Covid-19 : Benchaâboun fait le point des pertes subies par l’Etat

24 juillet 2020 - 23h30 - Economie - Ecrit par : I.L

Invité à s’exprimer devant les deux commissions des finances du Parlement, le ministre de l’Économie et des Finances Mohamed Benchaâboun est revenu sur le cadre général de préparation du PLF 2021.

Concernant la baisse des IDE de 20% en 2020, à 13 milliards de DH, le ministre estime qu’il s’agit d’un résultat encourageant, rapporte Telquel. "On peut s’en féliciter, cela prouve que le Maroc reste attractif. Malgré le contexte, les banques commerciales n’ont pas eu recours aux réserves de BAM, qui restent positives à 16 milliards de dirhams".

En réponse à la baisse des recettes ordinaires à 5 %, passant de 121 milliards de DH à 108 milliards de DH, soit 13 milliards de DH hors inflation et des recettes fiscales à 9 milliards de DH, le gouvernement a prévu une baisse de 43 milliards de DH fin 2020 des recettes de l’État. En dépit des différentes pertes subies par l’État, la reprise des activités a relancé les recettes de l’État avec une régression de la TVA qui, après avoir reculé de 3 milliards de DH "se redressent petit à petit".

S’agissant des droits d’enregistrement, ils ont reculé de 6 milliards de DH à juin 2020, en raison notamment de l’arrêt prolongé du secteur de l’immobilier. Pour ce qui est des dépenses ordinaires, elles ont connu une hausse de 7 % par rapport à 2019. "Cela provient des dispositions du dialogue social, et une partie des pensions de retraite. On envisage d’ici la fin de l’année un déficit de 82 MMDH, soit 7,5 % du PIB.", ajoute-t-il.

Se prononçant sur le cadre macroéconomique, le ministre indique que le Maroc prévoyait une croissance de 2,3 %. "On sera à moins de 5 %, donc un taux de – 8,2 % par rapport aux prévisions. C’est ce qui incite les experts à écarter désormais les scénarios de confinement généralisé demain". Pour le ministre, le confinement sera désormais local et ciblé à l’avenir, et devra faire l’objet d’un dispositif de dépistage, isolement et soins. À l’en croire, le confinement ne se fera plus à l’échelle de la nation, car les conséquences sont trop lourdes, y compris sanitaires, étant donné que celles et ceux qui souffrent d’autres pathologies n’ont pas un accès aux soins.

Suite au recul de tous les indicateurs par rapport aux prévisions, le ministre soutient que l’évolution de ce cadre est soumise à plusieurs points d’interrogation liés à l’évolution de la pandémie au Maroc et au-delà des frontières. Pour Mohammed Benchaâboun, la réouverture des frontières pourrait impacter le tourisme et toutes les activités liées aux rassemblements humains : les événements, les conférences, les festivals, etc. Cependant il invite à la prudence, car certains pays rouvrent leurs frontières et peuvent revenir sur leurs décisions si le contexte pandémique le dicte.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ministère de l’Economie et des Finances - Mohamed Benchaaboun - Etat d’urgence au Maroc

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le paradoxe de la Caisse de compensation au Maroc : une aide pour les riches

Le ministre délégué auprès de la ministre de l’Économie et des finances, en charge du Budget, Fouzi Lekjaa, a révélé lors d’un débat général sur le Projet de loi de finances 2024 à la Chambre des représentants que la caisse de compensation profitait...

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Maroc : les recettes touristiques se consolident au troisième trimestre de l’année

Les recettes touristiques se sont élevées à 52,2 milliards de dirhams à fin août dernier, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), en forte augmentation de 155,9 % par rapport aux chiffres de l’année dernière.

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : voici les priorités du fonds Mohammed VI pour l’investissement

Pour réussir sa mission, le directeur général du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, Mohamed Benchaâboun, a défini ses priorités et son mode de fonctionnement, qui ont été dévoilés lors de son premier Conseil d’administration.

Données bancaires des MRE : le gouvernement rassure

Alors que la question de l’échange automatique des données sur leurs comptes bancaires, actions et biens détenus au Maroc avec l’OCDE refait surface, Nadia Fettah, ministre de l’Économie et des Finances, a tenu à rassurer les Marocains résidant...