Voile et masque, le paradoxe français épinglé par le Washington Post

15 mai 2020 - 10h00 - France - Ecrit par : S.A

Alors que la France impose le port de masque à ses citoyens en ces temps de covid-19, elle interdit toujours le port du voile aux femmes musulmanes. Washington Post relève une contradiction de la politique française.

"La France, à l’origine de l’interdiction de la burqa, a fait plus que tout autre pays occidental au cours de la dernière décennie pour résister au voile du visage en public", écrit le journal.

À l’heure du déconfinement, le pays rend obligatoire le port des masques dans tous les lieux publics, y compris les transports et les écoles, sous peine d’amendes. Faisant une comparaison entre le port du masque et l’interdiction du port de voile, le journal rapporte que de "nombreux musulmans, défenseurs de la liberté religieuse et érudits", ironisent : une société française qui masque, mais qui refuse de voiler ses citoyens.

Le signataire de l’article rappelle qu’en 2004, la France avait interdit le foulard dans les écoles publiques. Raison évoquée : neutralité religieuse des institutions publiques. "En 2010, le pays a interdit le port en public, du niqab et de la burqa, qui couvrent complètement le visage, faisant valoir que ces vêtements menaçaient la sécurité publique et représentaient un rejet d’une société de citoyens égaux", rappelle-t-on.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, indique qu’au regard de la loi française, une femme qui porte un couvre-visage religieux, est passible "de l’amende prévue pour les infractions de deuxième classe", mais "le port d’un masque destiné à prévenir tout risque de contagion par le covid-19 ne constitue pas une infraction pénale". "Cela implique que si une femme musulmane voulait monter dans le métro parisien, elle devrait retirer sa burqa et la remplacer par un masque", ironise l’auteur de l’article.

"Ce qui revient à dire qu’il s’agit du problème de l’islam. Si vous couvrez votre visage pour l’islam, ce n’est pas conforme à la République. Si vous vous couvrez le visage pour une raison qui n’a rien à voir avec l’islam, c’est acceptable", conclut-on.

Sujets associés : France - États-Unis - Islam - Voile islamique

Ces articles devraient vous intéresser :

Officiel : voici la date de l’Aïd al Adha au Maroc

La date de l’Aid al Adha au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être annoncée par le ministère des Habous et des affaires islamiques.

La Youtubeuse marocaine "Mi Naima" au cœur d’un nouveau scandale

“Mi Naïma” fait à nouveau parler d’elle. La Youtubeuse marocaine, connue pour ses controverses, a récemment publié une vidéo dans laquelle on la voit lire certains versets du Coran de manière désinvolte. La vidéo a suscité la colère des internautes.

Michel Houellebecq s’excuse auprès des musulmans

L’écrivain Michel Houellebecq revient sur les propos dangereux qu’il avait tenus envers les musulmans lors d’une discussion entre l’essayiste Michel Onfray et lui, et présente ses « excuses à tous ceux » qui se sont sentis offensés.

Les écoles françaises au Maroc contraintes d’autoriser le voile ?

Sous la pression, les écoles de la Mission française au Maroc ont finalement dû adopter une nouvelle politique : le voile, auparavant strictement interdit, est désormais autorisé pour les étudiantes.

Officiel : l’Aid Al Fitr en France ce vendredi

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient de confirmer la date de l’Aid al Fitr pour ce vendredi 21 avril 2023.

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Le hijab sur les podiums, témoignage de Mariah Idrissi

La Londonienne d’origine pakistanaise et marocaine Mariah Idrissi, premier mannequin en hijab à prendre part à une campagne publicitaire, se dit persuadée que malgré certaines pressions, la mode pudique va continuer à se développer.

Le ramadan débutera jeudi en France

Le ramadan débutera officiellement le jeudi 23 mars en France, annonce le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.