Une université marocaine ferme ses portes pour empêcher une conférence pro-Palestine

16 avril 2022 - 19h40 - Ecrit par : A.S

L’Université Ibn Tofaïl de Kénitra a fermé ses portes les 12, 13 et 14 avril, afin d’empêcher une conférence pro-Palestine organisée par le syndicat des étudiants de l’Université. Ce dernier s’oppose à la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël.

Axée sur le thème « Pour la nation, pour la Palestine, tous contre la normalisation », cette conférence devait se tenir du 12 au 14 avril. À la veille de tenue de l’événement, la présidence de l’Université Ibn Tofaïl de Kénitra a annoncé la suspension des cours à l’université pendant trois jours. « Il s’est avéré que cette activité a une dimension nationale et est organisée en partenariat avec un corps non-étudiant qui n’a rien à voir avec l’université », a indiqué l’université dans un communiqué pour justifier sa décision. Ce corps non-étudiant est Al Adl Wal Ihssane (AWI). L’université a aussi justifié cette décision par « la situation épidémiologique du pays et l’état d’urgence sanitaire, et afin d’éviter les tensions que cette rencontre pourrait laisser au sein de l’université, dans l’intérêt de la sécurité de ses étudiants, cadres et installations ».

À lire : Nouvelle manifestation contre la normalisation Maroc-Israël

Mardi, le premier jour de la conférence prévue, les forces de police ont violemment dispersé plusieurs étudiants qui s’étaient rassemblés pour contester la décision de l’université. En tout, plus de 20 étudiants arrêtés, avant d’être relâchés, selon l’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM). « Ils [les policiers] n’ont pas réussi à m’arrêter, mais ils m’ont battu, ainsi que de nombreux autres étudiants qui étaient là. […] Malheureusement, nous n’avons même pas le droit d’exprimer notre opinion sur la cause palestinienne. Ils veulent forcer le sionisme sur nous », a déclaré à The New Arab Mohammed, un étudiant, témoin de la manifestation.

À lire : Des Marocains toujours vent debout contre la normalisation Maroc-Israël

Le groupe islamiste Al Adl Wal Ihssane (AWI), officiellement interdit par l’État marocain, et Attajdid Attolabi, l’aile jeunesse du parti Justice et Développement, ont condamné l’incident. Ils ont accusé l’Université Ibn Tofaïl de Kénitra de « servir l’agenda sioniste avec des méthodes tordues et de mauvaises décisions ». Le Front marocain de soutien à la Palestine et contre la normalisation a, lui aussi, dénoncé la décision de l’université. Il qualifie cette décision de « niveau honteux atteint par l’État dans sa défense du sionisme et son hostilité envers les partisans de la cause palestinienne dans le pays ».

Tags : Kenitra - Normalisation Maroc Israël - Relations Maroc Israël

Aller plus loin

Maroc-Israël : des manifestants contre la normalisation dispersés

En parallèle à la commémoration du premier anniversaire du rétablissement des liens entre Rabat et Tel-Aviv, plusieurs Marocains ont exprimé une fois encore leur opposition contre...

Des Marocains toujours vent debout contre la normalisation Maroc-Israël

Un an après, l’opposition à la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël ne faiblit pas. La contestation est toujours massive dans le...

Nabila Mounib affiche son opposition à la normalisation Maroc/Israël

Un an après, il y a toujours des oppositions à la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. La députée Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti...

Nouvelle manifestation contre la normalisation Maroc-Israël

De nombreux Marocains continuent d’afficher leur opposition à la normalisation des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël. Ils ont organisé une marche de protestation...

Nous vous recommandons

Un Belge recherché par Interpol arrêté à Casablanca

Un Belge d’origine turque, âgé de 55 ans, a été arrêté mardi à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca. Il serait impliqué dans une affaire de viol. L’homme faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international prononcé à son encontre par les autorités...

Zone franche de Fnideq : les travaux achevés d’ici fin décembre

Les travaux de la zone franche de Fnideq seront achevés d’ici la fin de l’année. Le projet vise à développer la région du nord du pays et à lui insuffler une nouvelle dynamique économique après l’arrêt du commerce de contrebande avec...

EasyJet annule encore des vols vers le Maroc

Après l’annulation de vols vers plusieurs destinations dont le Maroc, la compagnie aérienne EasyJet prévoit d’annuler plusieurs voyages au cours des 10 prochains jours.

Sahara : Pedro Sanchez admet « des erreurs »

Occupé à prendre part au Conseil européen sur la crise énergétique qui s’est achevé vendredi à Bruxelles, Pedro Sanchez n’a pas eu le temps de gérer les tensions au sein de la coalition gouvernementale après la décision du gouvernement de soutenir le plan...

Le Covid-19 va-t-il gâcher les vacances des MRE ?

Le Maroc fait face depuis quelques semaines à une résurgence des cas du Covid-19. Le niveau de vigilance est passé du vert faible à l’orange moyen. Le gouvernement pourrait recourir à des « mesures non souhaitables », pour freiner les contaminations et...

L’huile d’olive marocaine sera-t-elle élue la meilleure au monde ?

Trente meilleurs dégustateurs du monde se réuniront les 18 et 19 mars à Cordoue, dans le sud de l’Espagne, à l’occasion du concours international Evooleum Awards, pour évaluer les échantillons des 100 meilleurs huiles d’olive extra vierges (EVOO) du monde...

Maroc-Espagne : la date de la reprise des liaisons maritimes connue ce jour

La date de la reprise des liaisons maritimes entre l’Espagne et le Maroc sera connue ce lundi, au terme d’une réunion organisée au port d’Algésiras avec les compagnies maritimes et les entreprises qui fournissent des services portuaires dans le cadre du...

Le Maroc pourrait passer par l’Espagne pour avoir du gaz algérien

Le Maroc risque pourrait rencontre des difficultés de s’approvisionner en gaz le 31 octobre, date à laquelle prend fin le contrat de concession du gazoduc Maghreb-Europe. Le royaume cherche déjà une alternative avec...

La Colombie dément toute reconnaissance de la marocanité du Sahara

La Colombie a apporté un démenti formel aux informations publiées par certains médias selon lesquelles elle a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara.

Maroc : les opérateurs du tourisme entre incompréhension, colère et désespoir

Au Maroc, le secteur du tourisme est toujours plombé par le manque de visibilité. Les professionnels ont du mal à comprendre les décisions du gouvernement (de fermer les frontières) qui douchent chaque fois leurs espoirs de pouvoir mener convenablement...