Enfin un traitement efficace contre le coronavirus ?

31 mai 2020 - 14h30 - France - Ecrit par : S.A

Alors que le coronavirus continue de sévir dans bon nombre de pays, l’anakinra, un médicament initialement destiné à des maladies rhumatismales, pourrait guérir les patients. C’est ce que révèle une étude française.

Selon l’étude, l’anakinra donne des résultats "encourageants" pour les formes graves de covid-19 à travers la réduction du risque de décès et du besoin d’être mis sous respirateur en réanimation. "La réduction significative de la mortalité, associée à l’utilisation de l’anakinra pour le covid-19 dans cette étude est encourageante, en ces temps difficiles", commente le rhumatologue Randy Cron de l’université d’Alabama (Birmingham, États-Unis) dans la revue spécialisée The Lancet Rheumatology. Il insiste sur le "profil de sécurité favorable" de ce médicament que recommandent les rhumatologues à leurs patients.

Il est question de maîtriser l’"orage cytokinique". Il s’agit d’une réaction inflammatoire incontrôlée mise en cause dans les formes graves de pneumonie coronavirus qui débouche sur un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). Ceci s’explique par le fait que les poumons ne fournissent pas assez d’oxygène aux organes vitaux, qui ont besoin de l’assistance d’une ventilation artificielle avec l’utilisation de respirateur.

Le rôle de l’anakinra, c’est de cibler, pour bloquer, une des cytokines impliquées dans cette "tempête inflammatoire", l’interleukine-1 (IL-1). Au dire de l’équipe médicale, Thomas Huet et ses collègues, du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ), l’administration par injection sous-cutanée pendant 10 jours de l’anakinra (nom commercial : Kineret), à 52 patients atteints d’une forme grave de covid-19 a produit de meilleurs résultats. Cela a permis une "réduction statistiquement significative du risque de décès et de passage en réanimation pour assistance respiratoire par ventilation mécanique".

"En l’absence d’accès à des essais thérapeutiques incluant des médicaments immunomodulateurs pour nos patients, la décision […] prise de proposer l’anakinra, selon des critères de gravité décidés de manière consensuelle et a priori, a rapidement changé le visage de la maladie en salle", assure le professeur Jean-Jacques Mourad, co-signataire de l’étude. Celui-ci ajoutera que "le bénéfice était palpable au quotidien".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Santé - Etude - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Ces articles devraient vous intéresser :

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le Maroc prépare les aéroports de demain

Le Maroc prévoit de se doter d’un nouveau Schéma directeur aéroportuaire national à l’horizon 2045, le dernier élaboré en 2013 étant devenu obsolète.

L’acteur marocain Mustapha Zaari en mauvaise passe

L’acteur marocain Mustapha Zaari traverse une passe difficile en ce moment. Diagnostiqué d’un cancer de la prostate, il a été hospitalisé récemment à l’hôpital militaire de Rabat pour recevoir un traitement adéquat.

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.