Recherche

Le textile de Fès en détresse

© Copyright : DR

20 février 2020 - 06h20 - Economie

À Fès, la filière des textiles se porte mal. Désespérés, les textiliens de la ville réclament des programmes d’aide aux entreprises de textile et une prime à l’export.

"Notre secteur est vital pour la capitale spirituelle ; pourtant, il ne reçoit aucun appui des responsables de la ville", se désole Mouhsine Idrissi, président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH-Fès-Meknès). La déclaration du responsable fait suite au dernier débat "houleux" entre le ministre (RNI) de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, et le député PJD, également maire de Fès, Driss El Azami El Idrissi, fait savoir L’Économiste.

Il se demande ce qui pourrait bien expliquer le fait que les conseils régional et communal accordent une prime à l’emploi aux multinationales, et pas aux entreprises marocaines. Mouhsine Idrissi dénonce une politique de "deux poids, deux mesures", qui fera plomber les emplois dans le secteur, et évoque la menace des masters franchises étrangères sur les commerces des quartiers Saâda, Narjisse, et la médina, ou encore l’état de délabrement avancé des ZI, etc.

À en croire le nouveau président de l’AMITH-Fès-Meknès, cette branche compte une quarantaine d’unités industrielles qui emploient quelque 18 000 ouvriers (plus de 40 000 auparavant). Selon lui, les postes perdus profitent à un redéploiement dans le secteur informel (plus de 50 000 postes). En témoignent les ateliers en nombre dans les quartiers Ben Debbab, Sahb El Ouard, Bab Ftouh, Marja et Ouled Tayeb, qui emploient des centaines de personnes dans le textile et cuir.

"Cette reconversion dans l’informel, dira Mouhsine Idrissi, est favorisée par le manque d’appui aux ‘vrais’ industriels, l’absence d’une prime pour le transport et la logistique, et le manque de séduction".

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact