui demandent à en être protégés. Le plan a donc été réagencé.", soutient-on.

Même si ce virage était attendu par certains députés de la majorité, très remontés sur le sujet, l’Élysée a décidé de ne plus parler de "communautarisme", mais plutôt de "séparatisme" pour justifier son plan. "Le but n’est pas de mettre la société sous tension, mais bien au contraire, d’apaiser", explique-t-on à l’Élysée.

Tags : France - Terrorisme - Emmanuel Macron

Aller plus loin

Amnesty International dénonce « la stigmatisation des musulmans » en France

Dans une tribune, Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty Internationalalerte sur "la stigmatisation des musulmans" en France et appelle à protéger les droits...

La France ne veut plus d’imams en provenance du Maroc

Le gouvernement français a établi une feuille de route devant lui permettre de lutter contre le communautarisme, "l’islamisme et les atteintes aux principes républicains". Le...

Nous vous recommandons

La compagnie Balearia attend avec impatience les MRE

La compagnie maritime Balearia a enregistré 103 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, a indiqué jeudi son président, Adolfo Utor, lors de la présentation du rapport d’activités de la société au titre de l’année écoulée. Avec la reprise annoncée du...

Espagne : un Marocain victime de la drogue « cannibale »

La police nationale espagnole a arrêté le 1ᵉʳ janvier à Murcie, un jeune homme d’origine marocaine qui, sous l’effet de la drogue appelée « cannibale », s’est infligé plusieurs blessures sur le corps.

Ryanair veut ouvrir une nouvelle base au Maroc

L’Office national marocain du Tourisme (ONMT) renforce son partenariat avec Ryanair. Dans ce sens, les deux parties ont signé un accord stratégique à travers lequel la compagnie aérienne entend investir 200 millions de dollars pour renforcer...

L’aéroport d’Agadir accueille de nombreux MRE

Suite à la réouverture officielle des frontières, le trafic aérien a repris à l’aéroport d’Agadir. Les premiers passagers ont foulé le sol marocain en provenance de Las Palmas et de la France.

Maroc : on en sait un peu plus sur les trois MRE décédés dans un tragique accident de la route

Les vacances au Maroc d’une famille de Marocains résidant à Ans (Liège) ont tourné au cauchemar. Cette famille a été victime d’un terrible accident de la route. Trois des quatre enfants du couple sont décédés sur le...

Sans MRE, le port d’Almeria a perdu 97% de ses passagers

Le trafic de passagers au port d’Almería a baissé de 97 % entre juillet 2019 et juillet 2020 en raison de l’annulation par le Maroc de l’Opération Marhaba pour ces deux années consécutives. À fin juillet 2021, il s’est établi à 36,5...

Décès tragique d’un Marocain à Malaga

Un jeune homme d’origine marocaine a été retrouvé mort samedi dans le quartier d’Arroyo de Los Ángeles à Malaga. Il tentait de s’emparer de vêtements dans un conteneur appartenant à une société de collecte de vêtements pour les plus...

Manuel Valls mise sur Aziz Akhannouch

L’ancien Premier ministre français, Manuel Valls a fait part de son souhait de voir le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, candidat aux élections du 8 septembre, devenir le prochain chef du gouvernement...

Maroc et Israël : Lapid et Bourita expriment leurs inquiétudes sur les relations avec l’Algérie

Le chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid et son homologue marocain ont exprimé leurs « inquiétudes au sujet du rôle joué par l’Algérie dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que...

L’Algérie à l’Espagne : « pas une goutte de gaz pour le Maroc »

L’Algérie maintient la pression sur l’Espagne, qui ne doit exporter aucune goutte de gaz vers le Maroc via le gazoduc Maghreb Europe.