« Une confrontation militaire entre le Maroc et l’Algérie serait fatale pour toute la région »

25 août 2021 - 18h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les réactions s’enchaînent après la décision de l’Algérie de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc. Le politologue Mohamed Tajeddine Houssaini dit ne pas être surpris par cette décision mais avertit qu’une « confrontation militaire » entre les deux pays « serait fatale pour toute la région ».

« C’était prévisible. Je ne suis pas surpris par cette décision qui, je tiens à souligner, n’est pas l’émanation de la présidence algérienne mais de l’institution militaire. Depuis quelques mois, nous assistons à une escalade contre le Maroc par cette institution depuis l’éclatement du Hirak algérien et surtout après l’arrivée de Saïd Chengriha à la tête de l’armée algérienne. Son arrivée au pouvoir militaire a été le coup de grâce contre toute conciliation éventuelle entre le Maroc et l’Algérie », a déclaré le politologue dans une interview accordée à Maroc Hebdo.

À lire : Réaction du Maroc suite à la décision de l’Algérie de rompre ses relations

Mohamed Tajeddine Houssaini expliquera que le problème de la doctrine de cette institution militaire, c’est qu’elle puise sa force et sa puissance dans l’affaiblissement de son entourage. Selon lui, le Maroc est le bouc émissaire de l’Armée nationale populaire (ANP). « La rupture des relations diplomatiques avec le Maroc figure dans le cadre d’un scénario bien monté par les généraux pour justifier l’injustifiable dans l’avenir, soit une confrontation militaire qui serait fatale pour tous les pays de la région », explique-t-il encore, appelant le royaume à jouer la carte de la fermeté.

Mohamed Tajeddine Houssaini a en outre déploré le refus d’Alger d’accepter la main tendue de Rabat pour l’ouverture des frontières, l’établissement d’un dialogue serein et responsable, ou encore pour l’aide exprimée par le souverain lors des feux de forêt. « D’ailleurs, pour démontrer cette bonne volonté, il faut savoir que c’est la première fois dans l’histoire des relations internationales qu’on donne une qualification exceptionnelle à deux États, à savoir le terme «  Gémeaux  ». Le roi du Maroc a qualifié les deux pays de gémeaux, c’est plus fort que «  voisins  » ou «  frères  », a-t-il ajouté.

À lire : Algérie : les raisons de la rupture des relations avec le Maroc

Concernant la déclaration du ministre israélien des Affaires étrangères sur l’Algérie lors de sa visite à Rabat, le politologue a indiqué que Yaïr Lapid « n’a effectivement rien dit d’hostile et n’a pas attaqué l’Algérie comme le prétend le régime algérien » et que « le Maroc n’est pas responsable des déclarations d’un représentant d’un État souverain ». « Si on nous reproche la normalisation avec Israël, pourquoi l’Algérie a déroulé le tapis rouge au président turc Recep Tayyip Erdoğan qui entretient de bonnes relations avec Israël », analyse-t-il.

Sujets associés : Algérie - Diplomatie

Aller plus loin

Tensions Maroc-Algérie : réaction de Saâdeddine El Othmani

Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani dit « regretter profondément » la décision de l’Algérie de rompre ses relations avec le Maroc. Toutefois, il affiche un certain...

Algérie : les raisons de la rupture des relations avec le Maroc

L’Algérie a décidé, ce mardi, de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc. Les raisons de cette rupture ont été détaillées par le ministre des Affaires étrangères,...

L’Algérie double son budget militaire, le Maroc en ligne de mire

L’Algérie prévoit de doubler son budget militaire en 2023, pour atteindre 23 milliards de dollars, à cause des tentions avec le Maroc. Ce budget s’élevait à « seulement » 10...

Réaction du Maroc suite à la décision de l’Algérie de rompre ses relations

Le Maroc, via son ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger a réagi à la décision de l’Algérie de rompre les...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Première célébration de la fête d’indépendance d’Israël au Maroc

Le bureau de liaison d’Israël au Maroc a organisé le 5 juillet dernier à Rabat, une cérémonie marquant la célébration de la 74ᵉ fête de l’indépendance de l’État hébreu. Une première depuis des années.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Le roi Mohammed VI réitère sa main tendue à l’Algérie

Le roi Mohammed VI a tendu encore une fois la main à l’Algérie qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août 2021 en raison notamment la question du Sahara.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.