L’importance des transferts financiers vers le Maroc

30 janvier 2008 - 15h29 - Economie - Ecrit par : L.A

Les diasporas africaines en France financent massivement le développement de leurs pays natals. Une étude conduite par la Banque africaine de développement (BAD) auprès de 2 000 ménages, publiée lundi 28 janvier, chiffre, en 2005, à 1,5 milliard d’euros les fonds envoyés de France au Maroc, à 449 millions d’euros ceux transférés au Sénégal, à 295 millions d’euros les sommes envoyées vers le Mali et à 70 millions d’euros celles vers les Comores.

Pour mesurer l’importance de ces transferts, il faut savoir qu’ils pèsent, pour le Maroc, 9 % du produit intérieur brut (PIB) du pays et 750 % de l’aide publique au développement dont il bénéficie. Ces pourcentages sont respectivement de 19 % du PIB et de 218 % de l’aide pour le Sénégal, de 11 % du PIB et de 79 % de l’aide pour le Mali et de 24 % du PIB et de 346 % de l’aide pour les Comores.

Six à dix fois par an, le travailleur immigré (essentiellement en Ile-de-France, en Provence-Alpes-Côte-d’Azur ou en Rhône-Alpes) envoie les 103 euros (Maroc), 122 euros (Sénégal), 160 euros (Mali) ou 103 euros (Comores) qu’il a mis de côté chaque mois.

Depuis les années 1990, les sociétés de transfert d’argent ont compris l’importance de ces flux et proposent leurs services pour les sécuriser. Western Union, Money Gram ou Money Express attirent les clients mais à grands frais, puisque l’étude évalue les commissions prélevées entre 5 % et 20 %. Les banques, elles aussi, se positionnent sur ce marché.

Les trois quarts des bénéficiaires de ces transferts étant proches du seuil de pauvreté, on ne s’étonnera pas qu’ils utilisent cet argent, en priorité, pour leurs dépenses de consommation (alimentation, santé, éducation, cérémonies religieuses). Les investissements immobiliers et productifs suivent loin derrière et sont surtout financés par les immigrés les plus qualifiés et par ceux qui sont âgés de plus de 40 ans.

Trois types d’approche cherchent à optimiser ces transferts. L’anglo-saxonne préfère fluidifier l’offre de services par les innovations technologiques et la mise en concurrence des opérateurs. L’hispanique, elle, privilégie la bancarisation des migrants, notamment au Maroc. La francophone enfin cherche à canaliser vers les infrastructures (santé, écoles) ou vers des investissements productifs entrant dans le cadre de programmes de codéveloppement.

Le Monde - Alain Faujas

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Transferts des MRE - Banques - PIB

Ces articles devraient vous intéresser :

Le sport, pilier de l’économie marocaine

Au Maroc, le sport est un secteur d’activité très rentable et qui contribue significativement au PIB.

MRE et l’OCDE : l’heure de la renégociation fiscale

Le gouvernement marocain affirme vouloir préserver les intérêts des six millions de Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il entend engager dans les prochains jours des négociations avec l’OCDE pour revoir les conventions relatives à l’échange des...

Les MRE, un vivier de compétences inexploitées par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE), estimés à cinq millions, contribuent de manière significative au développement du Maroc. Ils restent attachés au royaume et sont disposés à le servir à le défendre de toutes les manières possibles.

Maroc : la croissance économique s’accélère

Le Maroc a enregistré une croissance économique de 4,1 % au quatrième trimestre 2023, contre 0,7 % au cours de la même période de 2022, révèle le Haut-commissariat au plan (HCP).

Transferts des MRE : les assurances d’Abdellatif Jouahri concernant une directive européenne

Les autorités marocaines vont engager des négociations avec la Commission européenne au sujet d’une directive européenne visant à restreindre les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE), a récemment annoncé Abdellatif Jouahri, le...

La Société générale se sépare de sa filiale marocaine

Les négociations sont très avancées pour le rachat par le groupe Saham Finances, fondé et dirigé par l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy (MHE) d’une grande partie de la société générale du Maroc.

Transferts des MRE : plus de 109 milliards de dirhams en 2022

Les transferts de fonds des Marocains résidant à l’étranger (MRE) vers le Maroc ont connu une progression annuelle moyenne de 6 % au cours des dernières années, atteignant un record de plus de 109 milliards de dirhams en 2022 contre 93,6 milliards en...

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Chèques sans provision : une aministie bienvenue au Maroc

Au Maroc, le service centralisé des amendes pour défaut de provision sur chèques a enregistré en 2022 559 918 incidents de paiement, soit une augmentation de près de 12 %, comparativement à l’année précédente. C’est ce qui ressort d’un rapport sur la...

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».