Recherche

Belgique : qui est responsable des blessures de Zaid ?

© Copyright : DR

6 janvier 2020 - 21h20 - Monde

Noël en larmes pour le petit Zaid, âgé de 7 ans, qui en voulant se faire plaisir à la patinoire de la place de Brouckère, se retrouve avec plusieurs points de suture au visage. Son papa condamne les organisateurs des Plaisirs d’hiver qui, selon lui, sont les seuls responsables des blessures de son fils.

Selon un membre de l’équipe de secours dépêché sur les lieux pour conduire Zaid à l’hôpital Saint Jean, il a été bousculé. Quelqu’un d’autre est arrivé et ses patins ont heurté le visage de l’enfant. Cet accident laisse comme souvenirs au gamin, deux grandes plaies au visage et six points de suture. Pendant un mois, il lui est formellement interdit de mener des activités telles que la gym et la natation, rapporte dhnet.be.

Samir, au bord de la colère, accuse les organisateurs des Plaisirs d’hiver. "Ils devraient intervenir dans les frais médicaux et hospitaliers. Mais ils disent qu’ils ne sont pas responsables. Si je m’en offusque, ce n’est pas seulement pour mes propres frais mais pour tous ceux qui fréquentent ce type d’endroit. Que se passe-t-il lorsque c’est plus grave, ou pire, qu’un enfant décède  ? ", déclare le père de famille.

Du côté de Brussels Major Events (BME), l’Association Sans But Lucratif(ASBL) qui organise les Plaisirs d’hiver, les responsables se disent " navrés qu’un enfant se soit blessé alors qu’il patinait. Cela dit, la responsabilité du BME n’est toutefois pas engagée en l’absence de toute faute ne présentant un lien de causalité avec l’accident survenu ", indique la porte-parole Marina Bresciani. Elle précise qu’ils veillent à s’assurer que les installations ne présentent pas des anomalies pouvant provoquer des accidents.

Tout en soulignant leur incapacité à dire ce qui s’est réellement passé, puisque n’étant pas témoins des faits, ils retiennent tout de même, des témoignages reçus, que l’accident ne met en cause aucune installation sur place. "Un tel cas de figure serait susceptible d’être couvert par une police responsabilité familiale", précise la porte-parole.

"En matière d’amusements et de sports, la jurisprudence se veut prudente", explique Wauthier Robyns, porte-parole d’Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances, joint par le site. Pour lui, "Que ce soit sur une patinoire ou ailleurs, en pratiquant du rugby, ou en faisant du rock acrobatique, on considère qu’il y a une part de risque accepté. On s’adonne à ces activités ou on permet à ses enfants de s’y adonner en connaissance de cause, surtout si les organisateurs ont affiché leur déclin de responsabilité", précise-t-il.

À ce titre, l’ASBL BME a confirmé qu’une telle affiche se trouvait en aval des guichets, dans la pièce où les pratiquants enfilent leurs patins, relève la même source.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact