Un ancien opposant hospitalisé dans un état grave à Paris

29 août 2003 - 16h52 - Maroc - Ecrit par :

L’ancien opposant marocain Mohamed Basri, 74 ans, a fait une chute mercredi et a été hospitalisé à l’hopital Cochin, où son état est considéré comme "grave", a indiqué jeudi à l’AFP le représentant à Paris de l’Union socialiste des forces populaires (USFP).

"M. Basri a fait une chute brutale dans une rue parisienne, et a été admis à l’hopital Cochin, où on a diagnostiqué une crise cardiaque, et son état est grave", a précisé M. Brahim Oulcheh.

Né à Demnate, près de Marrakech, grande figure de la vie politique marocaine depuis un demi-siècle, M. Basri a été condamné au total quatre fois à mort, le plus souvent par contumace, avant de profiter de l’amnistie de 1994, décrétée par Hassan II. Il était rentré au Maroc en 1995".

M. Basri, qui s’est lancé jeune dans la politique, condamné à la prison, -à Kénitra, près de Rabat- dont il s’était évadé du temps de la colonisation, était l’interlocuteur privilégié du roi Mohamed V, en tant que président du Conseil national de la résistance.

Mmebre au départ de l’Istiqlal (nationaliste), il créa en 1958 l’USFP, avec notamment Mehdi Ben Barka, enlevé en France en 1965 et l’ancien Premier ministre Abderrahmane Youssoufi.

En tant que directeur du journal At Tahrir, il fut le premier prisonnier d’opinion du Maroc indépendant.

Libéré, il fut en 1963 condamné à mort, en même temps que Ben Barka -ce dernier l’étant par contumace. Basri, qui entra alors en clandestinité à l’étranger, notamment en France et au Moyen-Orient, où il se lie à tous les dirigeants arabes, en particulier les progressistes, fut grâcié en mars 1965, mais fut condamné à mort à nouveau en 1971, 1972 -accusé d’avoir participé au coup d’Etat manqué du général Mohammed Oufkir-, et 1973.
afp

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Histoire - Santé - Union Socialiste des Forces Populaires (USFP)

Ces articles devraient vous intéresser :

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

L’état de santé de la chanteuse Khadija El Bidaouia s’aggrave

Nawal, la fille de la chanteuse Khadija El Bidaouia a annoncé qu’en raison de la propagation du cancer du poumon dont souffre sa mère, les médecins ont décidé d’arrêter la chimiothérapie.

Le Maroc teste un système de santé intelligent

Le Maroc prévoit d’installer un « système de santé intelligent » dans les centres de santé des régions de Rabat-Salé-Kénitra (16), Fès-Meknès (15), Beni Mellal-Khénifra (11) et Draâ-Tafilalet (11). Cette première phase du projet devrait nécessiter un...

Opticalia renforce sa présence au Maroc

Cofides va allouer 750  000 euros sous forme de prêt à Opticalia pour renforcer sa filiale au Maroc. Spécialisé dans l’achat, la vente et la distribution d’articles optiques et de lunettes de soleil, le groupe est présent dans le royaume depuis 2020.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Le PJD doit payer plus de 5 millions de dirhams

La Cour des comptes a récemment publié son rapport annuel sur l’audit des comptes des partis politiques pour l’année 2021. Selon ce rapport, le Parti de la justice et du développement (PJD) est en tête de liste des partis qui doivent rembourser des...

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.